Tests de parachutage pour le Y-20 chinois

Comme déjà annoncé par ses pilotes fin Mars, l’armée de l’air chinoise vient de procéder à plusieurs tests de parachutage cette semaine avec son nouvel avion de transport militaire Y-20. Les essais ont été menés conjointement avec une brigade de parachutistes militaires et concernent à la fois le parachutage du personnel et d’équipements.

Les différents communiqués publiés par les organes de presse de l’armée chinoise n’ont pas précisé la date exacte de ces tests menés par les Y-20, mais le premier texte institutionnel est paru le 8 Mai et il y a justement un exercice de parachutage d’envergure qui a eu lieu la veille, c’est à dire le lundi 7 Mai ¹, et qui a impliqué une brigade de parachutistes et plusieurs avions de transport militaire, dont l’IL-76MD, dans la même catégorie que le Y-20, et le Y-9, beaucoup plus petit.

Et les photos diffusées à l’occasion montrent qu’au moins deux Y-20 ont été déployés pour la mission. On ignore cependant le nombre exact de parachutistes qui ont monté à bord de ces appareils mais le reportage télévisé diffusé sur la chaîne militaire nationale CCTV-7 indique que plusieurs centaines de parachutistes ont participé aux essais, et de toute évidence tous ne sont pas transportés uniquement par les Y-20.

Quant au lieu des essais, l’armée chinoise est restée très subtile sur la question. Bien qu’aucune précision n’a été donnée dans les communiqués, mais le même reportage télévisé de CCTV-7 suggère qu’il s’agisse de la base aérienne de Nanjiao (南郊), située près de la ville Kaifeng au centre de la Chine, où se base l’ancienne 43e division de la 15e armée parachutiste.

Cela revient à dire que les Y-20 utilisés dans cet exercice, qui appartiennent à priori au 12e régiment de la 4e division de transport basé à Qionglai, près de Chengdu, ont été déployés à plus de 1 000 km de leur base pour mener probablement leur première mission « opérationnelle ».

La vidéo de CCTV-7 a donné non seulement des indications sur le lieu des tests de parachutage mais aussi quelques détails intéressants. Par exemple, on remarquera que l’agencement intérieur du Y-20 pour le parachutage de personnel est très proche de celui de l’IL-76MD, avec un poste de sécurité au milieu de la rampe et deux couloirs de sortie par la soute arrière.

Cela semble montrer que l’armée de l’air chinoise veut préserver ses méthodes actuelles pour réduire le temps de (re)formation des parachutistes.

Les photos et la vidéo disponibles à ce jour ne permettent pas de dire avec certitude que les parachutistes sont capables de quitter le Y-20 également par les deux côtés latérales, mais on peut voir dans un bref passage du reportage télévisé que les deux portes latérales d’un Y-20 étaient bien ouvertes en vol.

Y-20

Mis à part le parachutage de personnels, celui des équipements a également été effectué. De ce que l’on voit, seuls des charges peu volumineuses ont été testées cette fois-ci, et c’est conforme par rapport au commentaire du reportage où il indique que des essais de parachutage « lourd », « nocturne » et avec « parachutistes armés » seront menés avant la fin d’année.

Selon le porte-parole de l’armée de l’air chinoise, interviewé dans le reportage de CCTV-7, les Y-20 vont s’entraîner prochainement à la projection en régions « haut plateau », ce qui laisse penser que les prochains tests de parachutage pourraient aussi avoir lieu au Tibet, par exemple.

A noter que le 7e Y-20, immatriculé 11057, a fait sa première apparition officielle dans la vidéo. Il devrait avoir participé aux essais du 7 Mai également mais cela reste à confirmer.

Les images satellites en date du 18 Avril cette année montrent qu’au moins cinq Y-20, dont deux sortant fraîchement de l’usine, étaient sur le tarmac de Yanliang, à Xi’an, où la production de cet avion de transport militaire chinois a lieu. La cadence de production est donc toujours conforme à notre estimation réalisée fin 2017 dans le dossier « La production du Y-20 s’accéléra-t-elle en 2018 ? », où entre 9 et 11 appareils Y-20 pourraient être assemblés courant 2018.

A suivre.

Henri K.

 

¹ Erratum : L’armée chinoise a indiqué, par la suite, que le dit exercice a eu lieu le 8 Mai, et non le 7 comme présumait dans notre article.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • First, it is a very good site so many thanks for the info.

    Any idea when the last picture is produced? There are 11 H6 in the picture and more interesting,, there are 6 J6 in the bottom right corner; drone?

  • Je voulais savoir Mr Henri le nombre d’appareils Y-20 dont l’APL à besoin à terme.

LEAVE A COMMENT