Le nouvel hydravion chinois AG600 s’envole enfin

17 mois après son roll-out de l’usine d’assemblage final de China Aviation Industry General Aircraft Co.,Ltd. (CAIGA) à Zhuhai, le nouvel hydravion chinois AG600 s’est enfin envolé hier, à la veille du Noël, à l’aéroport de Zhuhai-Jinwan qui se trouve au sud de la Chine.

L’avion-bateau d’une masse maximale de 53,5 tonnes a décollé vers 09h39 heure de Pékin sous le regard des millions de téléspectateurs chinois., l’événement très attendu depuis le début de l’année a été retransmis en direct sur la chaîne nationale CCTV.

Ce premier vol a finalement duré 64 minutes, soit un peu plus d’une heure, conformément à ce qu’il a été prévu. L’appareil immatriculé B-002A, avec à son bord un équipage de quatre personnes, a été accompagné tout au long de son vol par un avion de transport léger Y-12 équipé des matériels de suivi optroniques.

Des centaines de personnels de CAIGA ont accueilli au sol le retour de ce premier AG600 qui a atterri à 10h43 dans la matinée. L’avion a ensuite traversé un rideau d’eau, créé par deux lances d’incendie placées de part et d’autre sur la piste, qui symbolise l’accueil et la bienvenue (接风洗尘) selon la tradition chinoise.

A noter que par mesure de sécurité, les autorités chinoises ont décidé de fermer l’espace aérien sous 3 600 mètres d’altitude d’une zone large de 5 067 km² au sud-ouest de Zhuhai, une mesure qui n’avait pas été entreprise lors du premier vol des deux autres « grands avions » chinois, le Y-20 et le C919. On apprend par ailleurs que l’hydravion chinois a volé toujours sous les 3 000 mètres du sol pour son premier vol.

A3830/17
Q) ZGZU/QRTLP/IV/BO/W/000/118/2155N11310E030
A) ZGZU B) 1712240120 C) 1712240300
E) DUE TO FLY ACTIVITY,ALL ACFT SHALL BE FORBIDDEN TO FLY INTO THE
AREA BOUNDED BY:
N221323E1132755-N222415E1131520-N215615E1123850-N212730E1130620-N215906E1133312-N221323E1132755
BACK TO START,ALT: BELOW 3,600M(QNE).
F) SFC G) 3,600M AMSL

AG600

La zone réservée pour le premier vol de l’hydravion chinois AG600 (Image : East Pendulum)

Si le Conseil des affaires de l’État chinois, organisme civil administratif principal de la Chine, a adressé ses félicitations au groupe AVIC dans un communiqué officiel après l’annonce du succès de ce premier vol d’AG600, il faut tout de même se rappeler que l’avion amphibie chinois avait prévu initialement de réaliser son premier vol « au sol » avant fin 2016. Mais la réalité du terrain et une série de difficultés techniques qui s’est enchaînée par la suite en a voulu autrement.

En effet, la date du vol inaugural est repoussé une première fois à fin Mars 2017, et les essais réussis des quatre moteurs en Février avaient pourtant donné les premiers signes positifs à cela. Mais le premier essai de roulage n’a finalement eu lieu qu’au 29 Avril 2017, puis un autre essai de roulage à faible vitesse réalisé en fin Mai, avant la silence radio pendant quelques mois.

C’est en fin Juillet que des nouvelles sur la situation de l’AG600 font de nouveau surface. Dans un article publié sur le compte Weixin de CAIGA le 31 Juillet, on apprend que le directeur général adjoint du groupe AVIC, maison mère de CAIGA, s’est rendu à Zhuhai avec une équipe d’experts pour suivre l’avancement du programme. Il a demandé à l’équipe de développement d’analyser les « causes racines » des problèmes en cours et a mis en lumière « la manque d’expérience (de CAIGA) en tests et essais ».

Parmi les experts qui ont accompagné cette visite figure le scientifique en chef de l’Institut 601, un autre bureau d’études d’AVIC spécialisé dans la conception d’avion de transport et de bombardier. Il a notamment échangé avec les responsables techniques de CAIGA sur les sujets comme « la configuration aérodynamique général, les systèmes hydrauliques et le stress structurel ».

Dans un autre article paru un peu plus tard, il a été dit que certains dirigeants de l’avionneur chinois ont demandé à CAIGA de faire le nécessaire pour que « les pilotes d’essai regagnent confiance en cet avion ».

Après plusieurs mois d’investigation et de travail, une réunion dirigée par cinq académiciens, un haut responsable du ministère chinois de l’industrie et de l’information ainsi que les hauts responsables du groupe AVIC et des experts venant du milieu académique, militaire et des autorités aériennes ont eu lieu du 1er au 3 Décembre, durant laquelle l’état technique de l’AG600 a été revu et examiné entièrement. Le comité a enfin approuvé la qualité de l’avion et a donné son aval pour procéder au premier vol.

Il est à souligner que l’AG600 n’a réussi que la moitié de son véritable « vol inaugural » puisqu’en étant un hydravion, il faudra également qu’il réalise son premier vol sur l’eau pour que ce soit au complet.

Faisant partie des trois projets de « Grand avion » approuvé par l’état chinois en 2006 comme l’une des priorités du secteur aéronautique avec le Y-20 et le C919, l’AG600, appelé officiellement « Grand avion amphibie bombardier d’eau et de sauvetage maritime », peut puiser 12t d’eau en 20 secondes et les larguer sur une surface de 4 000 mètres carrés en une fois. Utilisé dans le cadre des missions de sauvetage en mer, l’avion peut transporter jusqu’aux 50 passagers.

Selon le groupe AVIC, l’avion peut être transformé pour assurer d’autres types de mission, comme la surveillance et la protection de l’environnement maritime, l’exploration des ressources, l’approvisionnement des récifs, la sécurité maritime, la lutte contre la contrebande et l’application du droit maritime. L’avionneur chinois déclare vouloir produire 60 exemplaires dans les 15 ans à venir mais le carnet de commande ne compte que 17 appareils pour le moment.

Si l’AG600 est déployé en mer de Chine méridionale, au récif de Subi par exemple, son rayon d’action lui permettra de patrouiller et d’agir longuement dans toute la région. Mais la marine chinoise ne semble pas avoir placé commande à ce jour.

AG600 au récif de Subi

CaractéristiqueValeur
Longueur37m
Envergure38,8m
Hauteur12,1m
MTOW53 500kg
Vitesse de croisière maximale500km/h
Autonomie12h
Distance franchissable4 500km
Motorisation4 x Turboprop WJ-6

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Bon Noel à tous 🙂

  • Bonjour,
    On attend l’autre inauguration avec au moins un décollage depuis la mer et un atterrissage sur la mer. Un mix de décollages et atterrissages en utilisant la mer et les pistes conventionnels aurait été parfait… Il faut encore de la patience.

LEAVE A COMMENT