Type 901 : le pétrolier-ravitailleur pour les porte-avions

Le 15 Décembre 2015, ceux qui passaient dans la nuit près de l’île de Longxue, en face de l’aéroport international de Shenzhen, ont certainement vu glisser lentement dans l’eau un gros navire de près de 240 mètres de long. En effet, le chantier naval GSI du groupe CSSC a mis à flot ce jour là le plus grand pétrolier ravitailleur militaire jamais construit en Chine, le Type 901, pour la marine chinoise.

Sur les images satellites, on peut remarquer la présence de 3 portiques et « demi » pour le transbordement – 4 postes latéraux à bâbord et 3 à tribord, plus possiblement 1 poste en flèche pour le ravitaillement en fluide liquide par l’arrière du ravitailleur.

Le premier Type 901 en image satellite

Curieusement, dans la classification de la marine chinoise, le Type 901 est toujours considéré comme un « navire de ravitaillement général » (综合补给舰), équivalent de l’AOR dans la classification d’US Navy, et non pas en tant qu’un AOE Fast Combat Support Ship, alors qu’il a bien été conçu pour supporter l’ensemble des navires dans un groupe aéronaval (GAN), y compris les porte-avions.

Si on compare maintenant le Type 901 avec la classe Supply, les seuls AOE de l’US Navy capables de suivre les GANs en action et qui ont un peu près le même tonnage, à savoir plus de 40 000 tonnes, ils ont tous les deux 5 postes de ravitaillement en fluide liquide – comprenant les hydrocarbures aviation et navire plus de l’eau – mais l’AOE américain a 3 fois plus de postes en fret solide. Compte tenu du fait que les porte-avions actuels et à venir de la marine chinoise sont également plus petit d’un peu près 1/3, donc le stock en munition et d’autres matériels également, ceci ne semble pas être un souci dans un premier temps.

La classe « Supply » de l’US Navy (en haut) et le Type 901 de la marine chinoise

Selon nos sources, le projet de Type 901 a été officialisé aux alentours de 2011, soit 1 an avant l’admission au service actif du premier porte-avions chinois Liaoning. Le déplacement lège du ravitailleur est de 27 000 tonnes, et dépasse les 48 000 tonnes en charge.

Dans sa configuration initiale, le Type 901 est prévu de se doter de plusieurs armements d’autodéfense, comme le CIWS à canons 11 tubes H/PJ-11 de cadence supérieure à 10 000 coups par minute, le CIWS à missile HQ-10 ainsi qu’une suite complète de contre-mesure électronique. Mais la disposition finale dépend du budget alloué, car la marine chinoise a l’habitude de « tailler » dans les armements quand le budget n’est pas suffisant.

La particularité du Type 901 par rapport aux pétroliers ravitailleurs de l’ancienne génération en service dans la marine chinoise, comme les Type 903, Type 905 et Type 908, est l’implémentation d’un système de soutien logistique sophistiqué, qui lui permet de calculer en temps réel, via les liaisons de données trans-armées, la consommation et aussi le stock en tout genre des navires se trouvant sous son affectation. Le système propose alors automatiquement des plans de ravitaillement optimisés en fonction des missions à effectuer et des conditions en mer.

Tout comme les autres ravitailleurs chinois, le Type 901 est doté de plusieurs postes médicaux qui permettent de recevoir des patients, bien que la marine chinoise dispose ses propres navires hôpitaux. Les photos d’amateur montrent également deux hangars à la poupe, dont la taille est suffisante pour accueillir les hélicoptères de classe 13 tonnes comme les Z-8S et Z-8JH par exemple.

A ce jour, malgré une flotte de ravitailleurs haute mer assez conséquente qui compte un Type 908 de 37 000 tonnes, deux Type 905 de 22 000 tonnes et huit Type 903 / Type 903A de 23 000 tonnes, la marine chinoise manque encore cruellement en nombre les pétroliers ravitailleurs, capables d’accompagner les navires de première ligne dans les missions « Blue water » qui deviennent de plus en plus fréquentes.

Quand, par exemple, l’US Navy a en moyenne un AOR / AOE pour 5 navires de première ligne, ce chiffre est de 1 pour 15 chez la marine chinoise. La conséquence directe est une moyenne de 200 jours par an en mer de ses derniers ravitailleurs, qui pose un souci dans la flexibilité opérationnelle, la gestion d’équipage et la fatigue de matériels.

Il n’est donc pas étonnant de voir passer une nouvelle vague de commande des ravitailleurs haute mer depuis le 12ème plan quinquennal (2010-2015) – en une seule année 2016, trois pétroliers ravitailleurs de Type 903A ont été admis au service actif.

La construction de cette nouvelle classe de pétrolier ravitailleur de 40 000 tonnes, dont le deuxième exemplaire serait déjà sur cale, est non seulement la preuve que la marine chinoise prend la montée en puissance de ses GANs très au sérieux, mais aussi qu’elle a bien l’intention d’opérer de manière de plus en plus « globale ».

L’affaire à suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comment

LEAVE A COMMENT