Premiers MA-60H et Y-12F pour les garde-côtes chinois

A l’instar de leurs collègues de la marine, les garde-côtes chinois sont eux-aussi en train de multiplier leurs moyens aériens. Le début du mois de Mai est donc marqué par l’entrée en service de deux nouveaux types d’avion au sein de la Chine Maritime Surveillance (CMS) – le Y-12F pour la division de l’Est, et le MA-60H pour la division du Sud.

Créée en 1988, la CMS dispose aujourd’hui plus de 400 navires et une petite dizaine d’aéronef. Ces chiffres, importants au premier regard, restent quelque peu dérisoire par rapport aux vastes eaux territoriaux et ZEE du pays qui comptent par plusieurs millions de km².

Jusqu’à présent, la garde côtière chinoise a dû se contenter de quelques vieux hélicoptères Mi-8 et Z-9A, plus deux petits avions de modèle Y-12II vieillissants, comme seuls moyens aériens disponibles et il manque cruellement pour elle des vecteurs capables de mener des patrouilles à longue distance.

L’entrée en service du premier MA-60H, dérivé du bi-turbopropulseur de transport Xi’an MA-60, va donc permettre à la CMS d’accroître sa capacité et aussi le rayon d’action de patrouille aérienne dans la mer de Chine méridionale.

C’est en 2014 que l’avionneur Xi’an Aircraft Industrial Corporation a démarré l’assemblage de cet appareil appelé initialement « MA-60 Statut H » en interne. L’avion a ensuite entamé les essais en vol pour sa certification de type en Décembre 2015.

En Mars 2016, l’essai de largage de réservoirs externes est terminé avec succès, signe que le MA-60H est capable d’emporter plus de kérosène et donc voler plus longtemps que les versions de base, dont la distance franchissable maximale est de 2 450 km environ.

A part les charges utiles spécifiques pour la CMS qui sont installées dans un compartiment conforme situé sous le fuselage, la cabine a aussi été légèrement revue et ne comporterait plus les 60 places comme sur les appareils commerciaux.

Le premier MA-60H immatriculé B-5002 a été livré officiellement le 19 Octobre 2016 aux garde-côtes chinois, mais il fallait attendre jusqu’au jeudi dernier, le 11 Mai, pour que l’avion soit mis en service. Les deux pilotes de la société CFGAC (中飞通用航空公司), qui sera chargé de l’exploitation de l’avion désormais, ont mis le cap sur l’aéroport Qionghai Bo’ao, situé à l’île de Haïnan.

Depuis cette nouvelle base, le MA-60H des garde-côtes chinois pourra couvrir une vaste région dans un rayon de 1 000 km, allant des Paracels (Woody Island…) jusqu’au récif de Scarborough à l’Est, voir même se poser sur les trois nouveaux aérodromes dans les Spratleys, en cas de besoin, que les Chinois ont construit sur le récif de Subi, le récif de Mischief et le récif de Fiery Cross.

MA-60H

Le rayon d’action estimé du MA-60H depuis l’aéroport Qionghai Bo’ao (Image : East Pendulum)

Quant au nouveau Y-12F qui a rejoint une autre base de la CMS située à Zhoushan, près de Shanghai à l’Est de la Chine, il s’agit d’un renouvellement de moyen aérien sur place.

Le Y-12 est un avion de transport léger bimoteur produit par la Harbin Aircraft Manufacturing Corporation (HAMC). La version F, la plus récente, est une variante à fuselage élargi et à train rentrant totalement redessiné en 2008.

L’avion pèse 8,4 tonnes et est capable de transporter jusqu’à 3 tonnes de charges à bord, avec 19 sièges dans sa cabine. L’autonomie en vol est de 2 200 km avec une vitesse de croisière économique de 400 km/h. Le Y-12F est le seul dans sa catégorie à avoir obtenu le certificat de navigabilité CCAR-23-R3 des autorités chinoises CAAC et FAR23 de la FAA américaine.

Contrairement au MA-60H basé au Sud, ce nouveau Y-12F de la CMS est opéré par une autre société chinoise, le China Feilong General Motors Aeronautics.

Y-12F

Le Y-12F immatriculé B-50AS des garde-côtes chinois.

Ces deux avions font parties d’un ancien plan de financement du gouvernement chinois alloué aux garde-côtes chinois. Ce plan comprenait 18 nouveaux aéronefs, dont 1 × MA-60H, 1 × Y-12F, 14 × hélicoptères H425 (variante de Z-9) et 2 × AC313, et correspondait au nombre de nouveaux navires de patrouille à construire (1 hélicoptère pour 1 navire).

Mais compte tenu du fait que le MA-60 est elle-même une vieille plateforme développée il y a 20 ans, il n’est pas exclu que les appareils suivant, s’il y en a, seront basés sur les modèles plus récents, comme par exemple le nouveau MA-700 actuellement en développement.

MA-700

La vue d’artiste du futur MA-700

A suivre.

Henri K.

Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT