T-Flight : le train Maglev sous vide qui défie les 4 000 km/h

Créer un réseau de trains Maglev sous vide ultrarapide, permettant aux passagers d’aller d’une métropole chinoise à une autre en une heure, tel est le projet annoncé par CASIC ce mercredi lors du 3ème sommet de l’aérospatiale commerciale, qui se tient actuellement à Wuhan.

Le groupe national chinois, spécialisé dans les lanceurs spatiaux et les missiles, compte finaliser d’ici 2023 la phase de démonstration technologique sur un « mini » réseau expérimental reliant trois villes chinoises, avec des prototypes pouvant aller jusqu’à 1 000 km/h.

Si ces premiers essais d’exploitation commerciale sont concluants, dont le volume est estimé à 8 millions de passager par an, CASIC va entamer alors la deuxième étape et aller challenger la barre de 2 000 km/h vers 2027, pour atteindre, à terme, la vitesse de 4 000 km/h, soit 5 fois plus rapide qu’un avion de ligne, ou 10 fois un TGV classique.

Maglev

Le projet de train Maglecv sous vide chinois T-Flight dans la future gare dédiée (Image : CASIC)

Pour pouvoir battre la plupart des avions de chasse en vitesse mais au sol, les ingénieurs cherchent à éviter toute forme de « contact physique » entre le train et son environnement lors du « roulement ». Pour cela, certaines solutions techniques retenues sont identiques à celles du projet Hyperloop, lancé en 2013 par le fondateur de SpaceX.

Chacune des rames indépendantes circulera, comme Hyperloop, dans un tube sous vide, dont la traînée aérodynamique ne représente que 3% d’un TGV classique. Cela permettra aussi de réduire considérablement l’échauffement aérodynamique de la structure.

Maglev

Les métropoles chinois qui pourraient être reliées par le train Maglev sous vide de CASIC (Image : CASIC)

L’ensemble très profilé du train – mesurant 35,8 mètres de long, 2,24 mètres de haut et 2,12 mètres de large – bénéficiera également de l’expérience de longue date de CASIC dans le domaine hypersonique, acquise avec le développement des missiles super et hypersoniques.

La partie propulsive utilisera le concept de train à sustentation magnétique (Maglev), avec des aimants supraconducteur.

Les forces électromagnétiques servent aussi à soulever le train de 20 tonnes maximum, transportant 18 passagers dans le wagon unique, à environ 20 mm des « rails » afin d’éviter tout frottement mécanique, alors qu’Hyperloop flotte simplement sur un « coussin » d’air.

On ignore par contre si le principal constructeur de TGV en Chine, la CRRC Corporation, qui lui aussi a lancé plusieurs projets de train Maglev « conventionnel », participe à ce projet presque concurrent aux leurs. Mais CASIC, n’ayant pratiquement aucune expérience dans le développement de moyens ferroviaires, annonce d’ores et déjà la formation d’une alliance avec une vingtaine d’organisations, qui détient plus de 200 brevets dans les domaines techniques associés.

Avec ce projet très ambitieux dont le montant d’investissement n’est pas rendu publique, CASIC souhaite sans doute diversifier ses activités qui sont principalement orientées militaires aujourd’hui.

Il veut aussi saisir l’opportunité dans ce nouveau domaine car la Chine considère le réseau de trains à très grande vitesse, quel soit la technologie, comme l’un des principaux catalyseurs et facilitateurs à venir pour son développement socio-économique. Le groupe chinois évoque également la possibilité d’exporter, ou étendre le futur réseau, aux pays faisant parties de la stratégique « One Belt One Road », pour faire de ce train Maglev sous vide un futur produit phare chinois sur le marché international, après l’aérospatiale, le TGV et le nucléaire.

Si ce projet chinois se concrétise et atteint son ultime objectif en terme de vitesse, il sera alors possible de parcourir, par exemple, les 1 152 km entre Pékin et Wuhan en seulement 30 minutes, contre 5h en TGV aujourd’hui. Cette nouvelle « proximité » changera donc profondément le mode de vie des Chinois de demain.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comment
  • Bonsoir,
    Hum, déja que je ne « sentais » pas trop le projet hyperloop faire circuler un « train » dans un tube nécéssitant un vide poussé avec des dilatations en fonction de la température du tube à gérer, mâtiné de graves soucis de sécurité (évacuer le personnel en cas de problème entre deux gares) et de sensibilité à la perforation des tubes (si perforation, il est certain que le projectile-train sortira du tube!)…
    Bref, déja que hyperloop est pour moi un vaporware (aspirer les fonds d’heureux z’investisseurs), le projet chinois l’est tout autant!

LEAVE A COMMENT