Quand un Harrier cache un Dragon…

Guizhou Aircraft Industry Corporation (GAIC), filiale du groupe AVIC et spécialisée dans les jets d’entraînement, a publié hier plusieurs photos de son drone Harrier I.

L’appareil qui semble être sorti fraîchement de la chaîne d’assemblage était en train de mener un vol d’essai. On peut remarquer par exemple un radôme de couleur gris très renflé, sous lequel devrait se trouver une antenne SATCOM, et plusieurs fenêtres ou ouvertures conformes sur la droite et sous la cellule.

Il devrait donc s’agir d’une version civile destinée à la cartographie géologique. Plusieurs exemplaires d’Harrier I ont déjà été commandés par les institutions et le département chinois de la géologie pour mener ce type de missions.

Son immatriculation S0001 suggère que c’est probablement une tête de version.

L’Harrier I est l’un des 3 drones conçus par GAIC, les autres membres de la famille Harrier sont décrits dans l’article « les drones chinois en aile rhomboïdale« . Depuis que la maison mère AVIC a réorganisé le « Who do what » au sein du groupe, GAIC a réussi à préserver ses activités de conception et de production des jets d’entraînement comme le JL-9, mais devient surtout le centre de production des drones pour tous les autres bureaux d’études d’AVIC.

Sous le radôme d'Harrier I

Sous le radôme d’Harrier I

Autant dire qu’il reste peu de place désormais à GAIC pour concevoir ses propres engins sans pilote.

Si l’Harrier I semble avoir été transformé depuis un avion léger piloté, ce n’est pas le cas en réalité. Il a été conçu de cette manière dès le début. On peut retrouver ses principales caractéristiques dans ce tableau –

CaractéristiqueDonnée
Longueur6,00m
Hauteur2,20m
Envergure10,00m
Rayon de Contrôle200km (Liaison par radio)
MTOW700kg
Charges utiles100kg
Vitesse maximum220km/h
Vitesse de croisière170km/h
Altitude de croisière500 à 7 000m
Plafond7 500m
Autonomie16h (60kg)

Mais la partie la plus intéressante dans l’histoire n’est peut-être pas cet Harrier I. Si vous regardez maintenant attentivement la dernière photo en haut, vous pourriez remarquer la présence d’un « intrus » qui n’a rien à voir avec l’Harrier I.

Et non, je ne parle pas de la femme…

Qui est-ce ?

Qui est-ce ?

Alors quel est cet engin qui s’est seulement montré la tête et se trouve sous une bâche camouflage militaire ?

On a ici au moins deux candidats possibles – le drone Soar Dragon, aussi appelé l’EA-03, ou alors le nouveau drone MALE Wing Loong II qui aurait été commandé par l’Arabie Saoudite récemment.

Tous ces deux modèles sont conçus par l’Institut 611 de Chengdu.

2016-09-09-quand-un-harrier-cache-un-dragon-46

Soar Dragon, ou EA-03, est un drone HALE (Haute Altitude Longue Endurance) ELINT de la marine chinoise. Il a la particularité d’avoir des ailes rhomboïdales, une solution intéressante qui permet de gagner la portance tout en réduisant l’envergure, et donc la difficulté technique liée à l’effort structurelle et les matériaux.

Soar Dragon, aussi appelé l'EA-03

Soar Dragon, aussi appelé l’EA-03

Quant au Wing Loong II, il s’agit d’un drone armé de 4 200kg maximum au décollage dont le développement devrait se terminer prochainement. Son prédécesseur, Wing Loong, a déjà conquis quelques clients comme l’armée de l’air chinoise, le Kazakhstan, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. Le Pakistan est également en train d’évaluer le modèle.

2016 09 06 - Arabie saoudite signe le contrat d'achat - 05

Maquette de Wing Loong II

Alors à qui appartient cette tête de « Dragon » qu’on voit sur la photo en question ? Personnellement, étant donné la hauteur du Soar Dragon, et la pointe avant plus profilée et légèrement penché vers le sol de Wing Loong II, il me paraît plus probable que ce soit le Wing Loong II.

Qu’en pensez vous ?

A noter que ce n’est pas la première fois que les photographes de GAIC nous « dévoilent par hasard » des choses intéressantes comme celle-ci.

En effet, il y a deux mois jour pour jour, sur une photo qu’on est censé voir seulement un jet d’entraînement JL-9 en assemblage au milieu, elle a finalement montré, à gauche, les cellules d’EA-03 en production, et à droite, le prototype de Soar Dragon.

2016-09-09-quand-un-harrier-cache-un-dragon-02

En espérant qu’ils continuent à garder cette bonne habitude…

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • pour ma part, je pencherais plutôt pour le Soar Dragon, question de taille/d’échelle par rapport à la distance des personnes et la perspective…

LEAVE A COMMENT