le destroyer USS Dewey intercepté par 2 frégates chinoises

Le destroyer américain USS Dewey (DDG-105) de classe Arleigh Burke est passé mercredi près du récif de Mischief, un îlot contrôlé et fortifié par l’armée chinoise dans l’archipel des Spratleys, en mer de Chine méridionale.

Le navire militaire de l’US Navy a navigué à moins de 12 milles nautiques dans une opération destinée à démontrer la « Liberté de navigation » (FON, Freedom of Navigation) dans ces eux contestées, indique un officiel américain sous couvert de l’anonymat.

Il s’agit de la première opération de ce type depuis l’investiture de Donald TRUMP en tant que 45e président des Etats Unis. En 2016, les navires de l’US Navy ont mené 3 opérations FON en mer de Chine méridionale, près des îlots chinois.

USS Dewey

Le destroyer USS Dewey en mer de Chine méridionale.

L’USS Dewey est déployé en Asie Pacifique depuis fin Mars pour renforcer les capacités de la 3ème flotte américaine. Le navire forme actuellement un SAG (Surface Action Group) avec un autre destroyer de la même classe, l’USS Sterett, et a conduit une série d’entraînements près de la côte de Guam début Mai avec le 78ème escadron hélioporté d’attaque maritime pour l’obtention de deux qualifications – Enlisted Aviation Warfare Specialist (EAWS) et Enlisted Surface Warfare Specialist (ESWS).

Le passage de l’USS Dewey à l’intérieur des 12 milles nautiques d’un îlot chinois est très symbolique car cette distance représente la largeur maximale qu’un Etat peut fixer, à partir de lignes de base établies conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS), comme mer territoriale.

Il s’agirait donc d’une posture et aussi d’un nouveau message envoyé à destination de Pékin pour rappeler la position des Etats Unis, alors que ces derniers font parties de l’un des rares pays au monde à ne pas avoir ratifié la convention UNCLOS.

Occupé et contrôlé par la Chine, et revendiqué par Taïwan, les Philippines et le Vietnam, le récif de Mischief (9°54′N 115°32′E) mesure désormais 5,52 km² après les travaux de remblaiement menés par la Chine depuis début 2015.

Il s’agit du plus grand îlot de l’archipel des Spratleys et dispose, entre autres, une piste de 3 000 mètres, capable de faire poser un avion de ligne de type Boeing 737 ou Airbus 320 (voir noter dossier « 2 avions moyen-courriers se posent sur les récifs disputés »). C’est également l’une des trois plus importantes bases fortifiées chinoises dans la région, avec le récif Fiery Cross et le récif Subi.

Interrogé sur cette « intrusion » de l’USS Dewey, le Colonel REN Guoqiang, porte-paroles du ministère chinois de la Défense, indique que deux frégates de la marine chinoise, le 573 Liuzhou de Type 054A et le 592 Luzhou de Type 056, qui étaient présents sur place, ont identifié le destroyer américain et lancé des avertissements.

A part le rappel standard sur la position de la Chine, REN indique que grâce à l’effort mutuel des pays ASEAN et de la Chine, la situation globale en mer de Chine méridionale est en train de s’améliorer, et les gesticulations militaires de l’armée américaine ne vont pas contribuer à la stabilité et la paix dans la région.

Nous assistons donc à un énième scène qui se répète depuis au moins deux ans – les Américains continuent à protester à leur manière et le font savoir « anonymement », et pendant ce temps les Chinois continuent à construire et compléter leurs installations dans la région, et négocient séparément avec chacun des pays ASEAN pour que leurs positions soient favorables à la Chine.

L’investiture de TRUMP ne semble pas avoir changé la donne, pour le moment, sur cette partie du monde.

A suivre.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT