Université NUDT fait voler un essaim de drones à voilure fixe

Selon un article paru il y a deux jours dans le journal officiel de l’armée chinoise, une équipe de chercheurs de l’université militaire chinoise National University of Defense Technology (NUDT) a testé avec succès, au début Décembre, un essaim de « plusieurs dizaines » de drone à voilure fixe.

Le texte n’a donné que peu de détails – On apprend seulement que l’essai a eu pour l’objectif d’évaluer les technologies de vol autonome en formation, et l’aptitude de l’essaim à mener une mission de reconnaissance au dessus d’une zone déterminée.

Le projet et les travaux de développement sont dirigés par le professeur SHEN Lin Cheng (沈林成), directeur de thèse et président de l’institut des sciences de l’intelligence artificielle de la NUDT.

« L’équipe travaille depuis neuf mois sur la préparation de cet essai d’essaim, on doit parfois procéder à une centaine de vol d’essai par jour », indique cet ancien directeur de l’institut de génie électro-mécanique et d’automatisation, « On a des objectifs précis à court, moyen et long terme, qui concordent avec ceux fixés par le gouvernement sur la modernisation des forces armées chinoises à l’horizon 2020, 2035 et 2050. »

Malgré des conditions « rudimentaires » du site d’essais, l’équipe des chercheurs de NUDT d’un âge moyen de 30 ans est parvenu à faire une percée dans les domaines de la perception parallèle, la prédiction de l’intention comportementale, et le contrôle de vol autonome centré sur le traitement des incidents aléatoires, souligne l’article de People’s Liberation Army Daily.

A noter que la même équipe universitaire a déjà mené un autre essai d’essaim en mois d’Octobre, mais le nombre de drones était limité à seulement « quelques uns », selon un autre article publié sur le site de l’armée chinoise.

Au moins deux autres entités en Chine travaillent actuellement sur des projets de l’essaim de drones. En mois de Juin cette année, le géant électronique chinois CETC a réalisé un vol de démonstration avec 120 drones à voilure fixe (1 fut perdu après le décollage). L’essaim s’est regroupé de manière autonome en vol et a mené des essais autour de plusieurs sujets, comme la mise en réseau ad-hoc, le regroupement autonome par escadrilles de mission, la surveillance en mode distribué et l’encerclement de cibles par exemple.

L’Académie chinoise des Sciences (CAS), quant à elle, a également effectué des tests en stratosphère avec des mini-drones à voilure fixe non propulsés, lancés par une catapulte électromagnétique en haut d’un ballon spécial.

Mis à part la NUDT, le CETC et la CAS, l’analyse des documents R&D rendus publiques montre qu’au moins une dizaine d’universités et d’industriels chinois ont aussi lancé des projets de recherche sur les technologies liées au travail collaboratif des drones – aériens, navals ou terrestres – et aux applications possibles de l’essaim de drones dans le domaine militaire.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT