Première pontée des J-15 dans l’océan Pacifique

« Les J-15 sont autorisés à décoller pour effectuer la mission d’assaut anti-navire ! »

Le 20 Avril peu après 10 heures du matin, plusieurs J-15 ont quitté le tremplin de 14° du porte-avions Liaoning pour mener une simulation de combat naval avec le groupe aéronaval. La flotte devrait « combattre » contre la force OPFOR représentée par deux destroyers chinois Type 052C, le 150 Changchun et le 152 Jinan.

Le groupe autour du porte-avions Liaoning et de la dizaine des chasseurs J-15 embarqués est composé de deux frégates et de quatre destroyers dernière génération de la marine chinoise. Selon le rapport officiel de l’Etat-major des forces armées japonaises, les bâtiments chinois ont franchi la première chaîne d’îles via le détroit de Bashi, situé au sud du Taiwan, et sont entré dans le Pacifique de l’Ouest dans la nuit du jeudi 19 Avril, avant de démarrer les manœuvres dans une zone à à environ 350 km au sud de Yonagunijima, sur le côte Est du Taiwan.

J-15

Le porte-avions chinois et ses six navires d’escorte (Photo : CNR国防时空)

A noter qu’il s’agit de la première fois que le groupe aérien chinois, composé en temps normal de 24 chasseurs J-15 et d’une douzaine d’hélicoptère Z-8 et Z-9, ait effectué leur pontée dans le Pacifique. Jusqu’à présent le porte-avions chinois s’est toujours contenté de traverser la zone sans y mener aucune activité aérienne.

L’exercice mené par le groupe aéronaval Liaoning, qui a pour l’objectif d’évaluer « l’utilisation des forces aéronavales en condition haute mer » d’après des communiqués officiels, a été surveillé de près par les forces aériennes et navales japonaises. Ces dernières ont notamment envoyé un destroyer (JS Akizuki), deux frégate (JS Sawagiri et JS Hamagiri) et des avions de surveillance P-3C pour suivre les mouvements de leurs confrères chinois.

Mais contrairement à toute attente, l’île du Taiwan qui semble être concernée directement ou indirectement par les manœuvres récentes de l’armée chinoise est restée particulièrement silencieuse sur cet événement. Aucun communiqué n’a été publié par le ministère taïwanais de la Défense depuis la traversée du groupe Liaoning de son ADIZ dans le sud.

Mis à part des missions anti-navires, les articles parus sur les médias de l’armée populaire de Chine mentionnent également d’autres sujets d’entraînement, comme la reconnaissance et la surveillance multi-dimensionnelles, les calculs tactiques, le déploiement des forces anti-aérienne, anti-navire et anti-sous-marine…etc, qui ont été menés dans la sortie rapide au Pacifique de la flotte chinoise.

Un autre rapport diffusé par l’armée japonaise indique que le groupe aéronaval chinois a rejoint la mer de Chine orientale le vendredi 21 Avril dans la journée, via le détroit de Miyako, mais les appareils japonais n’ont plus réussi à prendre en photo l’ensemble des bâtiments chinois comme c’était le cas la veille.

Après ces premières pontées de J-15 dans le Pacifique de l’Ouest, le porte-avions chinois devrait repartir en baie de Bohai, dans le nord de la Chine, d’ici aujourd’hui pour y mener une autre série de manœuvres jusqu’au 26 Avril. On pense que la 8e promotion des pilotes aéronavals pourrait passer leur certification à ce moment-là et rejoindra le régiment aéronaval de la marine chinoise s’ils réussissent leur premier appontage sur le Liaoning.

Notre prévision table sur 34 à 46 le nombre de pilotes qualifiés pour aller sur le porte-avions chinois d’ici fin 2018, ce qui revient à dire que la formation des pilotes pour le deuxième porte-avions de la marine chinoise, en agencement actuellement au chantier naval de Dalian, a d’ores et déjà commencé.

Par ailleurs, plusieurs médias chinois comme iFeng et Sina ont évoqué l’essai à la mer du deuxième porte-avions chinois aujourd’hui, avec comme argument trois zones maritimes fermées par les autorités chinoises pour « manœuvres militaires ». Or la première zone située juste au sud de Dalian et indiquée par la notification 辽航警0081 n’est en réalité qu’une zone interdite d’accès depuis toujours.

La deuxième, signalée par la notification 辽航警0082, correspondrait à celle dédiée à la certification des nouveaux pilotes selon notre analyse. Quant à la troisième, qui se trouve près du chantier naval Bohai dans le nord de la baie et à plus de 250 km de Dalian, devrait être la zone où un autre essai à la mer d’un sous-marin nucléaire a lieu.

Notre estimation table toujours sur le premier essai à la mer du deuxième porte-avions chinois avant fin Juin. Le bâtiment de 60 000 tonnes a été mis à l’eau en Avril 2017, c’est-à-dire il y a un an.

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments

LEAVE A COMMENT