Le 2e porte-avions chinois achève sa première sortie à la mer

Guidé par plusieurs remorqueurs portuaires, le 2e porte-avions chinois est revenu ce vendredi midi au port de Dalian, où il était en agencement depuis le 26 Avril 2017, après une première sortie à la mer qui a duré cinq jours.

Si l’on croit à la notification maritime LN-0103 de l’Administration de la sécurité maritime de Liaoning, le porte-avions, connu sous la référence Type 002, semble avoir procédé à ses essais dans une zone grande de 3 666 km², située à environ 100 km de Dalian entre la baie de Bohai et la mer Jaune.

Le communiqué officiel du Ministère chinois de la Défense est resté particulièrement discret quant aux détails de l’événement – juste une simple phrase indiquant que le nouveau porte-avions est bien rentré après ses premiers essais – mais celui de la chaîne de télévision militaire « 1er Août » de l’armée chinoise a précisé que « plusieurs équipements ont pu être testés davantage », et que « les essais ont atteint leurs objectifs prévus » (多项设备得到了进一步测试,达到了预期目的。).

Officiellement, les sujets précis de ces essais n’ont pas été révélés, mais la précédente communication institutionnelle avait indiqué que cette première sortie « sera consacrée essentiellement à évaluer la fiabilité et la stabilité de son système de propulsion » (主要检测验证动力系统等设备的可靠性和稳定性。).

Si tel est effectivement le cas, et de toute logique cela ne peut que l’être, alors parmi les 230 sujets faisant partie de la norme militaire nationale GJB 6850-2017 « Procédures d’essai des navires de surface en amarrage et en navigation », que tous les nouveaux bâtiments de surface militaires chinois sont obligés de respecter avant leur admission au service actif, une trentaine pourrait avoir été précédée, notamment ceux entre Chapitre 33 et 78, comme les essais des chaudières principales (33), des turbines à vapeur (35), des transmissions (39), des lignes d’arbre (41), ainsi que tous les systèmes d’alimentation et de contrôle autour de ceux-ci, jusqu’aux différents équipements électriques principaux et auxiliaires.

Les tests mentionnés entre les chapitres 3 et 8, concernant essentiellement à la navigation, comme les essais de vitesse et d’accélération (3), d’inertie (4), de virage (5), de navigation en Z (6) et de stabilité de navigation (7), pourraient aussi être inclus dans les essais de cette sortie, mais la probabilité que tout soit déjà mené et terminé est faible, même si d’après les photos diffusées on pense que les essais de vitesse ont au moins eu lieu.

Il est à noter que certains commentateurs avaient indiqué que des « Touch & Go » voir des pontées pourraient avoir été effectués, ce qui est techniquement impossible puisque l’ensemble des systèmes de soutien aérien n’a pas encore été installé. Les photos diffusées par le Ministère chinois montrent clairement qu’aucun brin d’arrêt, par exemple, n’est présent.

C’est tout aussi improbable que certains affirmations selon lesquelles le nouveau porte-avions chinois va embarquer « plus d’appareils ». Mais nos sources indiquent clairement que les deux porte-avions se dotent du même nombre d’avions et d’hélicoptères, c’est à dire 24 chasseurs J-15, et 12 hélicoptères en tout genre.

En s’appuyant sur les statistiques des anciennes campagnes d’essais du porte-avions Liaoning, le premier pour la marine chinoise, le nouveau porte-avions chinois dont le nom reste inconnu aujourd’hui pourrait passer les 12 aux 15 prochains mois en essais à quai et à la mer.

Le Liaoning a procédé 10 sorties entre Août 2011 et Août 2012, pour un total de 112 jours en mer, avant d’être admis au service actif par la marine chinoise le 25 Septembre 2012. Le deuxième porte-avions chinois qui peut être vu comme une version améliorée mais de taille quasi-identique que le Liaoning ne devrait donc pas mettre plus de temps pour finaliser ses essais.

Notre prévision quant à sa date de livraison à la marine chinoise reste donc inchangée, ce nouveau porte-avions chinois devrait rejoindre les siens avant Septembre 2019.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT