Tueur de bateau de pêche – Hsiung Feng III : Part 3

Le commandement de la marine et le ministère de la défense taïwanais ont de nouveau organisé une conférence de presse vendredi soir à 19h30, la 3ème en une seule journée, pour donner plus de détails sur l’incident du tir par erreur d’un ASM supersonique Hsiung Feng III, qui a causé 1 mort et 3 blessés sur un bateau de pêche local.

Premiers éléments de l’enquête

Selon le commandant de la flottille 131 qu’appartient la corvette 610 Jin Jiang où l’incident a eu lieu, le second-maître Jia Jun GAO n’a pas respecté la procédure standard (SOP) et aucun officier n’était présent au moment du fait.

Le missile a été lancé à 08h15 et a atteint la « cible » deux minutes plus tard.

L’amiral Shu Guang HUANG, commandant en chef de la marine taïwanaise, indique que la corvette était en train de procéder à une évaluation de l’équipage dans une simulation de combat. Les instructeurs ont créé un scénario de simulation où « les navires ennemis sont entrés dans les eaux des îles Pescadores », c’est ainsi que les paramètres du tir ont été saisis dans le système de combat du missile.

Le commandant en chef de la marine taïwanais s'excuse pour le tir par erreur, c'est la 2ème fois en quelques jours que l'amiral présente ses excuses au public. 3 soldats du corps des marines taïwanais ont torturés et pendus un chien errant fin Juin, provoquant la colère des défenseurs d'animaux de la ville de Kaohsiung.

Le commandant en chef de la marine taïwanais s’excuse pour le tir par erreur, c’est la 2ème fois en quelques jours que l’amiral présente ses excuses au public. 3 soldats du corps des marines taïwanais ont torturés et pendus un chien errant fin Juin, provoquant la colère des défenseurs d’animaux de la ville de Kaohsiung.

Au moment du tir virtuel, le second-maître a obtenu l’autorisation de la mise en contact du missile auprès de son supérieur, un lieutenant de vaisseau qui est responsable du système du missile. Il a ensuite contourné les 4 autres étapes de confirmation, à savoir :

  1. confirmer la mise en alimentation du système de lancement,
  2. confirmer le modèle de combat,
  3. double autorisation de sous-officier de missile et d’officier d’armement, et enfin
  4. l’autorisation du tir du capitaine. Le second-maître a choisi le modèle de combat avec missile réel au lieu de simulation, puis appuyer sur le bouton « Lancer ».

D’après le communiqué, tous les sous-officiers et officiers étaient « en réunion », laissant le second-maître seul sur les lieux, alors que la procédure demande que les officiers et le capitaine de la corvette soient présents au moment du tir.

Une sanction qui va dans le sens de l’avis du peuple…

La sanction a également été communiquée hier lors de la conférence : le commandant en chef de la marine taïwanaise a reçu un avertissement, le commandant de la flotte et le commandant de la flottille 131 reçoivent chacun 2 avertissements, le second-maître en question ainsi que ses 3 supérieurs hiérarchiques directs reçoivent chacun entre 1 à 2 avertissements graves.

La liste des sanctions

La liste des sanctions

Les responsabilités pénales, quant à elles, seront traitées à part par l’autorité judiciaire.

Les premières réactions sont vives chez les internautes taïwanais : il y a ceux qui sont rassurés par la qualité de leur arme de « Star » car selon eux si Hsiung Feng III peut détecter et attaquer un bateau de pêche, il pourra certainement faire de même sur le porte-avions chinois.

Il y a aussi ceux qui s’interrogent sur comment un tel missile a pu être lancé avec un seul homme, et ils se posent la question de savoir si c’est réellement un incident involontaire, sachant que la Chine fête le 95ème anniversaire de la création du parti communiste au même jour.

Le missile Hsiung Feng III aurait-il pu atteindre une cible chinoise ?

A ce sujet, si on écarte les discussions autour de la théorie du complot, qui emmènent nul part à notre niveau, y-a-t-il un réel risque qu’un tel tir par erreur puisse provoquer une réaction militaire de la Chine ?

Pour pouvoir réagir, encore faut-il le savoir.

En ignorant complétement si les dizaines d’AWACS chinois comme KJ-200, KJ-500 et KJ-2000 de la marine et de l’armée de l’air chinoise étaient en patrouille dans la zone, ou s’il y a des bâtiments de la marine chinoise présents à proximité au moment du fait, on ne peut pas savoir si l’armée chinoise ait détecté la mise à feu du missile si ce dernier emprunte un profil de vol L-H-L.

Mais, sachant que le missile Hsiung Feng III n’a volé que pendant 2 minutes et a touché un bateau de pêche près de Penghu (les îles Pescadores), nous pouvons supposer qu’il a adopté un profil L-L-L tout au long de son vol, et donc qu’en principe les stations de radars de veille au sol à l’autre côté du détroit de Formose, situés à plus de 280 km de Kaohsiung, ne puissent pas le détecter.

En revanche, il existe au moins un radar haute fréquence chinois à ondes de surface (HFSWR), officiellement appartenant à la SOA ([i]State Oceanic Administration[/i]) mais en réalité administré par l’armée chinoise, qui pourrait détecter le départ et la trajectoire 2D du missile.

Ce radar chinois de modèle OSMAR localisé à Longhai peut détecter les engins volants trans-horizons à plus de 200km, et il est en place depuis plus de 8 ans. Un autre modèle civil est installé sur l’île de Dongshan un peu plus au Sud mais semble être utilisé pour analyser le courant maritime et la météorologie.

Bien que ce genre de radars détecte assez mal l’altitude des cibles, mais cela donne un délai de réaction beaucoup plus confortable que si on doit se fier aux radars installés au niveau du sol, qui sont limités en portée par l’horizon (entre 35,7 à 41 km) sur les cibles rasantes.

Émetteur du HFSWR de Longhai

Émetteur du HFSWR de Longhai

Récepteur du HFSWR de Longhai : Il se situe à 2km de l’émetteur et est long de 650m

Ce type de radars HFSWR qui représente un réel avantage dans le domaine de surveillance militaire mais aussi de l’étude scientifique, est en train d’être implémenté petit à petit sur toute la côte Est de la Chine. Il constitue l’un des moyens de détection longue-portée pour l’armée chinoise contre les intrusions en tout genre.

Les HFSWR sont équitablement répartis sur la côte Est de la Chine, certains sont militaires, d'autres civils.

Les HFSWR sont équitablement répartis sur la côte Est de la Chine, certains sont militaires, d’autres civils.

Quant bien même que les Chinois ne voient pas partir le missile, est-ce que le Hsiung Feng III peut atteindre la côte chinoise ?

Etant donnée la configuration, le niveau techologique (en faisant référence à ALVRJ) et la taille du missile, j’en doute fort.

J’ai dessiné rapidement le schéma suivant en me basant sur la carte communiquée par le MoD taïwanais : si le missile suit sa route initiale sans heurter le bateau de pêche, il devrait arriver sur la côte de Xia’men environ 300km plus loin. Mais en profil de vol L-L-L tel que je supposais, si jamais le missile de ce type peut faire 130km c’est déjà très optimisé, et même en profil L-H-L je ne suis pas certain qu’il puisse dépasser les 200km. Donc au mieux il finira sa course dans l’eau.

La zone de l'impact du missile avec le bateau de pêche devrait se situer entre les deux cercles blancs (entre 80 et 122km du port de Kaohsiung)

La zone de l’impact du missile avec le bateau de pêche devrait se situer entre les deux cercles blancs (entre 80 et 122km du port de Kaohsiung)

Par conséquent, le risque de « couler » par erreur un bâtiment de la marine chinoise avec un Hsiung Feng III est à priori assez faible, il n’est donc pas étonnant de ne pas avoir la moindre réaction de la part de l’armée chinoise jusqu’à présent. Néanmoins, il reste encore beaucoup de zones d’ombre sur cet incident, la suite à suivre…

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comment
  • le détroit de Formose est réputé très fréquentés par les hordes de portes conteneurs, cargos, pétroliers et autres venant de Coree et du nord de la Chine. On peut s estime chanceux que ce missile n est pas frappe une cible plus importante.

LEAVE A COMMENT