Nouveau pod de désignation laser du J-10

La chaîne de télévision « 1er Août » de l’armée chinoise a diffusé récemment un reportage sur les J-10AH et les J-10SH biplace de la marine chinoise. Les images montrent qu’un nouveau pod de désignation laser, de type K/JDC01A, équipe désormais ces appareils de première ligne face au Japon en mer de Chine orientale.

Dans ce reportage, on apprend que les J-10 du 2nd régiment de la 4ᵉ division d’aviation, appartenant à la flotte de l’Est et basé à Luqiao, ont mené en fin Juillet un exercice de tir Air-Sol à balle réelle.

Le scénario de l’exercice est que les avions de chasse vont achever le reste des « ennemis » à l’aide des frappes de précision, après que la défense anti-aérienne et les bunkers adverses soient neutralisés par des missiles de longue portée.

C’est donc pour ce scénario de frappes de précision que les J-10AH et les J-10SH sont équipés, pour la première fois dans l’histoire de ce régiment, de tel pod de désignation.

On peut voir dans ce reportage que les J-10 ont tous des réservoirs externes, ce qui signifient que la distance à franchir est relativement longue. La caméra du pod montre également que les cibles de l’exercice se trouvent soit sur une île ou dans une zone côtière.

Un regard rapide sur la carte nous dit que les « ennemis » dans cet exercice de la marine chinoise pourraient être les Taïwanais, ou alors les Japonais et les Américains à Okinawa, qui sont tous à moins de 750km de la base aérienne de Luqiao.

Une distance raisonnable pour que les missiles de croisière et les missiles balistiques SRBM comme le DF-15 pilonnent et neutralisent les installations les plus menaçantes qui s’y trouvent, avant que les avions terminent le reste du travail.

2016 08 09 - Nouveau pod de désignation laser pour le J-10A - 35

660km autour de la base aérienne de Luqiao

Pod de désignation chinois

Ce n’est pas la première fois que l’on voit les J-10 ou les autres appareils chinois avec un pod de désignation sous la cellule, même si leur application concrète est arrivée plus tardivement par rapport aux autres pays.

Dans les années 90′, quand le programme J-10 était encore en phase de développement, la photo d’une maquette physique montre déjà que l’appareil est prévu d’équiper un pod de désignation, au point d’emport sous l’entrée d’air comme ce qu’on voit aujourd’hui, ce qui suggère que le J-10 n’est pas conçu uniquement comme un avion de chasse dédié à l’interception et au combat Air-Air.

Il a fallu attendre plusieurs années après l’entrée en service du J-10 en 2003, pour qu’on voit ces avions de chasse chinois porter un pod de désignation ou larguer des bombes guidées laser (BGL), mais rarement les deux à la fois.

Et le modèle du pod de désignation laser qu’on voit porté par les J-10 jusqu’à présent est le K/JDC01, comme le montre cette photo en bas. Le nouveau pod K/JCD01A apparu dans le reportage télévisé serait donc une version améliorée du premier.

Le J-10A avec le pod de désignation K/JDC01

Le J-10A avec le pod de désignation K/JDC01

Développé par l’Institut 613 Luoyang du groupe AVIC au début des années 2000′, le K/JDC01 est la deuxième génération de produits conçu par cet institut spécialisé dans l’optronique. Peu d’information sur ce pod est communiqué ce jour.

Sur un autre produit de l’Institut 613 dédié à l’export, le pod WMD-7 qui est déjà exposé plusieurs fois aux salons aéronautiques de Zhuhai, on sait qu’il s’agit d’un pod de désignation incluant la voie IR, TV et laser. Ce pod de 280kg peut désigner des cibles jusqu’à 13km.

Le K/JDC01A des J-10 de la marine chinoise devrait donc avoir une portée accrue qui permet de supporter une nouvelle génération de BGL, une sensibilité des capteurs optimisée et un champ de vision élargi. Le MTBF et le refroidissement des composants devraient être améliorée également.

A part le J-10, deux autres types d’avion chinois portent de pod de désignation – le chasseur-bombardier JH-7A et l’avion d’attaque au sol Q-5L. Le premier sert à la fois l’armée de l’air et la marine chinoise, tandis que le second est en service uniquement dans l’armée de l’air.

Le pod équipé par le JH-7A est le même que le J-10, alors que le Q-5L utilise une version simplifiée, donc moins coûteux, appelée le K/PZS01H qui n’a que la voie laser pour la désignation.

Mais contrairement aux JH-7A et aux J-10 (du moins selon les photos rendues publiques à ce jour), le Q-5L est doté de BGL de nouvelle génération. Le guidage laser est passé du mode TOR (ou bang-bang en anglais) au mode proportionnel.

Les bombes guidées laser chinoises

De nombreux constructeurs chinois proposent des BGLs au marché intérieur et à l’export, on peut citer par exemple –

  • la famille « Tiange » (TG-xx ou GB-xx) du groupe d’armement terrestre NORINCO
  • la famille « Feiteng » (FT-xx) du groupe aérospatial CASC
  • la famille YZ du groupe aérospatial CASIC (* merci Bruno Rouers pour le rappel, voir les commentaires)
  • la famille « Lei Shi » (LS-xx) du groupe aéronautique AVIC

Ces familles se déclinent en plusieurs catégories et en différents modes de guidage, allant de 50kg pour le plus petit aux 1 000kg pour les plus grands. Des versions planées sont également proposées.

La première génération de BGL choisie par l’armée de l’air et la marine chinoise est le LS500J du groupe AVIC. C’est la BGL que les J-10 ont utilisé dans le reportage télévisé du début.

Le LS500J, aussi connu sous le nom de LT-2 pour sa version d’export, pèse 564kg dont 450kg de charge explosive. Sa portée est > 10km et il peut atteindre une précision de CEP ≤ 6,5m selon son constructeur.

Guidée par un double faisceaux laser et capable d’effectuer une manœuvre en S à l’approche de la cible, cette BGL chinoise reste malgré tout une bombe de la première génération avec le guidage TOR, tout comme l’américain GBU-16 Paveway II. La cible doit donc rester illuminée jusqu’à l’impact, ce qui revient à dire que le désignateur au sol ou l’avion lanceur équipé d’un pod doit rester sur zone pour guider la bombe, ce qui les expose au danger potentiel durant le vol des bombes.

Dans le reportage en haut les pilotes disent qu’ils ont dû rester au-dessus des cibles pendant les « quelques dizaines de second » de vol des bombes.

Pour les nouvelles bombes guidées laser, l’armée chinoise semble avoir choisi les modèles TG-250 de 250kg et TG-500 de 500kg du groupe NORINCO. Leur portée est supérieure à 20km et la précision est inférieur à 4m CEP.

Le mode de guidage « proportionnel », et un champ de vision plus large de la tête chercheuse, sur ces deux nouveaux modèles de BGL permettent de limiter la perte d’énergie de la bombe pour la correction de trajectoire, on peut donc obtenir une plus grande portée planée et une meilleure précision.

La nouvelle BGL TG-250 / GB-3 de NORINCO

La nouvelle BGL TG-250 / GB-3 de NORINCO

Une version avec un kit planeur est également proposée pour le TG-250, sa portée est donc étendue à plus de 80km, supérieure à celle de plupart des systèmes de défense anti-aérienne rapprochée.

La BGL TG-250 avec le kit planeur

La BGL TG-250 avec le kit planeur

Changement de doctrine ?

L’entrée en service du pod de désignation laser K/JDC01A et de BGL de nouvelle génération sont une preuve supplémentaire que la doctrine de l’armée de l’air et de la marine chinoise change progressivement, qui passe de purement défensive à un mélange défensive-offensive.

L’utilisation des armements de précision sur des superficies plus restreintes, comme une île ou une zone côtière de la première chaîne d’îles par exemple, a certes moins d’effet « psychologique » qu’un tapis de bombes, mais elle permet d’obtenir un plus grand ratio dégât / sortie ce qui n’est pas un luxe dans le cas des Chinois aujourd’hui.

Enfin, les photos récentes montrent que le nouveau variant de la famille J-10, J-10B, vole également avec un pod de désignation et deux BGLs sous la voilure.

Le prototype 1035 de J-10B dans un essai en vol, avec deux nouvelles BGL de 500kg et un pod de désignation

Le prototype 1031 de J-10B dans un essai en vol, avec deux nouvelles BGL de 500kg et un pod de désignation

On ignore s’il s’agit du même modèle K/JDC01A ou un autre encore plus récent, mais la suite avionique de cet avion serait, selon certaines sources chinoises, optimisée pour les missions Air-Surface comparée à celle du J-10A et J-10S.

L’affaire à suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Hi, Henri;

    I am wondering about the existence of any Chinese stealthy air-launched cruise missiles, similar to the Storm Shadow or JASSM. Are there any in development or for export? For some reason, this has never been a priority for Chinese R&D despite it being a very useful long-range asset.

    Also, have the PLAAF and PLANAF officially rejected the JH-7B?

    Thanks!

  • Bonjour Henri
    j’apprécie toujours tes écrits bien documentés ; je me permet d’apporter une ou deux précisions
    – Le K/PZS-01 a été développé par le Southwest Institute of Technical Physics SITP – -西南技术物理研究所(成都)de Chengdu, encore appelé 209 Institute ou même 209th Graduate School of Weapon Industry ; Cet institut forme avec la Jiangsu Shuguang Opt Electricity Co. Ltd. , l’entreprise appelée North Laser Technique Co. Ltd. qui est subordonnée à la China North Industries Group Corporation (CNGC = NORINCO), ce qui explique la mention CNGC 209 sur le pod à coté du logo en forme de [X] représentant le SITP (西南技术物理研究所Xīnán jìshù wùlǐ yánjiū suǒ)

    – au sujet des bombes guidées, il existe aussi la famille de bombes de précision guidées par laser YZ-200 développées par la CASIC et présentées en 2010 ; en 2012 à Zhuhai, elles sont décrites par la CASIC comme destinées aux UAV, aux hélicoptères et aux chasseurs et par d’autres plateformes contre des cibles terrestres et possédan une forte résistance aux interférences, une grande précision, un coût attractif et une maintenance facile ; je ne sais pas si elles sont réservées à l’exportation ou si elles sont susceptibles d’être utilisées par l’armée chinoise.

LEAVE A COMMENT