Premier vol réussi pour le nouveau lanceur spatial KT-2

Pour son 3ème lancement spatial en 2017, la Chine a lancé une toute nouvelle fusée à ergol solide, le KT-2 (Kaituo-2, 开拓二号), au centre de lancement spatial Jiuquan. Le lanceur, qui effectuait son vol inaugural, a placé avec succès le satellite expérimental TK-1 (Tiankun-1, 天鲲一号) en orbite héliosynchrone.

Le décollage a eu lieu le 3 Mars 2017 à 07h53 heure de Pékin. D’après les données fournies par NORAD, deux objets – dont le satellite TK-1 – ont été injectés sur une orbite SSO à 400 km d’altitude. L’autre objet qui devrait être le dernier étage du lanceur s’est rapidement désorbité avec des manœuvres programmés, signe que les ingénieurs chinois font des efforts pour essayer de réduire les débris dans l’espace.

 

Le lancement et la fusée KT-2

Pour ceux qui sont passionnés de l’aérospatiale, le nom de KT-2 devrait paraître familier. En fait, KT-2 était le nom donné par le groupe chinois CASIC – l’un des deux acteurs majeurs du domaine spatial en Chine – pour un ancien lanceur à ergol solide Kaituozhe-2 (开拓者二号) dont le développement remonte au début des années 2000, mais qui n’a jamais été lancé après l’abandon du programme Kaituozhe-1 (开拓者一号).

L’ancien Kaituozhe-2 et Kaituozhe-2A

Et même si l’acronyme KT-2 est identique pour ces deux fusées, Kaituozhe-2 et Kaituo-2, elles n’ont probablement pas grande chose à voir même si elles sont été conçues par le même constructeur CASIC.

En effet, l’ancien KT-2, ou plutôt Kaituozhe-2, est une fusée de 40 tonnes au décollage avec une capacité d’emport de 800 kg à l’orbite SSO 500 km × 98°, alors que le nouveau KT-2, donc Kaituo-2, ne peut placer que 250 kg en orbite SSO 700 km, ou 350 kg en LEO.

Le Kaituozhe-2 a notamment un diamètre de 2,7 mètres, alors que le nouveau Kaituo-2, bien que ses caractéristiques physiques n’ont pas encore été dévoilées par le CASIC, semble être bien beaucoup plus « mince » d’après les photos.

Une autre remarque qu’on peut faire est que beaucoup de sites d’information disent que l’ancien Kaituozhe-2 ainsi que sa variante Kaituozhe-2A avec deux fusées d’appoint sont dérivés du missile intercontinental DF-31, ce qui est totalement FAUX. Les deux premiers sont conçus par le groupe CASIC alors que le missile DF-31 est développé par un autre constructeur chinois CASC, concurrent de CASIC.

D’ailleurs on peut bien constater cette concurrence entre les deux groupes chinois dans le segment de petits lanceurs qu’ils ont développé ces dernières années, pour s’adresser à l’énorme marché émergeant des petits satellites en Chine :

LanceurConstructeurTypeSpécificitéErgolCapacité
Kuaizhou-1CASICMilitaireRéaction rapideSolide430 kg SSO 500 km
Kuaizhou-1ACASICCivilRéaction rapideSolide200 kg SSO 700 km
300 kg LEO
Kuaizhou-11CASICCivilRéaction rapideSolide1000 kg SSO 700 km
Kaituo-2CASICCivilSolide250 kg SSO 700 km
CZ-6CASCCivilLiquide1080 kg SSO 700 km
CZ-11CASCCivilLancement mobileSolide350 kg SSO 700 km
750 kg LEO

Il est à noter que ce nouveau lanceur KT-2 fait partie de l’une des 5 familles de lanceur spatial prévu dans le plan de développement stratégique du groupe CASIC :

  • 快舟 Kuaizhou : Lanceurs de réaction rapide
  • 开拓 Kuaituo : Lanceurs normaux
  • 羽舟 Yuzhou : Lanceurs électriques, lancement aidé par une catapulte électromagnétique
  • 巧舟 Qiaozhou : Lanceurs dédiés aux lancements de dirigeables stratosphériques
  • 轻舟 Qingzhou : Lanceurs à ergol liquide, lancement aidé par une catapulte électromagnétique

On peut s’attendre donc que le nom « Longue Marche » ne puisse représenter à lui seul les fusées de lancement spatial chinoises dans les années à venir, car il faudra aussi compter ces 5 nouvelles familles de lanceur du groupe CASIC, plus deux constructeurs civils chinois qui mettront bientôt en service leurs propres lanceurs également.

