Drone de reconnaissance : Supersonique ou Hypersonique ?

Nous l’avons longtemps cru « Hypersonique », c’est-à-dire capable de voler à une vitesse au-delà de Mach 5, mais les éléments récents suggèrent que le nouveau drone chinois qui s’apprête à se révéler pour la première fois au public, lors du grand défilé à Pékin le 1er Octobre, ne serait finalement que « Supersonique ».

De nombreuses suppositions et analyses ont vu le jour depuis son « apparition » surprise dans un article de presse institutionnel en Septembre 2015. Depuis le début de ses essais jusqu’à son entrée en service au sein de l’armée de l’air chinoise, en passant par la phase de production en série, les éléments intéressants sont arrivés au compte-goutte qui complètent peu à peu le puzzle.

Les derniers en date : Une pointe avant en composite pour drone présentée par le centre des composites de GAIC (Guizhou Aviation Industry Corporation) dans un salon industriel, et la présence plus que probable de ce drone dans le défilé du 70e anniversaire de la République populaire de Chine.

Et c’est justement ce premier point qui remettrait en cause l’hypothèse initiale selon laquelle le drone conçu par l’Institut 611 Chengdu soit hypersonique. En effet, la description officielle de cette pointe avant en question indique qu’elle est capable de résister jusqu’à 350°C sur un long vol.

En appliquant les méthodes décrites dans « U.S. Standard Atmosphere 1976 », les calculs montrent qu’une température de 350°C correspond à une vitesse de Mach 3 à 20,000 mètres d’altitude, ou Mach 2.9 à 30,000 mètres d’altitude.

Dans tous les cas, il sera encore loin de la définition de l’hypersonique, constate faite en supposant bien entendu que la pointe avant exposée par GAIC soit lié au drone de Chengdu en question.

Et cette nouvelle déduction n’est à la rigueur pas surprenante, que ce soit d’un point de vue technologique ou opérationnel. Malgré de longues années de recherche, le domaine hypersonique ainsi que les différents types de propulsion associés sont encore insuffisamment matures pour une application militaire pérenne à moindre de vouloir reproduire le même schéma que le drone D-21 américain.

Utiliser des technologies relativement mieux maîtrisées telles que le TBCC (Turbine-Based Combined Cycle), qui combine un turboréacteur et un statoréacteur, paraître une solution fiable et économe sur du court terme, en attendant que d’autres types de propulseur comme le statoréacteur à combustion supersonique atteignent une certaine maturité.

Niveau opérationnel, on suppose que ce drone à haute vitesse servirait principalement à des missions de reconnaissance et d’identification, au complément de différents moyens spatiaux déjà mis en place, pour localiser les flottes ennemies naviguant entre la première et la deuxième chaîne d’îles, et fournir des informations nécessaires pour calculer une solution de tir des vecteurs A2/AD (déni d’accès et interdiction de zone).

Le drone viendrait donc « combler les trous » laissés par le temps de revisite des satellites, contre notamment des cibles dites TST (Time-Sensitive Target) qui sont constamment en mouvement. On estime alors que les besoins opérationnels seraient de pouvoir atteindre la zone de mission en moins de 20 minutes depuis le point de déploiement sur la côte Est de la Chine, dans un rayon de 1,500 km, et d’être capable de rester sur zone durant 30 à 60 minutes pour transmettre des données en temps réel et évaluer les dégâts après les frappes.

Tout ceci est bien sûr sujet à confirmation qui ne devrait plus tarder à tomber, puisque deux de ce nouveau drone chinois devraient défiler, au sol, aux côtés de plusieurs drones de combat lors de la parade militaire du 1er Octobre.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT