Un navire d’espion chinois surveille l’essai du THAAD ?

Le 11 Juillet 2017, l’Agence de défense anti-missile (Missile Defense Agency, MBA) des Etats Unis a mené avec succès un nouvel essai de son système anti-balistique haut endo-atmosphérique THAAD, le 14ème depuis 2005.

La particularité de ce test, baptisé « Flight Test THAAD 18 » (FTT-18), est qu’il s’agit de la première réussite de ce système contre une cible de type IRBM, c’est-à-dire un missile balistique à portée intermédiaire ayant une portée maximale comprise entre 3 000 et 5 500 km.

Développé par la société américaine Orbital ATK, le missile-cible simulant le comportement d’un IRBM a été largué depuis un avion de transport C-17 au large de Hawaï. Il devrait avoir parcouru un peu plus de 2 000 km avant que le système intercepteur THAAD, installé sur l’île de Kodiak en Alaska, ne l’abat.

Orbital ATK a reçu un contrat global de 140 millions de dollar US pour construire 16 missiles cibles d’ici 2019.

Mais ce que les Américains n’attendaient probablement pas est la présence d’un navire SIGINT de la marine chinoise, arrivé au large d’Alaska « quelques jours avant » ce test de THAAD.

L’information a été révélée par Scott Miller, porte-parole du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), mais il ne souhaite pas spéculer sur la raison de la présence du navire chinois sur zone.

Deux autres officiers de l’armée américaine précisent à la chaîne CNN que le bâtiment opérait légalement dans les eaux internationales, à 100 miles nautiques des côtes d’Alaska, et que les États-Unis n’ont pas de préoccupations particulières au sujet du navire chinois.

Bien qu’aucune information n’a été communiqué concernant l’identité du navire SIGINT chinois, mais on pense qu’il s’agit en réalité du 854 Tianlangxing, l’un des six bâtiments de classe Type 815.

En effet, l’armée japonaise l’a déjà repéré le 2 Juillet en train de traverser le détroit de Tsugaru qui sépare les îles de Honshū et Hokkaidō au nord du Japon.

En supposant que le 854 Tianlangxing mettait directement le gap sur l’Alaska une fois avoir quitté le détroit japonais le 2 Juillet, il est tout à fait possible d’arriver près de l’île de Kodiak en sept jours, en naviguant à une vitesse de 16 nœuds en moyenne.

Il est donc peu probable que le navire d’espion chinois arrive à cet endroit et à ce moment précis « par hasard ». La collecte par exemple des données de communication et de trajectographie du système THAAD serait l’objectif de la présence du navire sur place.

THAAD

Le parcours estimatif du navire SIGINT chinois et les zones relatives à l’essai FTT-18 du système THAAD américain.

A noter que, cette arrivée anticipée du 852 Tianlangxing montre que l’armée chinoise savait à l’avance où et approximativement quand l’essai de THAAD aura lieu, et ce non pas par les annonces officielles comme l’analyse des messages aux navigants aériens (NOTAM), car la première publication au public ne remonte qu’au 5 Juillet, bien après que le navire chinois ait quitté le port.

C’est probablement en s’appuyant sur ses propres moyens de détection que l’armée chinoise a décidé d’envoyer ce navire SIGINT pour surveiller le test américain, après avoir analysé et tombé sur la conclusion que les Etats Unis étaient en train de préparer à un tel essai.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT