Vol inaugural du drone Harrier II version armée

On pensait que le programme ait été abandonné, ou du moins réorienté exclusivement vers les clients civils, mais force est de constater qu’il y a toujours de la place pour un nouvel arrivant dans le marché grandissant de drones militaires en Chine. C’est ainsi qu’on apprend que la version armée du drone MALE chinois Harrier II, conçu par Guizhou Aviation Industry Corporation (GAIC), a pris son envol pour la première fois en ce début du mois.

Selon la filiale de l’avionneur chinois AVIC, le vol inaugural du drone rebaptisé « Air Sniper » a eu lieu à l’aéroport de Anshun Huangguoshu (安顺黄果树机场) le mardi 3 Juillet dans la matinée. Le compte Weixin du GAIC indique que le programme est surtout motivé par « la (bonne) perspective du marché » et « les demandes de client étranger ».

Qualifié officiellement comme un système de drone de moyenne et haute altitude, à faible vitesse et de longue endurance (中高空、低速、长航时无人机系统), le développement d’Air Sniper est basé notamment sur le drone de reconnaissance existant Harrier II.

On apprend alors que cette variante armée peut réaliser des cycles de vol entièrement automatisés, et capable de mener des missions comme la reconnaissance optique et SAR, la SIGINT et le brouillage électronique, mais aucune donnée détaillée n’a encore été communiquée.

On pense toutefois que sa performance serait proche de celle du Wing Loong I, c’est à dire avec une MTOW autour d’une tonne, une capacité d’emport inférieure à 200 kg et une autonomie d’environ 20 heures.

A noter que s’il s’agit du premier vol confirmé du Harrier II en version armé, on avait déjà vu en 2012 le même drone au sol doté de deux missiles et d’un radar SAR, mais visiblement il n’a jamais volé jusqu’ici.

Il est évident qu’avec la percée fulgurante d’un autre drone armée du groupe AVIC, Wing Loong, qui accumule des contrats d’export sur le marché international et en Chine depuis 2010, lui-même suivi de très près par les drones militaires Cai Hong du groupe d’aérospatiale chinois CASC, comme les CH-3, CH-4 et CH-5, il restait peu de créneau jusqu’à présent pour qu’un programme redondé tel que le Harrier II puisse exister et être économiquement viable.

On ignore donc quel « client étranger » s’est intéressé à Air Sniper aujourd’hui et qui a donné de l’élan pour le relancer maintenant, mais il est probable qu’il ne s’agisse simplement d’un premier prototype que GAIC a fait voler début Juillet afin de redémarrer ses outils industriels et le marketing autour du projet, puisqu’une version plus élaborée du drone Harrier II serait au menu depuis 2014, si l’on croit à l’exposition à nombreuses reprises d’une marquette portante le même nom.

Ce futur Harrier II, de profile bien plus « furtif », est affiché avec une longueur de 7,665 mètres et une envergure de 14,4 mètres selon les chiffres officiels d’AVIC. Le drone pourra emporter jusqu’à 400 kg de charges externes, et voler à un plafond de 7 500 mètres et à une vitesse de 215 km/h, le tout avec une autonomie de 32 heures en vol.

Et sans oublier le drone Harrier III, en configuration aile volante à hélice, qui n’existe que sur papier pour le moment.

Drone

L’évolution future du drone Harrier II (Photo : AVIC)

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT