Le porte-avions Liaoning traverse le détroit de Taïwan

Après un peu moins de deux semaines passées en mer de Chine méridionale, le porte-avions chinois Liaoning et une partie de ses navires d’escorte vont maintenant regagner la base navale au Nord. Et au lieu de faire un détour par l’océan Pacifique, le groupe aéronaval a décidé de prendre le chemin le plus court, à savoir le détroit de Taïwan.

Basant sur les rapports gouvernementaux du Japon, du Taïwan et de la Chine, nous avons pu retracer le parcours du porte-avions chinois et de son groupe, depuis leur départ le 20 Décembre 2016 de la base navale de Guzhenkou, située à la péninsule du Shandong.

porte-avions Liaoning

Le parcours du porte-avions Liaoning et de ses navires d’escorte depuis fin Novembre 2016.

Cette traversée est très médiatisée au Taïwan, notamment par le fait fort symbolique que le groupe aéronaval chinois a « fait un tour complet » de l’île. De nombreuses rumeurs ont circulé sur l’île depuis l’entrée du porte-avions Liaoning au Sud-Ouest de la zone ADIZ du Taïwan, comme par exemple le décollage de plusieurs F-16A/B et F-CK-1 Ching-Kuo pour surveiller le moindre mouvement des Chinois, alors que selon les communiqués du ministère taïwanais de la Défense, les navires chinois naviguent à l’ouest de la ligne médiane du détroit et fait route au nord.

Certains commentateurs à la télévision taïwanaise stipulent que « plusieurs centaines de missile » visaient le porte-avions chinois, d’autres mentionnent l’essai récent d’une nouvelle version à portée allongée du missile anti-navire supersonique Hsiung Feng III, capable d’atteindre sa cible à 400 km.

Le ministère taïwanais de la Défense indique, quant à lui, qu’aucune situation particulière n’est à signaler, et appelle les Taïwanais au calme. Mais le fait que 4 communiqués (*) ont été publiés en une seule journée du 11 Janvier nous dit que l’armée taïwanaise prend cette traversée du porte-avions chinois très au sérieux.

Le porte-avions Liaoning et ses avions embarqués

Si ces réactions sont compréhensibles, et dans une certaine mesure, normales, la démonstration de force au détroit de Taïwan n’est probablement pas l’objectif principal de cette sortie du porte-avions chinois (voir notre dossier « Le porte-avions Liaoning opère en mer de Chine méridionale« ).

En effet, une série de manœuvres chinoises depuis fin Novembre – le premier exercice à tirs réels du groupe aéronaval Liaoning mi Décembre en baie de Bohai, les pontées effectuées en mer de Chine orientale, la première entrée à l’ouest du Pacifique, et neuf jours d’exercices en mer de Chine méridionale – montre que le groupe aéronaval du porte-avions Liaoning a franchi une étape dans la montée en compétences de la marine chinoise.

En 4 ans, le porte-avions et les avions embarqués chinois passent de l’étape « naviguer, décoller et apponter » à l’étape « prêt à effectuer des opérations militaires » dans différentes zones maritimes.

C’est peut-être ce point qui devrait attirer l’attention des observateurs, et non le refrain « démonstration de force » qu’on entend trop régulièrement.

Il est à noter que deux des cinq navires d’escorte – les destroyers 171 Haikou de Type 052C et 173 Changsha de Type 052D, qui appartiennent tous les deux à la flotte du Sud – sont restés au sud et n’ont pas suivi le groupe. Le porte-avions Liaoning est donc reparti au Nord de manière « légère », escorté uniquement par un destroyer et deux frégates. Ceci devrait être signe de la fin des manœuvres des forces aéronavales chinoise lancées depuis fin Novembre 2016.

Un dernier point très intéressant – il semblerait que l’équipage du porte-avions chinois a commencé certains entraînements dans la nuit. Un documentaire télévisé, diffusé par la chaîne CCTV-13 dont le sujet est la sortie actuelle de Liaoning, montre que l’équipage du pont d’envol chargeaient des missiles Air-Air PL-12 sur les avions embarqués J-15. Comme ce que nous avons déjà parlé dans les précédents articles, l’aptitude au combat de nuit est un autre indicateur clé qui nous permet de jauger l’état d’avancement de l’apprentissage des forces aéronavales chinoises.

Certains observateurs chinois affirment donc que les pilots de J-15 ont déjà effectués des pontées dans la nuit, mais pour le moment aucun élément officiel ne nous permet de confirmer ce point. On peut néanmoins souligner que la préparation est en cours pour acquérir cette compétence.

A suivre.

Henri K.

 

(*) Annexe :

  • http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73692&Title=%E5%9C%8B%E9%98%B2%E6%B6%88%E6%81%AF&style=%E6%96%B0%E8%81%9E%E7%A8%BF
  • http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73694&Title=%E5%9C%8B%E9%98%B2%E6%B6%88%E6%81%AF&style=%E6%96%B0%E8%81%9E%E7%A8%BF
  • http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73695&Title=%E5%9C%8B%E9%98%B2%E6%B6%88%E6%81%AF&style=%E6%96%B0%E8%81%9E%E7%A8%BF
  • http://www.mnd.gov.tw/Publish.aspx?cnid=65&p=73696&Title=%E5%9C%8B%E9%98%B2%E6%B6%88%E6%81%AF&style=%E6%96%B0%E8%81%9E%E7%A8%BF
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT