Un voyage à bord de Comac ARJ21-700

Le 28 Juin 2016 à 11h37, un ARJ21-700 du vol EU6679, de la compagnie Chengdu Airlines, s’est posé à l’aéroport international de Shanghai Hongqiao avec ses 70 passagers à bord, après 2h30 de vol.

Il s’agissait du tout premier vol commercial de l’ARJ21-700, qui devient alors le tout premier avion de ligne chinois à réaction entré en exploitation commercial.

C’est donc un premier pas réussi pour l’industrie d’aviation civile chinoise, en attendant bien évidemment le vol inaugural du moyen-courrier C919 avant la fin d’année.

 

Le passenger-experience d’un ARJ21-700…

Alors a-t-on déjà une première expérience de passager sur cet avion ?

Hier, un internaute chinois connu sous le pseudo « KUUN_LAn », qui voyage fréquemment en Chine selon lui, a posté sur un forum les photos de son voyage à bord d’un ARJ21-700, à destination de Shanghai.

Voici ses mots…

 

Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 17

« C’est elle, Xiangfeng (le nom de l’ARJ21-700), alors j’ai décidé de choisir ce vol… ».
Sur l’écran de la réservation sur son téléphone portable, on peut voir que la distance du vol est de 1 782km pour une durée de 2h35.


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 03

« En descendant de la navette, du premier regard j’ai l’impression que l’avion est un peu petit… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 04

« Le modèle de l’avion a été caché par la rampe. Manque de notoriété de la marque… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 05

« L’avion n’est pas très haut… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 06

« Prêt à entrer dans la cabine »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 08

« La hauteur n’est pas si mal, mais les compartiments des bagages cabine ne sont pas assez grands… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 07

« Deux sièges à gauche, trois à droite… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 09

« Vous voyez les boutons ? Le touché n’est pas top… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 10

« La couleur de la brochure de sécurité est trop foncée.. »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 11

« Un peu floue l’impression… »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 12

« (Je fais) 1,78m, une fois assis il reste encore la place d’un poing. »


Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 13 Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 14

« Le magazine de souvenir que l’hôtesse de l’air m’a promis… »

 

D’autres détails de ce voyage

Les photos s’arrêtent ici, mais l’internaute a donné aussi quelques détails supplémentaires :

Le repas servi dans le vol avec ARJ21-700

Le repas servi dans le vol avec ARJ21-700

  • L’appareil est en configuration « Full Economy », il trouve que la largeur des places, l’espace entre chaque rangée, le soutien du dos (il a un problème de dos d’après ce qu’il dit) et la largeur du couloir sont meilleurs que sur le Boeing 737-800 et l’A320, qui sont très utilisés en Chine.
  • Il précise plus loin que le siège par exemple est d’environ 4 doigts plus large qu’un A320. Mais l’espace au-dessus de la tête n’est pas suffisant, du fait que le panneau de la climatisation et des boutons est un peu bas.
  • La taille des hublots est un peu près pareil que l’A320. Les compartiments de bagage à gauche sont plus petits que les anciens modèles de Boeing 737, alors qu’à droite c’est équivalent qu’un Boeing 737-800. Il conseille donc que les passagers privilégient le côté droite au moment de choisir leur places.
  • La motorisation est « puissante », il a l’impression que ça « plaque » un peu plus contre le siège. Assis à la rangée n°10 (sur 18), il trouve que l’avion est plus bruyant qu’un A320, que ce soit au décollage ou à la croisière. Le bruit qui lui dérange le plus est celui d’un sifflement du système de la climatisation, comme si quelque chose entrée en résonance.
  • Les boutons d’appel utilisent des matériaux plus mauvais par rapport au Boeing 737-800.
  • L’accès à l’avion se fait par les navettes, que ce soit à Chengdu ou à Shanghai. Il se demande pourquoi ne pas donner quelques privilèges (accès par le pont) comme c’est un avion chinois, pour créer une meilleure marque de notoriété. D’ailleurs les portes d’embarquement se trouvent plus loins dans l’aérogare, les passagers doivent donc marcher plus longtemps.
  • Il se plaint aussi qu’il n’y a pas de petits goodies d’offert ou à acheter non plus, c’est pour ça qu’il a demandé un magazine de souvenir à l’hôtesse de l’air.
  • Il n’a pas posté de photos pour les repas (en Chine le mode Avion n’est pas autorisé, les téléphones portables doivent être éteints), mais le standard est plus élevé que les autres compagnies aériennes. Les jus de fruit sont de marque, et les plats chauffés sont des spécialités de Sichuan (Henri : une province où les locaux mangent très épicé). Il y a même de croissante à l’amande (Henri : qu’est-ce que c’est ?) de très bonne qualité.
  • Comparer à des « vieux » A320 et B737, il accorde un 100/100 à l’ARJ21-700. Mais en comparaison à un vol avec un B737-800, il ne donnera qu’un 95/100 à l’avion chinois : -5 pour le bruit, -5 pour le compartiment de bagage cabine, -5 pour les matériaux de boutons, et +10 pour les repas (Henri : qui n’a rien à voir avec le modèle d’avion…)
  • Le vol est très « stable », l’atterrissage se fait également tout en douceur.
Article - 2016 07 17 - Un voyage à bord d'un Comac ARJ21-700 - 16

le « Type Certificate » de l’ARJ21-700 délivré par CAAC en fin 2014

Son retour d’expérience est très intéressant. Même si les avis sont parfois très personnels, mais ils nous permettent d’avoir une première idée sur cet avion dont le cycle de développement a été particulièrement long, du fait de la manque d’expérience de Comac dans les processus de certification – le programme a mis plus de 11 ans pour obtenir son certificat de navigabilité de CAAC.

Au niveau des commandes, le nombre d’appareils signé s’élève à 426 avions aujourd’hui. Le dernier contrat a été signé il y a quelques jours à Farnborough International Airshow qui porte sur 60 appareils. Ils sont acquis par China Aircraft Leasing Group qui prévoit de constituer une flotte en Indonésie.

Avec de plus en plus de ARJ21 qui seront entrés en service, Comac, son constructeur, a crée un portfolio de formation dédié.

La compagnie Chengdu Airlines par exemple compte aujourd’hui 8 pilotes certifiés et 55 personnels au sol de formé, plus 52 hôtesses et stewards ainsi que 30 personnels de service qualifiés.

La chaîne de télévision CCTV a diffusé fin Juin un reportage sur le centre de formation des pilotes d’ARJ21-700 :

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT