Le 2ᵉ plus grand semi-submersible du monde opérationnel

98 000 tonnes de port en lourd, 420 km de câbles électriques, 20 mois de construction – voici les chiffres à retenir sur le 2ᵉ plus grand navire semi-submersible du monde, Xin Guang Hua (新光华), qui vient d’être mis en service début Décembre dans la ville de Guangzhou, au Sud de la Chine.

Conçu par l’Institut 708 du groupe de construction navale chinois CSSC, le plus grand semi-submersible chinois, et 2ᵉ plus grand du monde, mesure 255 mètres long et 68 mètres de large. Le Xin Guang Hua peut faire « plonger » en six heures son pont, vaste comme deux terrains de foot, jusqu’à 30,5 mètres de profondeur grâce à 118 ballasts indépendants.

Selon le communiqué de son concepteur, la mise en service de ce semi-submersible au sein de la société de transport maritime chinoise COSCO permettra à cette dernière de se positionner dans un marché très fermé, jusqu’alors monopolisé par les acteurs européens.

La preuve, grâce à ce nouveau semi-submersible, la COSCO a déjà signé des contrats avec plusieurs géants pétroliers du monde pour le transport des charges lourdes « à haute valeur ajoutée ». Deux entre eux ont notamment demandé à un organisme d’inspection tiers d’assister aux essais à la mer du navire, avant son mis en service, et les résultats étaient « très satisfaisants ».

Signé le 30 Juin 2014, l’Institut 708 a mis 8 mois pour terminer la conception du navire. La construction est démarrée au chantier naval GSI à Guangzhou le 20 Mars 2015, sous contrôle de deux sociétés de classification – la norvégienne Det Norske Veritas (DNV GL) et la chinoise CCS.

Niveau performance, six générateurs diesel d’une puissance unitaire de 4 750 kW alimentent les deux systèmes de propulsion tout électrique du navire, pour que ce dernier puisse naviguer à une vitesse de service de 14,5 nœuds. Le semi-submersible, en DP2, est équipé aussi de plusieurs systèmes DGPS, laser et radar pour son positionnement dynamique. La précision du positionnement est de l’ordre de 0,05 mètre.

Il est à noter que l’histoire des semi-submersibles en Chine remonte seulement à il y a 14 ans. Avant 2002, les Chinois étaient obligés d’affréter les sociétés étrangères pour les cargaisons imposants, même militaires, comme les sous-marins de Projet 877 qui sont arrivés en Chine sur les semi-submersibles de Sea Team.

Le 17 Décembre 2002, le premier semi-submersible « Made in China » d’un port en lourd de 18 000 tonnes a été livré à la COSCO. Plusieurs modèles plus grands, de catégorie 50 000 et 70 000 tonnes, ont été construits et mis en service depuis.

Aujourd’hui, 30% de semi-submersibles en exploitation et 50% de nouvelle construction sont réalisés au chantier naval GSI en Chine.

En plus des semi-submersibles civils, la marine chinoise se dote aussi récemment son premier navire du même type, à l’image du MLP de l’US Navy.

Ce type de navire peut non seulement transporter des plateformes pétroliers mais aussi des plateformes de radar et des navires sinistrés, par exemple. Ils peuvent également être servi dans les opérations de sauvetage.

Les deux sous-marins diesel d’attaque de Type 035 que la marine bangladaise a acheté auprès de la Chine sont arrivés récemment au Bangladesh à bord du semi-submersible chinois Kang Tai Kou.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT