Le porte-avions chinois et plus de 40 navires en mer de Chine méridionale

L’unique porte-avions chinois du moment, Liaoning, ainsi que plus de 40 navires de guerre de la marine chinoise, ont massé cette semaine en mer de Chine méridionale pour des manœuvres conjointes.

L’information a d’abord été révélée par Planet Labs, une entreprise américaine fondée par des scientifiques et des ingénieurs de la NASA et qui fabrique et exploite des nano-satellites pour réaliser de l’imagerie depuis l’orbite, avant d’être reprise par l’agence de presse Reuter.

Ces images, malgré leur faible résolution, montrent qu’au moins 42 navires de surface et de sous-marins ont navigué avec le porte-avions chinois au centre, le jour du lundi 26 Mars vers 10h40 du matin heure locale, d’ici s’ajoute deux petites escadrilles d’avion de chasse avec probablement des avions ravitailleurs ou bombardiers qui ouvrent la voie.

Au vu de la formation rectiligne des bâtiments chinois, cela ressemble plus à une parade militaire ou un PHOTEX (exercice de photos) qu’une réelle formation de combat aéronavale. Mais il n’est pas exclu que cela soit la « cérémonie » d’ouverture de l’exercice naval en mer de Chine méridionale annoncé précédemment par l’armée chinoise.

Selon la doctrine chinoise, un groupe aéronaval standard est composé d’un porte-avions, pour l’heure seulement le 16 Liaoning, et de deux destroyers anti-aériens, deux destroyers omni-rôles, deux frégates orientées lutte anti-sous-marine, deux sous-marins nucléaires d’attaque, un navire de soutien logistique et un groupe aérien de 36 appareils (dans le cas de Liaoning, voilures fixes et tournantes comprises).

Mer de Chine méridionale

Les 42 navires de guerre de la marine chinoise et le porte-avions Liaoning (Photo : Planet Labs)

On remarquera alors que le nouveau pétrolier ravitailleur Type 901 serait parmi la flotte chinoise le 26 Mars en mer de Chine méridionale, si l’on croit à la longueur d’un grand navire qui se trouve derrière le porte-avions sur les images satellites.

Les photos amateurs montrent effectivement aussi que le bâtiment, baptisé 965 Hulunhu et déplace plus de 40 000 tonnes, s’est trouvé au port de Yuling sur l’île de Haïnan quelques jours auparavant.

Il est donc plausible qu’il s’agit d’un exercice « Full Scale » du groupe aéronaval chinois en mer de Chine méridionale, bien que Liaoning est déjà venu à plusieurs reprises dans cette zone disputée par tous les pays voisins, dont la première fois remonte au Novembre 2013, soit un an après l’admission au service actif du premier porte-avions chinois.

On ignore pour le moment l’objectif et le déroulement exact de cet exercice naval, impliquant autant de forces navales et aériennes chinoises. Quand les médias ressortent une fois de plus le refrain habituel de « démonstration de forces », faute de pouvoir en dire plus, d’autres observateurs en Asie parlent de tests d’interopérabilité, ou encore l’intégration des navires appartenant à la flotte du Sud avec le groupe de Liaoning venant du Nord.

A noter que le nombre d’équipements de commandement à bord du Liaoning est « 10 fois supérieur » à celui d’un destroyer de dernière génération, le bâtiment est doté aussi la suite la plus complète en commandement de flotte. La question se pose alors pour savoir si le porte-avions chinois et son équipage va valider pleinement ses capacités de commandement multi-dimentionnelles lors de cet exercice en mer de Chine méridionale.

Quoiqu’il en soit, après l’interception du destroyer américain USS Mustin par deux navires de la marine chinoise, près d’une île fortifiée chinoise en mer de Chine méridionale, et l’envoie des bombardiers longue portée et des chasseurs Su-35 de l’armée de l’air chinoise sur zone, la présence même du porte-avions chinois dans la même région va déjà susciter beaucoup d’interrogations, sans parler le fait qu’il est accompagné par une flotte de taille plus que conséquente.

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT