Le 2e prototype C919 réussit son vol inaugural à Shanghai

Cette fois-ci au moins, l’avionneur chinois Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC) a tenu sa promesse et a envoyé, ce matin à Shanghai, le deuxième prototype de son programme moyen courrier C919 dans les airs.

Le jeune constructeur aéronautique chinois fondé en Mai 2008 avait annoncé sur le compte Twitter de sa filiale nord américain que l’appareil, immatriculé 10102 ou B-001C, devrait réaliser son premier vol avant d’ici avant la fin d’année 2017, soit sept mois après son aîné.

Selon le site d’internet de COMAC, le deuxième C919 s’est décollé de l’aéroport international de Shanghai-Pudong vers 10h34 heure locale sous le commandement du pilote d’essai WU Xin (吴鑫), lui-même assisté par le co-pilote XU Yuan Zheng (徐远征), l’observateur Zou Li Xue (邹礼学) et deux ingénieurs d’essai, DAI Wei (戴维) et LIU Li Zu (刘立苏).

Durant les deux heures d’essais en vol, l’équipage a pu vérifier 29 points de contrôle, portés sur le bon fonctionnement de différents systèmes embarqués de l’avion et la performance des volets, du train d’atterrissage, des systèmes de navigation et de communication, ainsi que des moteurs en accélération et en décélération.

Les principaux dirigeants de COMAC et les responsables de certifications de l’Administration de l’aviation civile de Chine (CAAC) se sont tous déplacés pour assister au vol depuis la salle de contrôle au sol à Shanghai.

Le programme C919 prévoit de construire au total six prototypes pour les essais en vol et deux autres pour les essais au sol, comme les tests statiques et de fatigue. COMAC va s’associer dans les années à venir avec le géant chinois en aéronautique, le groupe AVIC, pour assurer l’obtention de différentes certifications en Chine comme ailleurs, indispensables pour la vente et l’exploitation commerciale de l’avion.

En plus de l’aérodrome de Yanliang, où se trouve l’organisation nationale China Flight Test Establishment (CFTE), l’aéroport Dongying Shengli (东营胜利机场, code IATA : DOY) dans la province de Shandong a également entamé des travaux d’agrandissement et sera servi comme la deuxième base principale pour les vols d’essai de C919.

Après l’abandon du premier programme d’avion de ligne civil Y-10 en 1983, le C919 d’une capacité de 168 sièges en version standard et lancé en Septembre 2008 porte de nouveau le rêve aéronautique chinois, et devient ainsi non seulement un projet industriel d’envergure, qui a pour l’objectif de tirer le niveau technologique de l’ensemble des acteurs nationaux participants au programme, mais aussi l’un des symboles phares du modèle politico-économiques du pays, après le gigantesque programme des trains de grande vitesse qui a fait de la Chine le pays ayant le plus grand réseau ferroviaire TGV au monde en moins de 20 ans, et aussi un pays exportateur de technologies associés désormais.

Soutenu financièrement par les fonds publiques en partie et stratégiquement par des politiques avantageuses, le programme C919 a engendré rapidement un carnet de commandes de lancement assez confortable avec au total 785 appareils auprès de 27 clients, essentiellement sino-chinois. C’est la compagnie aérienne chinois China Eastern Airlines qui devrait, si tout va bien, recevoir le premier C919 d’ici 2021.

Depuis le 5 Mai 2017 où le premier C919 a réalisé son vol inaugural, l’appareil 10101 a totalisé « seulement » 16 vols d’essai, dont 9 en Novembre. Le programme n’est donc encore qu’à son début et aura de long chemin devant lui avant de pouvoir entamer une vraie carrière commerciale…

C919

Le nombre des essais en vol du programme C919 par prototype (Image : East Pendulum)

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT