Red Sword 2016 : le nouveau pod brouilleur du J-10B

L’armée de l’air chinoise a organisé, mi-Novembre dernier, l’exercice au combat aérien « Red Sword 2016 ». Près d’une centaine d’avions de combat, d’AWACS et de bombardiers chinois de trois Commandement de théâtre se sont affrontés au désert de Gobi.

A part la capacité SEAD de J-10B qui a été révélée durant cet exercice, que nous avions parlé dans le dossier « Quand le J-10B attaque un radar pour de vrai » en mois de Novembre, les nouvelles photos publiées récemment par l’armée chinoise nous dévoilent d’autres détails intéressants – comme par exemple le nouveau pod brouilleur électronique KG600 qui équipe désormais le J-10B des unités OPFOR chinoises.

J-10B

Les J-10B avec leur pod brouilleur KG600 de l’unité OPFOR basée à Dingxing

On peut voir dans cette image en haut qu’un pod brouilleur est installé sur le point d’emport droit sous l’entrée d’air DSI des J-10B. Le modèle que nous avons pu identifier est le KG600, conçu par le SWIEE (plus connu sous le nom de l’Institut n°29) du groupe électronicien chinois CETC.

Apparu pour la première fois au Salon aéronautique de Zhuhai en 2014, le KG600 est présenté par le CETC comme un « pod brouilleur d’autoprotection embarqué » (机载自卫干扰吊舱). Bien qu’aucun détail technique n’a encore été révélé, on sait qu’il équipe aussi les Su-30MKK et JH-7A de l’armée de l’air chinoise, ainsi que les bombardiers H-6M. Le pod a également été vu sous la voilure de la maquette du jet d’entraînement L-15 proposé à l’export.

Il s’agit donc d’un pod brouilleur de nouvelle génération qui est intégrable aux différents types d’appareil chinois.

KG600

Le pod brouilleur KG600

Sachant qu’un système d’autoprotection et de contre-mesure est déjà intégré dans la cellule de J-10 depuis sa version initiale, qui est capable d’identifier, de classer et de localiser une dizaine de sources de menace, et d’activer les contre-mesures physiques ou électroniques appropriées, la question qui se pose est pourquoi un pod d’autoprotection supplémentaire est installé sur les J-10B des unités OPFOR ?

L’une des explications possibles se trouve peut-être dans la nature de l’exercice « Red Sword 2016 » – On sait que ette simulation au combat aérien a fait opposer 3 régiments du Commande de théâtre de l’Est – qui s’occupe de la direction Est de la Chine – contre d’autres régiments des Commandement de théâtre du Nord et de l’Ouest. Et certaines sources indiquent que l’exercice a pour l’objectif de vérifier la capacité des forces aériennes de l’Est à mener des missions types – CAP, CAS et SEAD par exemple – dans une confrontation ouverte contre le Taïwan ou le Japon.

Dans ce contexte, et sachant que les F-16A/B taïwanais sont eux-aussi équipés des pods brouilleurs AN/ALQ-184 (V)7 conçu par Raytheon, dont le fonctionnement et les caractéristiques techniques sont proches du KG600 pour couvrir plusieurs bandes entre 2 et 12 GHz, il n’est donc pas exclus que les Chinois aient voulu reproduire un environnement de simulation le plus proche de la réalité pour ces unités de première ligne venant de l’Est.

A souligner qu’un pod brouilleur externe permet aussi d’accroître la puissance et la portée du brouillage, et améliore ainsi la survivabilité de son porteur. Les J-10B qui sont équipés du KG600 pourraient mieux survivre dans un environnement hostile en profondeur du territoire ennemi, face aux différentes menaces aériennes et anti-aériennes.

Le fait de pouvoir l’équiper uniquement au besoin va éviter d’alourdir « par défaut » l’avion, avec des équipements supplémentaires intégrés à la cellule pour avoir une sur-protection très énergivore.

Il est à noter que si le KG600 offre une capacité de brouillage « défensive », les nouvelles photos de « Red Sword 2016 » montrent que certains chasseur-bombardiers JH-7A sont dotés de deux grand pods brouilleurs « offensifs » – le KG800 – qui viendrait remplacer deux types de pods ECM d’ancienne génération.

Ces JH-7A étaient visiblement dépourvu d’armements, leur rôle devrait être similaire à celui d’EA-18G Growler, un avion de guerre électronique américain, qui se charge à ouvrir et à sécuriser des couloirs électromagnétiques libres pour les autres appareils de la flotte.

Pour finir, les sources locales indiquent que l’exercice « Red Sword 2016 » a été remporté par les unités du Commandement de l’Est. C’est l’une des rares fois où les forces OPFOR ont perdu dans une simulation de combat aérien.

Il y a bien entendu d’autres détails très intéressants de cet exercice qui ont été révélés dernièrement, comme l’emport du missile Air-Air très longue portée (voir notre dossier « la Chine développe un missile Air-Air très longue portée« ) par un avion de chasse J-11B. Ces sujets seront adressés séparément dans les jours à venir.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT