Quand le J-20 vole avec des moteurs chinois

Apparu début Septembre avec deux moteurs WS-10 « Made in China », le nouveau prototype de l’avion de chasse VLO chinois J-20 a réussi son vol inaugural ce mardi 19 Septembre à Chengdu, après une série d’essais de roulage au sol.

Une nouvelle page se tourne ainsi pour le programme 718, qui voit arriver son premier appareil doté de motorisation chinoise. Car tous les J-20 produits jusqu’à présent, y compris les deux démonstrateurs technologiques (2001 et 2002), les six prototypes (2011 à 2017) et les six premiers appareils de série (78271 à 78276), sont tous équipés de moteur russe de la famille AL-31FN (Serie 3 ?).

Une situation déplaisante certes pour l’armée chinoise qui place l’acquisition de son autonomie avant toute chose, mais tout de même obligatoire car les produits chinois n’étaient pas encore au niveau de maturité attendu jusqu’ici.

Ce 7e prototype de J-20, immatriculé 2021, a décollé de l’aérodrome de l’Usine 132 CAC vers 12h50 heure locale. Il a réalisé deux passes à basse altitude à 13h08 et 13h13, avant de se poser vers 13h17.

Ce vol inaugural avec les moteurs chinois a donc duré 27 minutes au total, soit 9 minutes de plus que celui de l’appareil 2001 – premier démonstrateur technologique de J-20 – qui a eu lieu le 11 Janvier 2011, il y a près de 7 ans.

J-20

L’esquisse du moteur WS-10-T2 (?) réalisé par un spotteur chinois (Image : 铁背心)

Pour le moment il n’y a pas encore de photos sur ce vol presque historique, mais l’un des spotteurs qui ont assisté à l’événement, « à l’autre côté du mur », a pu faire une esquisse sur la forme dentelée de la tuyère de moteur.

Ce schéma reste conforme par rapport au cliché de ces moteurs pris au début du mois, quand la carénage des moteurs n’était pas encore totalement installée.

Quant à la version exacte du WS-10 utilisée et sa performance associée, aucune source ouverte n’est encore capable de fournir des données précises.

On sait toutefois qu’il s’agirait d’une nouvelle variante héritée du FADEC chinois issu de WS-10B (13 200 kg), tout en bénéficiant de certaines améliorations portées sur le WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de soufflante et de compresseur.

On serait donc en présence d’un moteur qui développe une poussée inférieur à 14 tonnes en post-combustion, avec un taux de dilution à priori plus élevé que les futurs moteurs, développés pour le J-20 entre autres, dont le WS-15 connu de longue date.

Henri K.

 

N.B. : La photo du J-20 dans l’entête de ce dossier, en livrée argentée digitalisée, est l’un des appareils de série, et non le prototype 2021 équipé de moteurs chinois.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments

LEAVE A COMMENT