Pour ce vol inaugural de KT-2 qui s’est effectué à priori au même pas de tir de CZ-11, deux zones de retombée ont été prévues :

A0376/17
Q) ZLHW/QRTCA/IV/BO/W/000/999/4000N10006E021
A) ZLHW B) 1703022344 C) 1703030014
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N394023E1001211-N394321E0995133-N402032E1000031-N401733E1002119.
VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

A0377/17
Q) ZLHW/QRTCA/IV/BO/W/000/999/3610N09913E029
A) ZLHW B) 1703022345 C) 1703030020
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N354133E0992000-N354519E0985353-N363835E0990528-N363445E0993152.
VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

KT-2

La trajectoire du tir de lanceur spatial KT-2

 

Le satellite TK-1 (Tiankun-1)

Bien que le groupe CASIC soit l’un des deux plus grands groupes chinois dans le domaine aérospatial, ses activités principales sont plutôt dans le domaine militaire, notamment autour de missiles en tout genre. Le TK-1 est le premier satellite conçu de toute pièce par le groupe, et plus précisément par la 2ème académie de CASIC, spécialiste des missiles Sol-Air…

Le satellite expérimental TK-1 (Image : CASIC)

Pour des raisons inconnues, aucun détail technique n’a été communiqué sur ce satellite qualifié officiellement comme « agile ». On sait seulement que le projet de la plateforme dont le satellite se base est démarré en Mars 2014, qui permet d’intégrer les charges utiles optiques, infrarouges, micro-ondes et de communication, et la plateforme peut remplir des fonctions comme l’observation des débris spatiaux, la collecte des données de télémétrie multi-sources, ainsi que le traitement et la distribution des données.

Une vraie plateforme « omni-rôle », mais on ne sait toujours pas ce que fait exactement ce satellite expérimental selon la présentation officielle de CASIC. La seule indication que nous avons aujourd’hui est que, d’après certains communiqués du groupe chinois, le satellite TK-1 contribuera au projet Hong Yun (虹云工程), qui consiste à fournir un accès mondial à Internet à haut débit, à l’image du projet OneWeb.

Ce projet Hong Yun prévoyait justement le lancement d’un satellite expérimental en 2017, plus quatre satellites opérationnels en 2019, et l’ouverture de service de la phase 1 du projet d’ici 2021 avec un total de 156 satellites de bande Ka positionné à 1 000 km d’altitude.

En attendant d’en savoir plus sur le lanceur et aussi le satellite, deux objets ont été répertoriés par NORAD en orbite :

2017-012A
1 42061U 17012A 17062.77625524 -.00092401 00000-0 -12704-2 0 9992
2 42061 96.9325 75.7826 0016173 274.8293 265.2410 15.57363933 125

2017-012B
1 42062U 17012B 17062.76178896 .00355918 19287-5 58860-3 0 9996
2 42062 96.6735 75.8684 0135972 328.5895 213.4489 15.88031529 112

L’objet 2017-012B devrait correspondre au satellite TK-1 qui s’est placé en orbite 405 km × 374 km × 96,94°.

 

Statistique historique

Statistiquement, ce vol inaugural de KT-2 est le 3ème lancement spatial chinois en 2017.

Pour l’heure, les fusées Kaituo-2 du groupe CASIC totalisent 1 succès et 0 échecs, soit un taux de réussite de 100%.

Voici le nombre et le statut de lancements spatiaux chinois effectués depuis 1970, incluant l’ensemble des fusées chinoises quelque soit le constructeur –

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois – Date : 2017-03-03

Henri K.

Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • Hi; according to Gunter’s web page (link: http://space.skyrocket.de/doc_lau/kaituozhe-2.htm) another variant called the KT-2A will make its maiden flight later this year. There was initial confusion as to what (KT-2 or KT-2A) will be launched on March 3, but it seems that the two versions are separate.

  • Petite faute de frappe:
    开拓 Kuaitou : Lanceurs normal
    devrait être
    开拓 Kaituo : Lanceurs normaux

LEAVE A COMMENT