Quelques rumeurs sur les caractéristiques du LHD Type 075

« 36 000 tonnes de déplacement », « capacité de 28 hélicoptères », « motorisation diesel avec le 16PC2-6B de 9 000 kW », « Quatre CIWS dont deux HQ-10 et deux H/PJ-11″… Voici un peu près tous que nous savons du LHD de classe Type 075 jusqu’à très récemment.

Mais il y a un mois, plusieurs sources indépendantes en Chine ont indiqué, pratiquement au même moment l’une après l’autre, que la construction du navire tête de série au chantier naval Hudong-Zhonghua a fait du progrès « considérable », sachant que la découpe de la première tôle remonte au début 2017.

Est-ce que cela veut dire que, six ans après le lancement officiel du projet, nous allons enfin apercevoir les premiers blocs du Type 075 à Shanghai ? Probablement. Que ce soit pour les zones de conflit potentiel comme le Taïwan ou la mer de Chine méridionale, qui nécessitent une capacité amphibie complète dont « à la verticale », ou pour les éventuelles interventions de soutien au sol rapides le long de la Route de la soie maritime, disposer d’un outil amphibie adéquat paraît alors à la fois cohérent et crucial pour la marine chinoise et ce avant 2025.

Il n’est donc pas étonnant qu’au moins deux sources ont évoqué récemment une commande ferme de lancement portant sur trois exemplaires, plus deux autres coques en option.

Les caractéristiques plus détaillées du Type 075 ont également été fuitées, du moins sous forme d’éléments informels. On apprend alors que le bâtiment ferait un peu moins de 250 mètres en longueur et 33 mètres au maître-bau. La taille de son pont d’envol continu reste inconnue mais on y trouverait six spots pour les hélicoptères. Et contrairement à la classe Wasp de l’US Navy ou le quasi-porte-avions japonais Izumo, la marine chinoise n’a pas prévu d’opérer des avions VTOL de type Yak-144 ou F-35B sur son futur « navire d’assaut amphibie », bien qu’un projet de développement du moteur associé serait actuellement en cours à Sichuan.

On ignore pour le moment pourquoi la marine chinoise a réduit volontairement d’un quart le déplacement du Type 075 alors qu’il était prévu de déplacer plus de 40 000 tonnes. Quoiqu’il en soit il conservera un radier à l’instar du Type 071, une classe de LPD chinois déplaçant plus de 20 000 tonnes avec le sixième exemplaire en cours de construction actuellement au même chantier naval Hudong-Zhonghua, où se logerait au moins deux aéroglisseurs Type 726A. Le navire comprendrait également un niveau pour stocker les hélicoptères et deux (??) niveaux pour les véhicules amphibies.

 Type 075
(CN)
Classe Wasp
(US)
Classe Mistral
(FR)
Classe Izumo
(JP)
Longueur< 250 m257 m199 m248 m
Maître-bau33 m32 m32 m38 m
Déplacement31 500 t (Standard)
36 000 t (à charge)
41 000 t (à charge)21 300 t (à charge)27 000 t (à charge)
PropulsionCODAD (5)TurbineCODADCOGAG
Nb. Spot6-65
Nb. Ascenseur2 + 1222
Capacité Hangar28-1628 (Avions +)

Un ancien officier technique de la marine chinoise parle aussi de la dotation du système de combat, de série ZKT qui est différente de la série ZKJ utilisée par la plupart des frégates et destroyers chinois, à l’image du Type 071 qui est équipé du système de commandement H/ZKT-1B. Le Type 075 va également intégrer des systèmes permettant le commandement de flotte et d’opérations amphibies, mais n’équipera aucun armement anti-navire ou d’appui-feu au sol.

A part les systèmes d’auto-défense rapprochée tels que les deux CIWS à missile HQ-10 et deux CIWS à canon H/PJ-11, qui se trouvent déjà sur les principaux navires de combat chinois, le LHD chinois va uniquement équiper des systèmes comme le Type 726 pour la partie de lutte électronique et le Type 562 pour la lutte anti-torpille, les armes anti-aériennes standards comme le H/HQ-9 et le HQ-16 ne sont pas prévues. Le Type 075 va donc se reposer entièrement sur ses navires d’escorte pour assurer sa propre protection anti-aérienne, anti-navire et anti-sous-marine, pour cela les liaisons de données trans-armées sera installées d’office.

On aura l’occasion de revenir sur les différents sujets autour du Type 075 d’ici à la fin d’année.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

LEAVE A COMMENT