Radar PESA ? PLA Navy… Les dernières actualités du JL-10

Alors que son plus grand concurrent JL-9 continue à faire des étincelles aussi bien sur le marché intérieur en Chine et à l’international, avec notamment l’accélération des livraisons et le début de l’assemblage d’une nouvelle version appelée FTC-2000G qui est dédié à l’export, un autre avion d’entraînement avancé chinois JL-10 a de son côté fait parler de lui ces derniers temps.

Début Août, c’est sous le regard de plus de deux cents personnes que douze appareils JL-10, en livrée grise pâle de la marine chinoise, sont entrés en service actif au sein d’un régiment de l’Université d’aviation navale (海军航空大学).

Selon le discours du vice-amiral WANG Jun Dong (王军东), commissaire politique de cette académie qui forme essentiellement des officiers d’aéronautique des forces navales chinoises, l’introduction du JL-10 représente un jalon majeur dans la transformation actuelle de la marine chinoise, en permettant de compléter les flottes d’avions d’entraînement élémentaires, intermédiaires et avancées, et améliorer donc l’efficacité de la chaîne de formation des élèves pilotes.

Bien que les JL-10 paraissent flambants neufs sur les images, et portant tous une boule de fleur rouge comme le veut la coutume, mais une partie de ces avions d’entraînement biréacteurs avait en réalité déjà intégré l’unité en question depuis l’an dernier.

En effet, on apprend dans un article paru début Mai sur le site de l’armée chinoise que plusieurs JL-10 portant les mêmes immatriculés ont déjà volé de nuit aux côtés des chausseurs bombardiers JH-7A affectés à ce même régiment de l’Université d’aviation navale. Le texte indique alors qu’un « nouveau type d’avion d’entraînement de troisième génération » a été livré fin 2017 à cette unité, et que les personnels de soutien au sol ont démarré leurs formations et les élèves pilotes ont intensifiés leurs entraînements au simulateur.

La cérémonie en ce début du mois devrait donc simplement être un événement pour célébrer la fin de la livraison à cette unité en particulier et la mise en service opérationnelle des appareils.

Mis à part la marine chinoise, l’armée de l’air chinoise est aussi un autre client important du programme JL-10. Pendant que Hongdu Aviation Industry Corporation (HAIG) est en train de concevoir une version embarquée de l’avion pour l’entraînement des pilotes aéronavals de porte-avions, le constructeur chinois semble avoir aussi livré une version dotée de radar, très probablement avec l’antenne à balayage électronique passif (PESA), aux unités d’essai des forces aériennes chinoises.

L’information s’est en fait révélée très discrètement lors de l’inauguration d’un nouvel aéroport situé dans la ville de Nanchang, où se trouve l’avionneur HAIG. Dans les photos diffusées par les médias chinois, on peut voir qu’un JL-10 en livrée grise foncée et avec la cocarde de l’armée de l’air chinoise (PLAAF) a décollé de l’aéroport Qingyunpu (青云谱) à Nanchang puis posé à l’aéroport Yaohu (瑶湖) moins de cinq minutes après.

Ce JL-10, piloté par le chef d’escadron du 4e escadron d’essai de PLAAF, se diffère des autres appareils déjà livrés par l’absence du pitot à la pointe avant, à l’image de la version AFT vendue à l’export pour l’armée zambienne, et la présence d’un petit radôme.

Et la première fois qu’un tel radôme a été vu est en 2015 lorsqu’un L-15, référence d’export du JL-10, est présenté avec un radar à antenne PESA conçu par l’Institut 607 du groupe AVIC. En Août 2016, les spotteurs chinois ont photographié un appareil immatriculé 15 à Nanchang, et c’est ce même avion qui a été testé trois mois après par les pilotes de la Fuerza Aérea Uruguaya (Force aérienne uruguayenne).

Il paraît donc plausible que les premiers JL-10 doté du radar à antenne PESA et dédiés à l’armée de l’air chinoise soient déjà sortis de chaîne et en cours de tests.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT