le premier aéroglisseur « Zubr » chinois mis à flot

Le 19 Novembre 2016, les photos prises par les spotteurs chinois montrent que le premier aéroglisseur Zubr assemblé en Chine a été mis à flot au chantier naval Huangpu.

2016-11-21-le-premier-aeroglisseur-zubr-chinois-mis-a-flot-08

Le 3ème Zubr, assemblé en Chine, a été mis à flot en Novembre 2016 (Source : 魔牛小队)

Cela fait maintenant trois ans que ce 3ème Zubr acquis par la marine chinoise se trouve dans ce chantier naval au sud de la Chine. Si cette durée paraît anormalement longue pour la construction d’une « petit » navire de 340 tonnes lège, c’est aussi parce que les travaux avaient été arrêtés pendant deux ans  jusqu’ici par manque des pièces qui tardent à venir de l’Ukraine.

La marine chinoise a acheté au total quatre aéroglisseurs de classe Zubr, ou Projet 12322, en 2009. Le contrat fut signé avec le chantier naval ФСК Моrе anciennement ukrainien, situé à l’Est de la Crimée. Selon les termes du contrat, deux premiers exemplaires seront construits en Ukraine et les deux suivant en Chine, avec des pièces fournies par le chantier naval More.

Le montant total de l’acquisition s’élève à 315 millions de dollar US, la somme a permis d’ailleurs à ce vieux chantier naval fondé en 1934, et déjà échappé 1 fois à la faillite en 2007, de payer la retraite et le salaire de ses quelques centaines d’employé. A son apogée, le chantier naval More, spécialisé dans les aéroglisseurs depuis les années 70′, employait jusqu’à 8 000 main d’œuvres.

Le premier Zubr du contrat, dépourvu des systèmes d’armes et des principaux systèmes électroniques, est arrivé en Chine par voie maritime le 24 Mai 2013. Le deuxième navire a été livré 10 mois après. Les Chinois ont ensuite entamé les travaux eux-même pour armer les deux aéroglisseurs avec leurs propres systèmes de combat et de navigation.

On pense que la marine chinoise a admis au service actif en 2015 les deux Zubr, immatriculés 3325 et 3326 respectivement. Ils ont rejoint les rangs de la flotte du Sud et ont rapidement participé à leurs premiers exercices navals en mer de Chine méridionale avec les autres unités amphibies chinoises.

2016-11-21-le-premier-aeroglisseur-zubr-chinois-mis-a-flot-04

Les Zubr participent aux exercices amphibies de la marine chinoise

Les Zubr participent aux exercices amphibies de la marine chinoise

Pendant ce temps, la coque du 3ème Zubr a été assemblée au chantier naval Huangpu mais les travaux n’avançaient plus depuis mi 2014. Les rumeurs circulent et parlent d’une interruption des pièces en provenance de l’Ukraine – l’armée russe a pris possession de la Crimée en Mars 2014 – mais officiellement le chantier naval chinois a refusé de faire le moindre de commentaire.

Sa mise à l’eau maintenant semble montrer que le problème d’approvisionnement est enfin réglé – soit le chantier naval More a enfin repris la livraison des composants manquants, ou leur homologue chinois a fini par y installer les leurs – mais si les travaux ont été arrêtés si longtemps, ce n’est probablement pas à cause des pièces banales. Le système de propulsion, à savoir les 5 turbines à gaz Kuznetsov NK-12MV, pourrait bien être concerné.

Le 3ème Zubr assemblé en Chine, avant l'arrêt des travaux en 2014.

Le 3ème Zubr assemblé en Chine, avant l’arrêt des travaux en 2014. (Source : 魔牛小队)

Avec une capacité d’emport de 150 tonnes maximum, une vitesse de 55 nœuds (~102 km/h) et une autonomie de 560 kilomètres, le Zubr d’origine soviétique peut transporter 3 fois plus de charges que le plus grand aéroglisseur chinois le Type 726. Il offre donc à la marine chinoise, notamment au Corps des Marines chinois, une capacité très intéressante en projection amphibie réactive.

Malgré ces avantages, l’inconvénient de Zubr est qu’à cause de sa taille, il ne peut pas être transporté dans le radier d’un LPD comme le Type 071 et il est obligé de se déplacer seul lors d’une opération. Avec une autonomie de 560 kilomètres, il sera donc limité en souplesse de déploiement et ne pourrait effectuer la projection que d’un point tactique à un autre, par exemple entre les récifs chinois en mer de Chine méridionale.

Mais pour pallier à ce problème, et pour remplir d’autres types de mission aussi, la marine chinoise a fait construire une nouvelle classe de navire semi-submersible militaire, dont le concept se rapproche du MLP (Mobile Landing Platform) de l’US Navy.

Le premier exemplaire, qui déplace plus de 10 000 tonnes pleine charge, est admis au service actif en 2015 dans la flotte du Sud – comme pour tous les Zubr – et en a déjà transporter un dans une campagne de validation.

Au niveau du mode opératoire, on peut voir comment le Corps des Marines chinois va combiner ses différentes plateformes amphibies dans un futur conflit à travers un exercice amphibie qu’il a mené en mois d’Avril, en mer de Chine méridionale.

Comme le montre dans la vidéo, les aéroglisseur Type 726 de conception chinoise, plus petite en taille et en capacité, ainsi que les hélicoptères Z-8J, sont utilisés pour l’envoi des forces spéciales. Le gros de la troupe comme les infanteries et les blindés amphibies sont envoyés ensuite depuis les différentes plateformes comme les LSD ou encore le Zubr.

En utilisation seule, le Zubr peut aussi assurer le transport ou envoyer des renforts, de manière réactive, entre les îlots en mer de Chine méridionale. Son autonomie en mer relativement faible n’est plus réellement un problème ici, car la plus longue distance entre deux îlots chinois dans les Spratleys par exemple n’est que de 320 kilomètres, alors que sa grande vitesse permet de joindre d’un îlot à un autre en 3 heures maximum. Cela dissuadera en partie toute tentative de prise de contrôle de ces îlots par des attaques éclairs. Le plus grand hydravion actuellement au monde, l’AG-600, que la Chine est en train de développer, peut être considéré comme le pendant volant de Zubr dans une moindre mesure.

Les principaux îlots chinois en mer de Chine méridionale

Les principaux îlots chinois en mer de Chine méridionale

A noter que, en plus des quatre exemplaires commandés au chantier naval More à la Crimée, la marine chinoise semble être très intéressée par les quatre autres Zubr actuellement en service dans la marine hellénique, qui n’aurait plus les moyens pour les maintenir en condition opérationnelle.

Des rumeurs parlent déjà d’un contrat signé en 2016 entre la Chine et la Grèce pour les récupérer.

Si cela se confirme, la marine chinoise disposera, à terme, une flotte de huit aéroglisseurs pouvant projeter en une fois jusqu’à 3 000 soldats armés, ou 64 blindés d’infanterie et 1 120 soldats, en mer de Chine méridionale ou au détroit de Taïwan, sans oublier les autres moyens déjà cités.

Et, on peut dire que la montée en puissance des forces amphibies chinoises ne fait que commencer, car d’autres types de plateforme sont encore à venir…

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • Je sais, il faudra que je m’y attaque sérieusement…

    Pour Huangpu, en faisant une recherche Google, je suis tombé sur un ancien district de Shanghai…

  • Le 4e exemplaire sera également assemblée dans ce chantier de Shanghai ? Pour les Zubr grecs, je ne sais pas trop quoi pensé. En effet, il y a toujours un embargo sur les armements de la part de l’Union Européenne, et même si on démonte les canons automatiques, il sera difficile de dire qu’ils serviront pour le transport civil (ou de casino flottant… la, je n’ai jamais comprit pourquoi une telle énormité est passé pour le futur Lianing).

LEAVE A COMMENT