L’armée de l’air chinoise pénètre pour la 1ère fois en mer du Japon

Si la marine chinoise avait déjà eu plusieurs expériences à entrer et à œuvrer en mer du Japon, ce n’était pas le cas pour leurs collègues de l’Armée de l’air, en tout cas pas jusqu’à hier. Cette dernière s’est contentée, depuis maintenant trois ans qu’elle a démarré ses « manœuvres de haute mer » selon les termes officiels, d’envoyer ses appareils en tout genre à franchir la première chaîne d’îles, en survolant soit le détroit de Miyako qui se trouve entre le Japon et le Taïwan, ou le détroit de Bashi au sud, situé entre le Taïwan et les Philippines. Ce sont deux principales « sorties » géographiquement parlant pour la Chine si elle veut aller vers l’Est dans l’océan Pacifique.

Il existe bien entendu d’autres chemins possibles, comme traverser les îles de Philippines par le sud via la mer de Chine méridionale, ou par le nord en passant successivement le détroit de Tsushima entre la Corée du Sud et le Japon, puis la mer du Japon et traverser enfin l’archipel japonais pour regagner le nord du Pacifique.

Or les manœuvres menées hier par les cinq appareils chinois en mer du Japon n’ont pas pour vocation de la traverser, mais d’y mener des opérations dont la nature n’a pas été communiquée explicitement. Le porte-paroles de la PLAAF indique simplement qu’il s’agissait d’un « entraînement » faisant partie des programmes annuels, et que l’opération, menée à son terme malgré qu’elle soit « perturbée par des appareils étrangers », ne vise aucun pays ni contexte géopolitique en particulier.

Selon un rapport officiel publié par le ministère japonais de la Défense, deux bombardiers H-6K, deux chasseurs Su-30MKK et un avion SIGINT Tu-154M/D ont survolé le détroit de Tsushima ce lundi 18 Décembre et sont ensuite entrés dans la mer du Japon.

Les deux chasseurs chinois ont fait demi-tour une fois avoir escorté les trois autres appareils à passer le détroit, probablement pour une question d’autonomie, sachant qu’aucun ravitailleur chinois n’a été envoyé pour accompagner le voyage et l’endroit de la séparation se trouve à plus de 1 000 km des côtes chinois les plus proches.

Le même rapport indique également que des avions de chasse japonais ont été envoyé pour intercepter leurs confrères chinois, et Yonhap, la plus grande agence de presse sud coréenne, précise en citant des informations du comité des chefs d’état-major interarmées que les appareils chinois sont entré dans la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) de la Corée du Sud vers 10h02 du matin heure locale, et que des chasseurs F-15K et KF-16 de la ROKAF ont été dépêchés sur place pour surveiller la traversée.

Mais le Japon et la Corée du Sud ne sont les seuls pays concernés par cette sortie « inédite » de la Force aérienne chinoise, puisqu’un autre avion brouilleur électronique longue portée Y-8G de la PLAAF a aussi fait un tour complet de l’île de Taïwan dans la même matinée. L’armée taïwanaise a réagi en envoyant des avions de chasse et des navires pour suivre l’appareil chinois tout au long de son trajet, d’après un communiqué du ministère taïwanais de la Défense.

Il faudrait donc associer les deux événements, qui semblent avoir eu lieu au même moment, comme une seule opération coordonnée menée par l’armée de l’air chinoise et ce sur deux directions simultanément.

Mer du Japon

Les ADIZ de quatre pays voisins en Asie de l’Est et les deux directions de l’opération chinoise du 18 Décembre (Image : East Pendulum)

A noter que si notre compte est exact, il s’agit de la 20e manœuvre aérienne d’envergure que l’armée chinoise a mené sur la première chaîne d’îles en 2017. On constate donc une augmentation constante des opérations chinoises depuis maintenant trois ans, à la fois en nombre et en intensité, sur cette ligne considérée comme une chaîne de confinement vis-à-vis de la Chine.

DateCorpsPassageBombardierAWACSRavitailleurSIGINT
ECM
Chasseur
2017-01-09PLANAFTsushima6 x H-6G1 x Y-8J1 x Y-9JB
2017-03-02PLANAFMiyako6 x H-6G1 x Y-8J6 x Su-30MKK
2017-07-13PLAAFMiyako
Bashi
6 x H-6K
2017-07-20PLAAFMiyako
Bashi
8 x H-6K1 x Y-8CB
1 x Y-8G
2017-07-22PLAAFBashi? x H-6K? x IL-78? x Tu-154M/D
? x Y-8CB
? x Su-30MKK
2017-07-24PLAAFMiyako
Bashi
4 x H-6K
2017-08-09PLAAFMiyako
Bashi
1 x Y-8G
2017-08-12PLAAFMiyako
Bashi
1 x H-6K1 x Y-8G
2017-08-13PLAAFMiyako
Bashi
2 x Y-8G2 x Su-30MKK
2017-08-14PLAAFMiyako
Bashi
2 x Y-8G
2017-08-24PLAAFMiyako6 x H-6K
2017-11-18PLAAFMiyako1 x Tu-154M/D
2017-11-19PLAAFMiyako4 x H-6K1 x Tu-154M/D
1 x Y-8G
2017-11-20PLAAFMiyako
Bashi
8 x H-6K1 x Y-8CB
1 x Y-8G
2017-11-23PLAAFMiyako4 x H-6K1 x Y-8CB
2017-12-07PLANAFMiyako
Bashi
4 x H-6G1 x Y-8J
2017-12-09PLAAFMiyako4 x H-6K1 x Y-8G? x Su-30MKK
2017-12-11PLAAFMiyako
Bashi
2 x H-6K1 x Tu-154M/D
1 x Y-8G
2 x Su-30MKK
2017-12-17PLAAFMiyako
Bashi
1 x Y-8CB
2 x Y-8G
2017-12-18PLAAFTsushima2 x H-6K1 x Tu-154M/D2 x Su-30MKK
2017-12-18PLAAF1-Bashi
2-Miyako
1 x Y-8G

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdu dans ses pensées, ce responsable technique en aéronautique essaie pourtant de partager avec vous chaque jour les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

LEAVE A COMMENT