Le 2ᵉ porte-avions chinois entame sa 2ᵉ sortie à la mer

Le 2ᵉ porte-avions chinois, un STOBAR semblable au 16 Liaoning mais en version améliorée, a entamé dimanche dernier une nouvelle sortie à la mer hier au nord de la Chine.

Très tôt dans la matinée, le bâtiment de 60 000 tonnes, escorté par plusieurs remorqueurs de port, a quitté le quai Xiang Lu Jiao (香炉礁) du chantier naval de Dalian avant de prendre le large, seul, vers une zone désormais interdite d’accès située à moins 100 km sud-est de la ville portuaire chinoise.

Selon la notification LN-0169 (辽航警0169) publiée la semaine dernière par l’Administration de la sécurité maritime chinoise, une zone faisant 3 274 km² est fermée à toute navigation du 25 Août 18h00 au 7 Septembre 08h00 heure locale en raison de « mission militaire ».

Cette zone est pratiquement identique à celle utilisée par le même porte-avions lors de sa première campagne de tests entre le 13 et le 18 Mai cette année. Tout porte donc à croire que le 2ᵉ essai à la mer du nouveau porte-avions chinois aura lieu ici et va durer environ douze jours, soit deux fois plus long que le premier. On retrouve donc exactement le même schéma que le porte-avions 16 Liaoning lorsque celui-ci avait commencé ses essais en mer.

辽航警0169
黄海北部,8月25日1800时至9月7日0800时,在
1. 38°51′00″N 122°15′00″E
2. 38°51′00″N 122°44′00″E
3. 38°09′00″N 122°44′00″E
4. 38°09′00″N 122°15′00″E
诸点连线范围内执行军事任务。禁止驶入。

Mis à l’eau le 26 Avril 2017 après trois ans et demi de construction, le bâtiment de 60 000 tonnes a été remis sur cale sèche durant 44 jours après sa première sortie en mer. Bien que la raison exacte de cette opération reste inconnue aujourd’hiu, mais rien n’indique qu’une quelconque anomalie a eu lieu et l’agencement du navire semble avancer comme prévu.

Le 2ᵉ porte-avions chinois devrait maintenant continuer à suivre le processus de tests décrit par la norme militaire chinois GJB-6850, qui définit les sujets à évaluer pour tous les bâtiments de surface de la marine chinoise. La norme comprend au moins 230 chapitres, allant des tests de navigation aux essais de différents systèmes embarqués, en passant par la mesure de champs infrarouges du navire.

A noter que quelques jours avant le départ, les photos prises par les spotteurs chinois montrent que des maquettes grandeur nature ont été chargées sur le pont d’envol. On voit par exemple la maquette de l’avion de combat embarqué J-15 et celles d’hélicoptère comme le Z-8 et le Z-9. Il y a donc fort à parier que l’équipage pourrait aussi mener des tests liés au soutien technique aéronautique lors de cette sortie.

Si rien ne change, la marine chinoise devrait recevoir son 2ᵉ porte-avions d’ici 2019, et viser le passage de la qualification opérationnelle avant 2022. Le 16 Liaoning avait démarré les campagnes d’essai à la mer en Août 2011, et admis au service actif 13 mois plus tard, en fin Septembre 2012.

Henri K.

Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT