XTER-1 : l’Université de Xiamen s’invite au club « Hypersonique »

Avec le vol réussi de sa fusée réutilisable portant une demi-maquette en configuration « double waverider », l’Université de Xiamen vient de rejoindre, depuis mardi dernier, son confrère l’Université Nationale de technologie de Défense (NUDT) à devenir l’un des rares acteurs académiques chinois qui ont testé en situation réelle un engin hypersonique.

Le lanceur, d’une masse de 3,7 tonnes et co-développé avec la startup Space Transportation Technology (北京凌空天行科技有限責任公司), a décollé le 23 Avril à 07h28 heure de Pékin depuis un pas de tir dans le désert situé à l’ouest de la Chine.

L’ensemble a été récupéré au sol, intact, après un vol qui a eu lieu entièrement à l’intérieur de l’atmosphère dont la durée reste inconnue. On sait toutefois que l’engin mesure 8,7 mètres de haut et il est muni des ailes d’une envergure de 2,7 mètres. « Jiageng 1 », ou 嘉庚一号 en chinois, est en effet un lanceur ailé.

Selon les éléments rendus publiques, ce premier essai a non seulement permis de tester les caractéristiques aérodynamiques du concept « double waverider » conçu par l’Université de Xiamen, mais aussi d’expérimenter la récupération de la fusée et sa charge utile grâce aux parachutes et aux coussins d’air, ainsi que les systèmes de contrôle et de suivi au sol.

Si le fait que le domaine hypersonique est devenu l’un des sujets de recherche fondamentale très porteurs en Chine demeure indéniable, et que de nombreux acteurs académiques et industriels surfent sur ce courant ascendant et profitent de financement divers, le cas de l’Université de Xiamen et de Space Transportation Technology reste intéressant et suscite tout de même quelques questions.

A commencer par le cycle de développement – 7 mois selon la faculté chinoise. Dans son article publié le jour même du lancement, l’Université de Xiamen fait savoir que les équipes conjointes avec Space Transportation Technology ont terminé la conception, la fabrication et la mission de lancement en seulement 7 mois. Autrement dit, le projet de XTER-1, engin en double waverider testé durant le vol, et du lanceur Jiageng-1, a été démarré en Septembre 2018.

Une vitesse record certes, mais surprenant, à se demander comment cela est possible. Une recherche rapide sur la startup Space Transportation Technology laisse penser que son dirigeant, WANG Yi Dong (王毓栋), serait un chercheur connu dans le domaine hypersonique et un ancien de l’Institut CALT, constructeur de la plupart des fusées chinoises Longue Marche. WANG a notamment été invité à présenter ses recherches dans la première conférence de Chinese Aerodynamics Research Society en 2018.

On aurait pu donc penser à une collaboration classique, où l’Université de Xiamen fournit la charge utile, à savoir l’engin double waverider XTER-1, et Space Transportation Technology la fusée et les services du lancement. Mais on apprend que le lanceur ailé réutilisable Jiageng-1 est développé sur la base de Tianxing I (天行I), qui n’a à priori jamais volé auparavant.

Et une publication de NORINCO vient semer encore plus de doute dans l’histoire. En effet, le groupe d’armements terrestres chinois s’est félicité du succès de son moteur à poudre, qui a propulsé le Jiageng-1 et XTER-1 dans leur vol inaugural, dans un article paru sur son compte de réseau social Weixin. Il s’agit également du premier vol pour ce moteur de NORINCO, et l’article mentionne une altitude de 27,4 km atteint par l’engin, contrairement aux 26,2 km mentionnés par l’Université de Xiamen et Space Transportation Technology dans leur communication.

Quant à la question sur la vitesse de point atteint durant le vol, des éléments indiquent que Jiageng-1 portant XTER-1 sur sa pointe a filé jusqu’à Mach 4 avant d’effectuer un grand virage pour freiner et réduire progressivement sa vitesse jusqu’à Mach 0,35 à son retour au sol en mode planeur.

Parmi les charges utiles, mis à part le XTER-1 qui est conçu pour expérimente le domaine hypersonique, figurent une dizaine d’équipements de mesure conçus par l’Université Xidian, une institution spécialisée dans l’électronique à Xi’an, dont deux capteurs de particules à haute énergie et un caméra intégré à faible consommation ainsi que des systèmes de transfert de données sans fils UWB.

On notera que contrairement à ce que prétendent certains médias sur la nature militaire du projet, XTER-1 est développé dans le cadre du programme « Système de propulsion TBCC pour appareils civils » (民机涡轮基组合动力系统), qui vise à augmenter la vitesse des avions de transport d’aujourd’hui par cinq et arriver à n’importe quel point du globe en deux heures.

L’analyse des publications R&D montre que l’Université de Xiamen a effectivement mené des recherches dans la conception aérodynamique d’engin hypersonique depuis au moins 2007. La configuration « Double waverider » fait partie des candidats en étude pour la conception de l’entrée d’air hypersonique.

Les articles de la faculté chinoise laissent penser que plusieurs vols sont encore à venir.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comment
  • Nouveau lanceur, nouveau moteur et nouveau booster sans tests préalables développé en 7 mois ?

    Effectivement, cela laisse songeur. Une dizaine d’années de R&D et 7 mois de construction des pièces et assemblage me semble plus plausible.

LEAVE A COMMENT