Première femme adjoint au commandant de la marine chinoise

Une col blanc en télécommunication, un docteur en sciences de la Terre, un officier de marine au commandement d’un destroyer, ces trois rôles n’ont à priori aucun lien entre eux. Et pourtant, c’est le parcours un peu atypique de la capitaine de frégate WEI Hui Xiao (韦慧晓), première femme adjoint au commandant dans l’histoire de la marine chinoise.

Âgée de 40 ans cette année, WEI a entamé une carrière professionnelle tout à fait classique, après l’obtention de sa licence à l’Université de Nanjing en l’an 2000, en rejoignant le géant chinois de télécommunication Huawei.

En seulement quatre ans, la future officier de la marine a gravi rapidement les échelons et a été nommée, en 2004, le « golden individual » de la société.

Quand tout le monde croyait qu’elle va être propulsée au haut rang de la direction, elle a finalement choisi de tout quitter pour continuer ses études en Master dans les sciences de la Terre à l’Université Sun Yat-sen.

Marine chinoise

WEI lors de son volontariat au Tibet

Entre Août 2005 et Juillet 2006, la jeune étudiante a décidé de participer au programme « Volontariat des jeunes chinois » pour enseigner dans une école maternelle au Tibet, avant de revenir à l’université pour continuer son doctorat.

C’est en Octobre 2010 que WEI a décidé de tenter de nouveau à rejoindre l’armée chinoise – elle avait souhaité entrer dans l’Université Nationale de technologie de Défense (NUDT) après le lycée, mais la demande avait été refusé pour une question de quota.

Elle a écrit alors un long courrier, adressé directement au commandement de la marine chinoise, pour faire part de son vœux.

Marine chinoise

WEI, lors de son stage en tant que l’adjoint au commandant à bord du destroyer Changchun

Quand WEI pensait devoir mener un long « combat » pour convaincre les dirigeants militaires, elle a reçu un coup de fil de la marine chinoise seulement trois jours après, qui a même envoyé une délégation pour lui proposer trois possibilités, dont celle de rejoindre l’unité du premier porte-avions chinois encore en formation. Une offre qu’elle n’a pas su refuser.

En Février 2012, la jeune femme de 35 ans obtient son doctorat et part immédiatement à Dalian où le premier porte-avions de la marine chinoise s’apprête à entrer en service.

Après plusieurs mois de formation à bord du navire de soutien 88 Xu Xia Ke, le « paquebot » militaire où est logé la plupart des personnels contribuant à la construction ou faisant partie de l’équipage, puis sur le 16 Liaoning, WEI a été nommée adjoint au chef de quart de passerelle en Octobre 2012. C’est la toute première femme occupant ce rôle sur le porte-avions chinois.

Durant les 38 mois de son service sur le porte-avions chinois, WEI a passé 20 mois dans l’Académie navale de la marine chinoise à Dalian. En Avril 2015, après avoir passé la qualification en navigation avec succès, elle a été réaffectée en tant que stagiaire adjoint au commandant sur le destroyer 150 Changchun de Type 052C, une étape obligatoire pour tous les futurs commandants de navire de combat.

Son stage prend fin quand, en Mars 2016, WEI devient la première femme adjoint au commandant de la marine chinoise en exerçant sa nouvelle fonction sur le destroyer 151 Zhengzhou de même classe, bâtiment avec lequel elle a accompli des missions telles que l’exercice naval sino-russe « Joint Sea 2016 ».

Élue cette année parmi les 2 287 délégués au 19e Congrès du Parti communiste chinois, est-ce que WEI Hui Xiao, une femme aux multiples facettes, commandera un jour son propre bâtiment ? Le temps nous dira.

Mais on sait néanmoins que la marine chinoise tente d’ouvrir de plus en plus les postes à responsabilité aux femmes, et pour preuve, 20 jeunes élèves sont sorties en 2014 de la filière « Commandement naval », formante les futurs commandants de bâtiment de la marine chinoise, et elles sont déjà affectées aux différents postes de chef de quart, comme WEI l’avait été avant elles.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT