Un nouveau CIWS pour les vieilles frégates chinoises

Les photos parues le mercredi 22 Février sur le site de l’armée chinoise montrent que la vieille frégate chinoise 564 Yichang, de classe Type 053H3, est dotée désormais d’un nouveau modèle de CIWS pour son auto-défense.

La frégate chinoise, admise au service active en Décembre 1999, est la 4ème Type 053H3 sur les 10 bâtiments construits au total. Elle avait entamé sa refonte à mi-vie depuis le 1er trimestre 2015, et a réintégré la flotte du Nord en Janvier 2017.

Le navire a subi de nombreuses améliorations et mises à jour, notamment au niveau de ses senseurs et ses armements. On peut citer par exemple une nouvelle suite de brouilleurs électroniques actifs, le renouvellement des radars de conduite de tir, l’ancien système de défense anti-aérien H/HQ-7 remplacé par le nouveau CIWS à missile HQ-10, et les quatre tourelles de double-canon Type 76A de calibre 37 mm, installés deux à l’avant et deux sur le hangar d’hélicoptère, ont laissé leur places à deux nouveaux CIWS à 7 tubes de calibre 30 mm.

Pour la dernière couche de défense rapprochée, les navires chinois de première et de deuxième ligne sont principalement dotés de trois différents types de CIWS –

  • le H/PJ-11 à 11 tubes de calibre 30 mm, capable de défendre contre des cibles volants jusqu’à Mach 4 grâce à une cadence de tir de près de 10 000 rd/min. Il est installé sur le porte-avions Liaoning, les destroyers chinois les plus récents comme le Type 055, et à partir de la 17ème frégate de Type 054A.
  • le H/PJ-12 à 7 tubes de calibre 30 mm, d’une cadence de tir jusqu’à 4 200 rd/min. C’est le modèle le plus répandu dans les flottes chinoises aujourd’hui et équipe de nombreux destroyers et frégates de première ligne.
  • le H/PJ-13 à 6 tubes de calibre 30 mm, issue de la rétro-ingénierie de l’AK-630 soviétique. Cette version chinoise est considérée comme la solution « low-cost » et est installée par exemple sur le FAC de Type 22 ou encore les navires amphibies de Type 071.

Il existe aussi deux autres modèles de CIWS mono-tube, le H/PJ-14 et le H/PJ-17, qui sont installés sur les pétrolier-ravitailleurs et les corvettes de Type 056.

Mais ce nouveau CIWS qui se trouve sur la frégate 564 Yichang est physiquement différent de ces cinq modèles. Sa tourelle ressemble à la version dégradée de H/PJ-12 qui est proposée à l’export – le PJ-12B – mais la forme est rendue « furtive », et ses tubes sont enveloppés comme sur l’AK-630 pour le refroidissement à eau.

On peut remarquer aussi plusieurs points intéressants sur ce nouveau modèle – Contrairement à H/PJ-11 et H/PJ-12 qui équipent les bâtiments de première ligne chinois, il n’a pas de senseurs optronique et radar intégré. Deux tourelles partagent alors le même système de suivi et de conduite de tir. Cela dégrade donc mécaniquement la réactivité, la capacité multi-cibles et la précision du système, mais en contre-partie permet de réduire fortement le coût.

A titre d’exemple, la performance globale de H/PJ-12 est 23% supérieure à celle de H/PJ-13, qui a un système de conduite de tir « distribué », selon l’évaluation officielle de la marine chinoise.

Ensuite, ces deux nouveaux CIWS ont remplacé quatre anciennes tourelles de Type 76A pour la défense rapprochée de la frégate, cela revient à dire que leur performance est au moins égale, sinon supérieure. Si la marine chinoise n’a pas choisi d’implémenter le H/PJ-13 d’imitation russe, qui est installé habituellement par nombre de quatre sur les bâtiments de taille importante, cela voudrait aussi dire que le nouveau système est aussi plus performant.

On peut donc estimer que ce nouveau CIWS serait moins onéreux que le H/PJ-12, qui coûterait 6,5 M€ pièce, sans parler du H/PJ-11, mais plus performant que les autres systèmes existants.

Il s’agirait donc une solution alliant l’économie et la performance, et qui serait plutôt adaptée à des navires de deuxième ligne, ou les vieux bâtiments à refondre, qui se voient confier des missions de moyenne à faible intensité.

On ignore pour le moment le nom de son constructeur, mais il pourrait d’agir de l’Usine 152 du groupe d’armements chinois NORINCO.

Pour finir, quelques mots sur le devenir des frégates de Type 053H3 – parmi les 10 navires construits entre 1996 et 2005, deux ont terminé leur refonte à mi-vie dont le 564 Yichang, et deux autre (565, 567) sont actuellement en chantier. Quatre des plus anciens (de 521 à 524), qui sont en service dans la flotte de l’Est, n’ont pas été modifiés, probablement parce que les nouvelles Type 054A ont rejoint abondamment cette flotte, ou la révision mi-vie était déjà passée quand le programme d’amélioration a été décidé. Reste donc les deux petits derniers, admis au service actif en 2005, qui n’atteindront la mi-vie qu’en 2020.

Henri K.

 

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT