Star Shadow : Un autre drone d’attaque chinois à aile volante

Après le premier vol réussi de son AT-200, le plus grand drone cargo au monde avec une capacité d’emport de 1 500 kg, le constructeur de drones chinois Star UAS (朗星无人机系统有限公司) a de nouveau fait parler de lui en présentant au salon Singapore Airshow 2018, qui se tient actuellement au centre d’exposition de Changi, son nouveau projet de drone militaire nommé « Star Shadow« .

Selon les informations fournies par le constructeur chinois basé à Chengdu, Star Shadow est un drone d’attaque au sol furtif qui mesure 23,95 mètres de long, 1,84 mètres de haut et avec une voilure de 15 mètres de long. Les concepteurs ont opté pour une configuration à aile volante, avec un fuselage en diamant, une voilure à longue envergure et double entrées d’air dorsales.

Le drone de 4 000 kg maximum au décollage est doté d’une soute d’armements ventrale faisant 2,5 mètres de long, 0,76 mètres de large et 0,7 mètres de haute, capable d’emporter jusqu’à 400 kg de munitions.

Ses deux moteurs turbofan TWS-800 sont conçus par Chengdu Zhong Ke Aero-engine (成都中科航空发动机有限公司), une filiale de l’Académie chinoise des Sciences, mais aucune précision n’a été donnée à part qu’il est adapté pour un vol en « haute altitude », d’après l’interview réalisé par notre confrère d’Air Recognition. On pense toutefois que le chiffre 800 de sa référence pourrait correspondre à une poussée de 800 kg au sol, ce qui fait une poussée totale de 1 600 kg et donne un ratio T/W de l’ordre de 0,4 qui est cohérent pour un drone de cette catégorie.

Avec une telle motorisation, la vitesse de Star Shadow peut atteindre les quelques 698 km/h pour une endurance de 10 à 12 heures en vol.

Star UAS n’a pas donné d’autres détails concernant la performance de son drone ainsi que les autres charges utiles, mais indique que la surface équivalente radar de l’engin sera de 0,1 m². Par rapport à un nouveau avion de chasse d’une SER frontale de 1 m², un tel niveau d’observabilité permet de réduire la distance de détection adverse par moitié, donc le temps de réaction par la même occasion, et procurera un avantage tactique non négligeable pour pour une plateforme dédiée à la suppression des cibles au sol.

CAN News, l’organe de presse du plus grand constructeur d’aéronautique chinois AVIC, a qualifié le projet Star Shadow comme étant le fruit de collaboration civilo-militaire et du soutien des politiques favorables. Star UAS devrait terminer le développement de son nouveau drone militaire cette année et vise le premier vol d’ici 2019.

Il est à noter que le Star Shadow est au moins le 5ème projet de drone chinois à aile volante connu à ce jour, après le Sharp Sword de l’Institut 601 Shenyang (AVIC), le Wing Loong X de l’Institut 611 Chengdu (AVIC), le CH-805 du groupe d’aérospatiale chinois CASC et un projet en cours chez l’Université NWPU.

Cela montre, d’un côté, le grand intérêt porté par les grandes institutions chinoises sur ce genre de vecteur de future, qui présente de nombreux avantages et ce non seulement au niveau de la furtivité, et d’un autre côté le fort potentiel de ce marché dont peu d’acteurs s’est encore positionné.

On remarquera d’ailleurs la montée en puissance des constructeurs chinois ayant un fort « background » universitaire et académique dans le domaine des drones, alors que historiquement les compétences et le marché sont partagés jalousement par les acteurs du secteur d’aéronautique de l’un, et ceux du secteur d’aérospatiale de l’autre.

Et les exemples ne manquent pas – On peut citer parmi tant d’autres le cas de Xi’an ASN Technology Group, qui est ni plus ni moins une filiale de l’Université NWPU et fournit chaque année nombreux drones tactiques à l’armée chinoise, ou encore le groupe Tengden (腾盾科技) qui semble être la vitrine de vente des drones de l’University of Electronic Science and Technology of China (UESTC), ainsi que la société Beihang Zhang Ying (北航长鹰航空科技) qui commercialise des drones HALE pour le compte de l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Pékin.

Quant à Star UAS, cette jeune société chinoise fondée en Novembre 2015 compte parmi ses actionnaires principaux :

  • l’Institute of Engineering Thermophysics (IET), filiale de l’Académie chinoise des Sciences
  • La socuété Xianyang Pianzhuan, qui détient 7% des mines de rhénium en Chine, un élément chimique pour réaliser de l’alliage de haute performance pour les aubes de moteur d’avitation
  • Le géant logistique chinois SF Express, deuxième plus grand distributeur chinois après la Poste de Chine
  • Le motoriste Chengdu Zhong Ke Aero-engine, également filiale de l’Académie chinoise des Sciences
  • D’autres fonds d’investissement d’état chinois et de gouvernements locaux

Le Star Shadow serait donc un exemple de plus des projets lancés localement par les acteurs issus du monde universitaire, qui ambitionnent de prendre ses parts du gâteau dans un marché en forte croissance, en Chine comme ailleurs.

A suivre.

Henri K.

 

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT