Les premières photos du JL-10 « marine »

Il y a un peu plus d’un an, nous avons évoqué ici sur le fait que la version navale de JL-10 allait rejoindre les rangs de la marine chinoise. L’analyse d’une vidéo publiée au début d’année montre également que les premiers appareils ont intégré l’académie des forces aériennes de la PLA Navy. Et nous avons maintenant les premiers clichés de ce deuxième type d’avion d’entraînement avancé choisi par la marine chinoise.

La marine chinoise devient ainsi le 3e client, après l’armée de l’air chinoise et la Zambie, à avoir reçu les nouveaux appareils du programme JL-10. Les représentants militaires ont d’ailleurs investi l’usine de Hongdu Aviation Industry Group (HAIG) à Nanchang depuis début 2016 pour suivre la production de près.

Avec l’arrivée de la version marine, le nombre de JL-10 produits devrait dépasser désormais les 100 appareils.

On ne connait pas encore précisément la configuration qu’a choisi les forces navales chinoises pour leur nouvel avion d’entraînement avancé, mais à priori ce n’est pas la variante d’attaque au sol, appelée L-15B en version d’export, car on ne voit pas les cinq antennes IFF devant la verrière.

Visuellement on remarque la présence d’une antenne supplémentaire sur le dos de l’avion par rapport à la version de l’armée de l’air. Elle pourrait s’agir d’une antenne de liaison de données Air-Air.

La tuyère des moteurs laisse penser également que le JL-10 marine n’est pas équipé encore de moteur avec post-combustion, et l’absence de crosse d’appontage suggère qu’il s’agisse uniquement d’un avion d’entraînement basé au sol, tout comme le JL-9G, pour la formation avancée des élèves pilotes des forces aériennes de la marine chinoise.

JL-10

Deux JL-9G de la marine chinoise (Photo : CANNews)

Quant à la version aéronavale pour les futurs pilotes sur porte-avions, on sait que le développement est toujours en cours, à la fois chez Guizhou Aircraft Industry Corporation (GAIC) avec leur JL-9 et chez HAIG avec le JL-10. L’un ou l’autre devrait s’adapter au décollage sur tremplin, pour les deux porte-avions STOBAR chinois, mais aussi aux futurs porte-avions CATOBAR avec catapulte actuellement en conception.

Selon notre estimation, la marine chinoise devrait former au moins 100 pilotes supplémentaires, à partir de maintenant, si elle veut compléter les groupes aériens pour ses trois porte-avions actuels et à venir d’ici 2023-2024.

C’est un objectif quai-impossible à atteindre si la formation se fait uniquement avec le nombre (très) limité de chasseur J-15 d’aujourd’hui (~24), il est donc logique de penser que la flotte de JL-9G et JL-10 va continuer à grossir rapidement dans les années à venir.

JL-10

L’estimation sur le nombre de pilotes aéronavals chinois formés par an (Image : East Pendulum)

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT