Les troupes de défense côtière se dotent de mini centrale nucléaire ?

Selon un article paru ce mercredi dans l’un des journaux publiés par l’armée chinoise, le China National Defence News, les forces de défense côtière chinoises sont désormais équipées de « mini centrale nucléaire », développée par une société civile de la ville de Hefei, qui a soulagé les difficultés en énergie de certaines unités en zones lointaines.

Centrale nucléaire

L’extrait du journal China National Defence News

La nouvelle a immédiatement créé le buzz sur l’internet chinois, et nombreux sont des internautes qui spéculent déjà sur l’usage de ce « mini centrale nucléaire » dans d’autres domaines, comme sur les sous-marins par exemple, mais cette nouvelle a surtout suscité nos points d’interrogation.

Comment est-ce que c’est possible ?

Nous posons cette question non pas parce que la mini centrale nucléaire n’existe pas et qu’il soit une pure invention des médias étatiques chinois, bien au contraire, mais surtout parce que nous avons suivi son projet depuis 2016 quand elle était encore au laboratoire de l’Académie chinoise des Sciences, et d’un point de vue planning il nous paraît fort peu probable que les mini centrales nucléaires aient déjà été livrées à l’armée chinoise.

En effet, l’article du journal a utilisé un mot bien spécifique pour appeler cette centrale : 核电宝, qui veut dire « Pal nucléaire », à l’image de « Charge pal » en anglais qui désigne les chargeurs externes pour les appareils électroniques.

Et ce mot de « Pal nucléaire » est apparu publiquement en Septembre de l’année dernière lorsque l’Institut INEST (Institut of Nuclear Energy Safety Technology), filière de l’Académie chinoise des Sciences, a fait la une de l’actualité en révélant leur succès dans les tests d’un circuit de refroidissement à plomb fondu, dédié à un nouveau réacteur miniaturisé à neutrons rapides, appelé CLEAR-I (麒麟一号), actuellement en cours de développement.

Les chercheurs de l’INEST ont alors évoqué un projet de mini centrale nucléaire basée sur les mêmes technologies, qu’ils comptent mettre 5 ans pour finaliser le premier prototype. Et ils ont justement baptisé ce petit réacteur à venir le « Pal nucléaire » (核电宝), le même nom cité par le China National Defence News dans son article.

Et nos recherches ont montré qu’il existe réellement un projet d’industrialisation de cette mini centrale nucléaire dans la ville de Hefei. On apprend par exemple qu’un accord a été signé en Juillet 2016 entre la ville de Hefei, l’INEST, l’IETP (Institute of Engineering Thermophysics, un autre institut de recherche de l’Académie chinoise des Sciences) et le groupe électricien privé Ying Liu, pour bâtir un site de production des « Pal nucléaire » de classe MW (Mégawatt) dans une zone industrielle de la ville.

Cette annonce officielle donne aussi un détail sur la mini centrale nucléaire en question – il s’agit d’un réacteur à neutrons rapides, refroidi à plomb fondu, qui utilise des turbines à CO2 supercritique (CO2-S) en cycle de Brayton.

Ce dernier point est particulièrement intéressant et confirme bien que les Chinois ont bien l’intention de réaliser une centrale nucléaire miniaturisée qui ne dépasserait pas la taille d’un conteneur standard de 20 pieds, car d’après les chercheurs du National Energy Technology Laboratory à Pittsburgh, à puissance égale les dimensions de la turbine à CO2-S pourraient être réduites d’un facteur 10 par rapport à une turbine classique à vapeur d’eau, avec un gain très important sur le coût.

On estime qu’une turbine à CO2-S de 4 étages, d’un diamètre de 10 cm et d’une longueur de 1,20 m, pourrait alimenter en électricité l’équivalent de mille logements.

Alors si l’accord de collaboration pour bâtir un site de production n’est signé qu’en Juillet 2016, et les chercheurs ont aussi indiqué qu’ils ont besoins de 5 ans à compter de 2016 pour finaliser le produit, comment est-ce que c’est possible que ces « pals nucléaires » soient déjà fabriqués et livrés aux troupes de défense côtière et aux gardes frontaliers en l’espace de 10 mois ?

Mais la question la plus importante maintenant est, s’il ne s’agit pas de mini centrale nucléaire, que pourrait-il être ?

On pense que deux options sont possibles – La première est qu’il s’agisse des GTR, générateur thermoélectrique à radio-isotope, qui sont principalement conçus pour les sondes spatiales. Mais cette option est peu convaincante car la puissance de ceux-ci est bien trop faible, de quelques centaines de Watt en général, pour alimenter les équipements et satisfaire les besoins quotidiens d’une unité de garnison.

La deuxième possibilité est qu’il s’agisse en fait des turbines à gaz de combustion, d’une puissance de 1, 4 ou 35 MW. En effet, d’après un article de l’IETP (voir en haut), cet institut chinois a créé une entreprise, qui s’est établie aussi dans la ville de Hefei mais depuis fin 2013, pour développer et industrialiser des générateurs électriques de turbine à gaz, notamment ceux de 35 MW.

Il est donc probable que les journalistes militaires du China National Defence News se soient mélangés les pinceaux, et il n’est pas exclu non plus que ce soit volontaire de leur part pour cette « erreur ».

On attend bien entendu des éléments futurs pour confirmer ou infirmer ceci.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • Rappelons le programme pour des petites piles nucléaires de l’US Army. 40 ans après l’arrêt du programme, les technologies sont elles enfin mature ?

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Army_Nuclear_Power_Program

    J’ai lu il y a quelques années qu’on avait lancé de nouveau l’idée d’un réacteur  »transportable » et  »propre » pour l’armée américaine pour limité la logistique des corps expéditionnaires, mais est ce que cela a donné lieu à un véritable programme, je ne sais pas.

  • Oui, voici un article en français sur ces projets :

    http://www.usinenouvelle.com/article/la-course-a-la-fusion-nucleaire.N378725

    Un réacteur a fusion de la taille d.un container. Trop beau pour être vrai peut-être mais on ne sait jamais.

    Il y a dizaine d’années, on a eu aussi cela qui ressemble bien à une escroquerie :

    http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-reacteurs-nucleaires-miniatures-vente-libre-17323/

  • Pourquoi pas réellement une centrale nucléaire de poche ? On à annoncé plusieurs projets outre Atlantique qui sont censés se matérialisés d’ici 2020. Voici celui de Lockheed Martin :

    http://www.lockheedmartin.com/us/products/compact-fusion.html

      • C’est bien normal, LM travaille sur un générateur a fusion (Oui oui fusion, comme ITER, pas de fission) plus petit qu’un conteneur naval.
        On ne sait rien de vraiment probant sur ce fameux générateur a fusion, ni son principe (Ca parait très petit pour un tokamak donc quelle serait la solution employé?), ni son avancée.

        Il y a quelques projets « semblable » dans le monde, seul celui de LM attire les regards car tout le monde doute qu’une entreprise de ce gabarit s’amuse a un « poisson d’avril » de cet envergure.

          • C’est bien la question, quand on voit le coût et l’attente auprès d’ITER qui on peut le dire est le premier projet de l’Humanité (tant il rassemble de pays différent et aura une incidence énorme), et ce pour être a peine le premier réacteur à fusion producteur et sur une durée importante (actuellement les tokamaks ne fonctionnent que quelques seconde voir minute et ne parviennent pas à produire plus qu’on n’utilise pour le confinement du plasma)

            Après il « suffit » que les ingé de LM aient découvert une manière de faire révolutionnaire, une percée inattendue pour qu’ils puissent concrétiser nos rêves.

            Quand bien même ça m’étonnerait, ça n’est pas impossible, LM dispose d’ingénieurs et de scientifique de tout domaine très talentueux.
            Après tout, s’ils ont découvert une méthode plus efficace pour le confinement, ils ont déjà réduit la difficulté du problème majeur.

LEAVE A COMMENT