Plus de 100 drones armés Wing Loong II vendus à l’export

On sait que le programme du drone militaire chinois Wing Loong II avait décroché au moins un contrat d’export avant même que le premier prototype n’a effectué son vol inaugural, qui remonte au mois de Février l’an dernier, alors que selon son constructeur AVIC Chengdu le premier exemplaire a déjà été livré dès le mois d’Octobre. Mais ce que l’on ignore encore aujourd’hui est qui se sont portés acquéreurs et les détails de ces contrats.

Si nous n’avons toujours pas la réponse précise à ces dernières questions, à part que les UAE semblent avoir reçu leur premier lot de livraison, nous savons tout de même maintenant qu’une centaine d’appareils a déjà été vendue jusqu’ici .

En effet, d’après un reportage télévisé de la chaîne nationale chinoise CCTV-13 en date du 1er Août cette année, « plus de 100 drones Wing Loong II sont vendus aujourd’hui sur le marché international » mais aucun d’autres détails n’a été divulgué. L’émission se focalisait en fait plutôt sur ce que la Chine appelle par « la coopération civilo-militaire », un concept qui est d’ailleurs largement appliqué sur la production en série du drone armé chinois.

Wing Loong

Les pays utilisateurs confirmés de drones Wing Loong I et Wing Loong II (Image : East Pendulum)

A Chengdu où le drone a été conçu, on peut voir sur la chaîne de montage plusieurs appareils qui sont en cours d’assemblage final pendant que d’autres, en livrée grise pâle, se trouvent dans le hangar en attente probablement d’être testés.

On apprend alors que les quelques 300 entreprises privées, qui représentent environ 50% de fournisseurs Tier-1 du programme, avaient connu une période d’adaptation difficile pour s’acclimater aux processus militaires et ses normes bien plus stricts par rapport à ce qu’ils ont à faire jusqu’à présent sur les produits civils.

En contre-partie, ils bénéficient un certain niveau de transfert de technologie et s’intègrent dans une chaîne industrielle plus globale, tout en devenant plus compétitives, tandis que l’avionneur étatique Chengdu Aircraft Corporation (CAC) profite des mains-d’œuvre supplémentaires pour accroître sa capacité de production et améliore au passage le sens du service grâce aux retours d’expérience du secteur privé.

L’Institut 611 et l’Usine 132 CAC gèrent aujourd’hui plus de 100 fournisseurs externes pour l’approvisionnement des 130 sous-systèmes d’un drone Wing Loong II. La ligne de production compte à ce jour une petite centaine de personnels, ingénieurs pour la plupart, pour une cadence de production de 24 appareils par an actuellement.

Les avionneurs chinois comptent investir un milliard de yuan (~127 millions d’€) sur 3 ans pour accroître leurs capacités de conception et de production, et d’atteindre la cadence 30 d’ici peu sur le seul site de Chengdu.

Selon les chiffres avancés par JI Xiao Guang (季晓光), directeur de l’Institut 611 qui s’occupe entre autres de la conception des chasseurs J-10 et J-20, les drones Wing Loong I, II, I-D et III pourraient générer jusqu’à 15 milliards de yuan de revenu, soit environ 1,9 Md d’€ au taux de change d’aujourd’hui, sur les 5 ans à venir.

Wing Loong II

La première livraison du Wing Loong II au client étranger.

Quatre fois plus lourd que la version précédente Wing Loong I, qui a effectué son premier vol en Octobre 2007, le Wing Loong II, avec une masse maximum au décollage de 4 200 kg, a fait de la Chine le deuxième pays au monde capable de construire un drone armé dit de Moyenne Altitude et Longue Endurance (MALE) dans ce gabarit.

Cette nouvelle version mesure 11 mètres de long, 4,1 mètres de haut et 20,5 mètres d’envergure. Il est capable de voler jusqu’à 9 000 mètres d’altitude, avec une vitesse de pointe à 370 km/h. Grâce à une taille plus importante et un nouveau turbopropulseur d’origine chinoise, le Wing Loong II peut transporter 480 kg d’armements sur ses 6 points d’emport, soit 12 munitions Air-Sol au total, pour des missions d’identification et de frappe.

Pour les missions de reconnaissance, il peut compter sur une suite optronique complète dotée de voie TV, IR et laser, ainsi qu’un radar à synthèse d’ouverture (SAR). L’autonomie du drone est donnée à 20 heures en vol quand l’appareil est pleinement armé.

« Le Wing Loong II est au même niveau que le drone américain MQ-9 Reaper  », a déclaré LI après le premier vol de Wing Loong II en Février 2017, « Nous sommes en train de concurrencer les meilleurs drones du monde dans la même catégorie, avec nos propres technologies, et nous pourrions les dépasser dans un futur proche. »

La taille potentielle du marché d’export pour les drones Wing Loong est estimée à « plusieurs centaines » d’appareil, toujours selon l’ingénieur en chef du bureau d’études chinois.

Henri K.

 

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comment
  • Il faudra sans doute rajouté la Serbie dans la liste des utilisateurs.

    Mais ce qui m’étonne, c’est que l’on parle de construction sous licence pour 5 des 7 systèmes prévus. Assemblage sous licencié certainement.

LEAVE A COMMENT