La Chine développe son propre drone hypersonique D-21 ?

Si vous vous en souvenez bien, certains messages aux navigants aériens (NOTAM) du 17 Août, du 26 Août et du 5 Septembre, semblent nous indiquer que les essais d’engin hypersonique auraient eu lieu en Chine.

Ces NOTAMs ont tous les mêmes points communs – il fermaient des segments aériens au dessus d’une certaine altitude, voir jusqu’à l’infini de l’espace, et duraient entre trois et cinq heures d’affilés.

Et c’est justement ces quelques caractéristiques « types » qu’on retrouve dans deux NOTAMs de ce matin.

A2319/16 NOTAMN
Q) ZWUQ/QARLT/IV/NBO/E/000/999/
A) ZWUQ B) 1609090250 C) 1609090400
E) THE FLW SEGMENTS OF ATS RTE CLSD:
1. Y1: SADAN-MAGOD.
2. W187: SADAN-OBDEG.
F) GND G) UNL

A2320/16 NOTAMN
Q) ZLHW/QARLT/IV/NBO/E/331/999/
A) ZLHW B) 1609090000 C) 1609090400
E) THE FLW SEGMENTS OF ATS RTE CLSD AT 10100M AND ABOVE:
1. B215: N3939.5E10036.8-YABRAI VOR ‘YBL’-YINCHUAN VOR ‘YHD’.
2. WI AN AREA CENTERED AT YABRAI VOR ‘YBL’ WITH RADIUS OF 80KM.
F) FL331 G) FL999

Le premier, numéroté A2319, a interdit le survol par tout engin sur deux segments aériens situés à l’Est du désert du Taklamakan, et ce du niveau de sol (GND = Ground) jusqu’à l’infini de l’espace (UNL = Unlimited). La fermeture a duré 1h et 10 minutes, de 02h50 à 04h00 UTC.

Le deuxième, A2320, a duré 4h au total de 00h00 à 04h00 UTC, et concerne deux segments aériens plus une zone ronde d’un rayon de 80km. Les vols étaient interdits au-dessus de 10 100m.

On voit mieux ces zones interdites de vol marquées en orange ici –

Essai hypersonique du 9 Septembre 2016

NOTAMs A2319/19 et A2320/16

Comme vous pouvez le remarquer, les deux zones se trouvent à deux endroits différents et sont très distancés l’une à l’autre. Il mesure plus de 1 760km d’un bout à un autre.

On sait que la distance parcourue par un engin volant à une vitesse de Mach N est égale approximativement à N x 20km par minute, ce qui revient à dire que si ces deux NOTAMs correspondent bien à un essai chinois d’engin hypersonique, alors ce dernier aura fini les 1 760km en 29 minutes s’il volait à Mach 3, en 22 minutes à Mach 4, ou en 18 minutes à Mach 5.

Le X-51A rattaché à une aile de B-52H de l'Unité 20 Bomber Squadron

Le X-51A rattaché à une aile de B-52H de l’Unité 20 Bomber Squadron

Alors pourquoi les deux NOTAMs ont duré aussi longtemps, l’un de 1h et 10 minutes et l’autre de 4h ? Aucun engin hypersonique au monde n’a volé aussi longtemps.

Le record du monde du plus long vol hypersonique dans l’atmosphère est détenu par l’américain X-51A, il a volé pendant 370 secondes, soit un peu plus de 6 minutes, pour atteindre la vitesse de Mach 5,1 et parcourir 426km.

La durée de 4h ne peut donc pas être uniquement la durée du vol de l’engin, mais devrait inclure aussi celle de son porteur, probablement un bombardier de type H-6, qui est capable de voler jusqu’à 13 000m d’altitude donc conforme aux éléments de NOTAMs.

Si un H-6 est utilisé comme plateforme de lancement, alors la masse de cet engin hypersonique ne pourra pas dépasser les 9t s’il est rattaché sous le ventre, ou 3t s’il est sous la voilure.

On peut trouver un autre exemple que le H-6, la plus grande plateforme que puissent trouver les Chinois, a été servi comme plateforme de lancement – la mini-navette chinoise Shenlong est bien lancé sous le ventre d’un H-6 dans ses essais.

En ce qui concerne le lieu du départ de l’essai, les plages d’horaire effectives des deux NOTAMs, l’une de 2h50 à 4h du matin et l’autre de minuit à 4h (toutes en UTC), nous disent que l’engin hypersonique et son porteur seraient plutôt décollés à l’Est, peu après minuit, avant de repartir vers l’Ouest.

La base aérienne qui correspond le mieux dans ce cas est celle de Dingxing, c’est l’une des plus grandes bases aériennes et d’essai de l’armée de l’air chinoise.

Les choses se compliquent désormais pour déterminer la route et le profil de vol, car en incluant tous les NOTAMs qui sont valables entre 00h00 et 04h00 dans ces deux zones géographiques, on a plusieurs éléments difficiles à interpréter.

En tout, en plus d’A2319 et d’A2320 qu’on a déjà vu en haut, trois autres NOTAMs viennent se greffer à notre étude.

A2321/16 NOTAMN
Q) ZLHW/QARLT/IV/NBO/E/311/391/
A) ZLHW B) 1609090000 C) 1609090400
E) THE FLW SEGMENTS OF ATS RTE CLSD BTN 9500M(INCLUSIVE) AND
11900M(INCLUSIVE):
1. W93: JINGNING VOR ‘JIG’-N354326E1070353.
2. B330: JINGTAI VOR ‘JTA’-YABRAI VOR ‘YBL’.
3. B215: JIAYUGUAN VOR ‘CHW’-N3931.2E10157.0.
4. WI AN AREA CENTERED AT N3912.6E10134.2 WITH RADIUS OF 50KM.
F) FL311 G) FL391

A2322/16 NOTAMN
Q) ZLHW/QARLT/IV/NBO/E/341/401/
A) ZLHW B) 1609090000 C) 1609090220
E) THE SEGMENT YABRAI VOR ‘YBL’-MORIT OF ATS RTE B330 CLSD BTN
10400M(INCLUSIVE) AND 12200M(INCLUSIVE).
F) FL341 G) FL401

A2325/16 NOTAMN
Q) ZLHW/QARLT/IV/NBO/E/000/108/
A) ZLHW B) 1609090100 C) 1609090300
E) THE SEGMENTS WI AN AREA CENTERED AT N3939.5E10036.8 WITH RADIUS
OF 50KM CLSD AT 3300M AND BELOW.
F) FL000 G) FL108

Une fois ajouté les zones interdites de vol de ces trois NOTAMs (en jaune) avec celles de deux premiers (en orange), on a quelques choses inhabituelles par rapport aux 4 premiers essais –

NOTAM A2319, A2320, A2321, A2322 et A2325

NOTAM A2319, A2320, A2321, A2322 et A2325

Le NOTAM A2322 (le trait jaune vertical sous le mot Dingxing), qui expire en premier à 02h20 UTC, semble indiquer que le H-6 est d’abord parti à l’Est en franchissant cette ligne, une fois décollé de la base aérienne de Dingxing.

Le petit trait jaune en bas à droite, un peu isolé des autres et qui fait partie du NOTAM A2321, suggère que l’engin et/ou son porteur est ensuite passé par là.

L’un des parcours possibles de cet essai est tracé en bleu ici –

2016-09-09-la-schizophrenie-hypersonique-phase-ii-07

A noter qu’il y a quelques points de doute à résoudre. Par exemple quelle est l’utilité du cercle orange où l’espace aérien est fermé au-dessus de 10 100m ? Est-ce pour le largage de l’engin hypersonique ? Auquel cas pourquoi avoir fait un détour vers le Sud-Est d’abord ?

Ensuite, le cercle jaune le plus à l’Ouest me paraît incohérent dans un tel essai – Il interdit tout vol en dessous de 3 300m – il y a donc un « fossé d’altitude » important entre les 0 à 3 300m du cercle jaune à gauche et les 9 500 à 11 900m du cercle jaune à la droite du premier.

En tout cas, si on suppose que l’engin hypersonique a été largué dans la zone du cercle orange, il aura parcouru pas moins de 2 600km avant de se poser à Dingxing.

A cette distance parcourue, et même en supposant que les Chinois sont au même niveau que les Américains d’aujourd’hui au niveau de la protection thermique, le GNC et le contrôle aérodynamique, on peut être quasiment certain que la vitesse de l’engin en test n’aurait pas dépassé le Mach 4.

2016-09-09-la-schizophrenie-hypersonique-phase-ii-14

Étant donné la capacité d’emport de H-6, à savoir 9t maximum sous le ventre ou 3t sous la voilure, et en supposant que le mystérieux aéronef sur les images satellites de faible résolution à Chengdu, qui est long de 10m environ, est notre engin hypersonique en question, on peut se demander si les Chinois ne seraient pas en train de tester leur propre « D-21 ».

Le D-21 est un drone hypersonique américain fabriqué par Lockheed dans les années 60′ à 70′, et il a été conçu pour les missions de reconnaissance stratégique.

Le drone américain mesure 13m de long, 5,8m d’envergure, et peut atteindre un plafond de 29 000m et une vitesse de 4 300km/h. Son autonomie est estimée à plus de 5 500km.

L’un des D-21 s’est écrasé en Chine dans la province de Yunan au début des années 70′, après une mission de reconnaissance au désert du Taklamakan pour les installations nucléaires chinoises. L’épave de ce D-21 est exposé au musée aéronautique de Pékin aujourd’hui.

Admettons que le groupe chinois AVIC, via son bureau d’études Institut 611 à Chengdu, a développé et teste aujourd’hui un tel drone de reconnaissance hypersonique, quels sont les besoins derrière en réalité ?

On peut aussi se poser une autre question, vers quelle direction géographique la Chine a le plus de besoin mais aussi de difficulté à avoir les renseignements qui sont sensibles « temporairement » ?

En reprenant les mêmes caractéristiques que le D-21 (c’est en supposant que les Chinois font aussi bien aujourd’hui que les Américains il y a 50 ans), un tel engin qui se décolle de la côte Est chinoise permet de couvrir une large zone entre la première et la deuxième chaîne d’îles, dans le Pacifique de l’Ouest.

En volant à Mach 3, il faut « seulement » 41 minutes pour faire les 2 500km du chemin d’aller (en réalité il faut plus longtemps à cause du porteur et du temps d’accélération). Un groupe aéronaval américain, même en naviguant à 32kn, n’aurait parcouru que 40km environ pendant ce temps-là.

Un tel vecteur hypersonique permettrait donc de compléter les constellations satellitaires chinoises pour la surveillance, l’identification et l’acquisition de tout troupeau perdu dans le coin, en comblant les « trous » temporaires de passage des satellites en cas de besoin et en fournissant de l’imagerie précise des cibles pour l’identification « fine ».

Clément, un nouvel auteur passionné de l’aérospatiale, publiera prochainement un gros article ici sur les constellations spatiales chinoises dédiée à la surveillance maritime. Vous comprendrez alors pourquoi je me suis orienté vers cette piste au niveau du besoin d’avoir un tel vecteur pour la Chine.

2016-09-09-la-schizophrenie-hypersonique-phase-ii-15

Et si la Chine a réellement développé un drone hypersonique comme le D-21 ?

Carte issue du groupe AVIC (??)

Carte issue du groupe AVIC (??)

L’affaire à suivre.

Henri K.

P.S. – Cet article était intitulé « la schizophrénie « Hypersonique » : Phase II » au début, pensez-vous maintenant que je sois atteint ? 🙂

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT