Z-18F : l’hélicoptère ASW du porte-avions chinois

Jamais jusqu’à présent on n’avait vu l’hélicoptère Z-18F armé, et c’est chose faite maintenant. En effet, plusieurs photos de cette variante de lutte anti-sous-marine (ASW) de Z-18 ont été postées récemment dans un forum militaire chinois, montrant l’oiseau de près de 14 tonnes armé de deux torpilles légères de type Yu-7K.

Z-18F armée de deux torpilles Yu-7K (Source : 北京富爷)

Dévoilé pour la première fois en Février 2014 avec l’apparition de deux prototypes, immatriculé 01 et 02 respectivement, le Z-18F a fait couler beaucoup d’encre dans un contexte où les vecteurs aériens ASW de la marine chinoise sont en nombre insuffisants, par rapport à une flotte de navires qui ne cesse de se renouveler et se moderniser.

Pour autant, il n’y a que très peu d’éléments qui ont été officiellement communiqués à son sujet, et voici quelques points que nous savons.

On sait par exemple que le Z-18F fait parti d’un sous-projet du programme de porte-avions Liaoning. Il est prévu que le premier porte-avions chinois va en doter six hélicoptères de ce type, soit la moitié du nombre de voilures tournantes prévues à bord.

Dans la dotation standard de Liaoning, les forces aériennes sont composées de 24 avions de chasse J-15, deux hélicoptères AEW Z-18J, six hélicoptères ASW Z-18F et deux hélicoptères de surveillance Z-9D.

Nouveau sonar trempé à basse fréquence (Source : CCTV-7)

En plus de son radar de surveillance sous le nez, cet hélicoptère développé spécifiquement pour les missions de lutte anti-sous-marine st équipé d’un nouveau sonar trempé à basse fréquence, probablement le même que celui sur les Z-9C, dont la forme fait penser au sonar américain AN/AQS-22 de Raytheon.

Les ouvertures placées sous l’arrière de son fuselage permettent aux opérateurs de larguer une trentaine de bouées acoustiques pour quadriller la zone recherchée. Et les deux pylônes extérieurs sont capables d’emporter quatre torpilles ou missiles anti-navire légers de type YJ-9.

La plateforme elle-même dérive du nouveau Z-18, qui décline en plusieurs versions aujourd’hui comme l’AC313 du marché civil, le Z-18A pour l’armée de terre chinoise ou encore le Z-18J AEW.

A noter que le développement du radar principal de Z-18J a démarré avant 2009, signe que la marine chinoise avait anticipé la composition du groupe aéronaval autour du porte-avions Liaoning, avant que les travaux de transformation soient commencés.

Deux Z-18 version standard de transport et deux Z-9D sur le porte-avions Liaoning.

Avec la taille imposante de Z-18F – 23 mètres de long une fois les pales de rotor en composite déployées – peu de navires de première ligne chinois est capable de le recevoir sur le pont. Mais comme AVIC n’a pas encore proposé d’autres plateformes lourdes offrantes une autonomie comparable, d’environ 900 km, et une capacité d’emport jusqu’à 4 tonnes, le Z-18F reste encore à ce jour le meilleur choix disponible pour la marine chinoise.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Et bien, cela est un bel hommage aux concepteurs du Super Frelon 🙂 Article mit en référence sur celui de l’Avicopter AC313 du Wiki.

    Au fait, la version civile d’origine n’a pas l’air de beaucoup se vendre ? Vous confirmé ?

LEAVE A COMMENT