Le J-20 teste la poussée vectorielle ?

Après avoir lancé des essais en vol d’un prototype doté de deux moteurs locaux WS-10, le programme du chasseur chinois J-20 aurait franchi une nouvelle étape dans son développement en démarrant les tests de poussée vectorielle.

L’information a été révélée par un spotteur infographiste basé à Chengdu, où le dernier fer de lance de l’armée de l’air chinoise est conçu et fabriqué. Dans un premier billet publié le 31 Mars sur son compte Weibo (l’équivalent de Twitter en Chine), le passionné qui a longtemps suivi les essais en vol de J-20 près de l’aérodrome de Huangtianba (黄田坝) a posté un dessin sur lequel on peut voir un J-20 avec plusieurs marqueurs de calibration sur le flac, et un tube de Pitot sur la pointe avant, qu’il ironise et l’appelle « version BMW » (le logo de BMW se ressemble à un marqueur utilisé dans les crash tests) mais sans donner plus d’explication.

J-20

Image : 飞舞的摩羯

Depuis, les spéculations vont bon train, certains parlent d’une nouvelle variante embarquée pendant que d’autres avancent l’hypothèse d’une version « raccourcie » de l’avion.

Si aucune de ces interprétations ne semble correspondre à la réalité, du moins à l’heure actuelle, on sait tout au moins que l’appareil est un prototype étant donné la présence du tube de Pitot à l’avant et des marqueurs de calibration sur le fuselage, comme ce que l’on pouvait observer sur les premiers prototypes de J-20 et aussi d’autres avions-prototypes chinois.

Ce n’est qu’après une semaine que l’intéressé finit par divulguer la « face cachée » de ce J-20 un peu particulier. Sur un autre dessin que le spotteur a posté le 6 Avril, toujours sur son compte Weibo, le même J-20 est présenté de biais face à un J-10B, montrant la partie arrière de l’appareil avec deux moteurs bien distincts.

On lit alors que le J-10B « parle » au J-20 en disant que « Grand frère, j’ai testé le nouvel arrière-train pour toi ». Cette métaphore vient en réalité du fait que le J-10B aurait été utilisé récemment pour tester une nouvelle tuyère vectorielle tri-dimensionnelle, un dispositif pour accroître la manœuvrabilité de l’avion au détriment, souvent, de la poussée générale à cause d’une masse structurale plus importante.

 

Cette information selon laquelle le J-20 teste actuellement une tuyère vectorielle est aussi confirmée par au moins deux autres sources locales, et concorde avec les données trouvées dans les documents de recherche rendus publiques.

Si on associe ces éléments ensemble, on pourra alors amener à penser que le constructeur chinois serait en train de tester non seulement une nouvelle motorisation « Made in China » sur le J-20, mais aussi un moyen pour améliorer encore plus la manœuvrabilité subsonique de son dernier avion de chasse, sachant que selon les témoignages de pilotes et de l’ingénieur en chef de l’avion, l’avion « excelle » déjà dans le domaine trans- et supersonique et que sa performance en combat aérien BVR and WVR semble être satisfaisant à l’état actuel des choses.

Bien entendu, cette logique de raisonnement se base sur l’hypothèse que la nouvelle tuyère dentelée vue sur le J-10B soit effectivement une tuyère vectorielle, et non une simple tuyère à faible observabilité. Mais s’il s’agit simplement d’un J-20 qui est en train d’évaluer une nouvelle tuyère furtive sans TVC, pourquoi ne pas le faire sur le prototype qui est déjà équipé de deux moteurs chinois ?

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT