Quand deux J-8F affrontent un J-11BH

Selon les médias étatiques chinois, plusieurs avions de combat de la marine chinoise ont mené une simulation de combat aérien libre en mer de Chine orientale. Ils ont notamment rapporté une partie entre deux vieux J-8F de la flotte du Nord et un J-11BH de la flotte du Sud, jouant le rôle d’OPFOR, qui se sont affrontés en toute liberté avec le soutien des AWACS affectés à chaque camp.

D’après le reportage télévisé de CCTV-7, les AWACS, de modèle KJ-200 visiblement, ont décollé en premier pour soutenir les appareils des deux côtés.

Arrivés sur zone de combat, les J-8F reçoivent les entrées de la situation aérienne via la liaison de données et prennent rapidement de l’altitude. L’ailier et son chef ont décidé de profiter de leur avantage en vitesse et en altitude pour engager leur « ennemi », le J-11BH, avec des missiles de type PL-12 en WVR.

Plusieurs missiles BVR ont été tirés de près mais le J-11BH est parvenu à les esquiver avec des manœuvres évasives et des contre-mesures électroniques, avant de riposter à son tour. Cette première manche est terminée en moins de 2 minutes avec la « perte » des deux J-8F.

Le J-8F est un avion de 2ème génération dérivé de J-8C qui est entré en service depuis 2003. Conçu en tant qu’un intercepteur à grande vitesse et à haute altitude, l’avion peut atteindre Mach 2.2 et preque 21 000 mètres en altitude.

Après la perte de la première manche, les deux J-8F ont changé de tactique, l’un semble être resté hors de portée du J-11BH en position de leurre tandis que l’autre s’est rapproché rapidement avec des manœuvres à haut G, qui finit par abattre son adversaire en BVR, cette fois-ci.

Le résultat final, 1:1 à l’égalité la plus absolue.

Les Chinois n’ont pas donné de détails sur les autres simulations alors qu’une dizaine a été menée entre les deux forces aériennes de la marine, mais il est intéressant de voir qu’ils cherchent malgré tout à s’appuyer sur les multiplicateurs comme les AWACS pour contrer les appareils de troisième génération, avec les avions de chasse de vieille génération qui restent quant même abondants en Chine.

Cette simulation montre qu’en supériorité numérique et avec le soutien d’un AWACS, des avions qui sont pourtant dépassés peuvent encore être utiles avec des tactiques adéquates.

L’endroit de cette série de simulation de combat aérien n’est pas tout à fait innocent non plus, car il s’agit de la mer de Chine orientale où la tension avec les appareils japonais, souvent les F-15J, est à son comble dernièrement. Nous avions abordé le sujet dans les deux dossiers « Nouvel incident aérien sino-japonais en mer de Chine orientale » en début Juillet.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT