Une brigade de DF-26 s’entraîne aux tirs rapides

Une brigade des forces des fusées chinoises a mené récemment un exercice nocturne, durant lequel des simulations de tir du missile balistique longue portée DF-26 ont été réalisées, si l’on croit à un nouveau reportage télévisé de la chaîne nationale CCTV-7.

Bien que les journalistes militaires de l’armée chinoise n’ont révélé aucune information sur l’unité, le lieu ou même le modèle de missile, on a pu tout de même identifier ce dernier à l’aide de quelques images repérées dans la vidéo.

En effet, les véhicules TELs (Tracteur-Erecteur-Lanceur) que l’on peut voir au début du reportage disposent de six essieux, deux à l’avant et quatre à l’arrière. Cette configuration est typique de celle du TEL 12×12 de DF-26, du modèle HTF-5680 conçu par la filiale Taian du groupe chinois CASC.

On peut remarquer également le « creux » conique, de forme particulière qui le distingue de celui des TELs de DF-21C et de DF-21D, que l’on peut apercevoir au milieu de la cabine de conduite dans un passage de la vidéo.

Durant cet exercice, les bataillons de cette brigade de DF-26 ont reçu l’ordre d’investir cinq sites de tir. Les opérateurs se sont entraînés au camouflage contre le passage de satellite de reconnaissance, aux contre-mesures face au brouillage de communication, ainsi qu’à la résistance aux frappes de précision et biochimiques.

Selon le colonel LU Kang Wen (吕康文), commandant de la brigade en manœuvre, cet exercice nocturne a pour but de vérifier la capacité de ses troupes à mener le tir en salve, le lancement rapide et aussi le redéploiement sur plusieurs sites différents.

Grâce à une base suspensive placée au fond du tube de missile, à l’image de celle du missile balistique sovéitique RSD-10 Pioneer (Code OTAN SS-20), le lancement de DF-26 ne nécessite plus des pas de tir bien préparés et en coordonnées fixes. Il peut, en principe, d’être lancé sans condition stricte du sol, améliorant ainsi la mobilité et la survivabilité du TEL, et la rapidité du lancement.

Il est à noter que LU avait été le responsable du service des équipements d’une autre brigade de missile balistique antinavire DF-21D basée à Qingyuan, au sud de la Chine. Cette promotion au commandement d’une brigade de DF-26 reste donc cohérente car ce missile balistique IRBM, d’une portée de 4 à 5 000 km, a également pour fonction de frapper des cibles navales de taille importante telles que les porte-avions.

Cet élément suggère aussi que la brigade de DF-26 en question est également basée au sud de la Chine, probablement dans la province montagneuse de Yunnan. Il pourrait donc s’agir d’une nouvelle unité dotée de ce missile balistique de longue portée.

DF-26

La portée (estimative) du missile DF-26 depuis Kunming, au sud de la Chine.

Un dernier point intéressant – A la fin du reportage de CCTV-7, on peut aussi voir apparaître des TELs de DF-21D. Bien que l’idée est tentante de dire que les forces des fusées chinoises font manœuvrer ensemble deux types de missiles balistiques antinavires, mais en réalité ces séquences n’ont très probablement rien à voir avec l’exercice de tirs rapides de DF-26 d’ici.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Hello Henri,

    Great view from inside TEL’s cabin! But I don’t like the two front men lack direct visual contact, though. What if the driver suddenly lose conscience?
    Early exploitation of TELs revealed negative effects from low-frequency vibrations of the massive structure: sometimes drivers got lost for the time being.
    By « base suspensive placée au fond du tube de missile » you mean LAD (launch assist device), right?
    It only ejects the missile from the tube, yet all nessessary procedures remain as before: the vehicle needs to be levelled, which in turn requires flat and hard terrain.
    Usually, it’s a chain of pre-surveid spots along the road, each with exact coordinates prepared in advance.

    Follow your posts daily,
    Nix

LEAVE A COMMENT