l’Arabie Saoudite achète 300 drones chinois Wing Loong II ?

On sait que le nouveau drone armé chinois Wing Loong II s’est déjà trouvé un acquéreur étranger avant même son vol inaugural, qui a eu lieu le 27 Février cette année. On sait également que ce nouveau client de Wing Loong II n’est personne d’autres que l’Arabie Saoudite, qui s’est déjà procuré la version antérieure, le Wing Loong I, depuis 2014, dont la plupart a déjà effetué des missions de reconnaissance et de frappe au Yémen. On sait aussi et surtout que le groupe avioneur chinois AVIC parle du plus gros contrat de drones jamais signé en Chine.

Mais ce qu’on ne sait pas, c’est le montant du contrat et son contenu.

La rumeur circulent depuis quelques mois sur le chiffre de 300 drones chinois achetés par l’armée saoudienne. Il y a quelques jours la « maudite » somme d’un milliard de billet vert pour ce contrat a aussi fait surface. En supposant que ces rumeurs sont toutes fondées, on pourra alors se poser la question pour savoir si le chiffre de 300 drones concerne intégralement le Wing Loong II.

En divisant bêtement et simplement un milliard de dollar US par 300, chaque drone en question ne coûte que 3 millions de dollar, équipements au sol et services inclus, sachant qu’un Wing Loong I coûte déjà plus d’un million de dollar.

Pour un drone tel que le Wing Loong II, ce prix même « d’ami » parait anomalement bas, même pour du « Made in China ». Car pour un autre drone du même gabarit, avec une MTOW dépassant les 4 000 kg (4 200 pour le Wing Loong II et 4 540 pour le MQ-9 américain), son prix flyaway (support exclus) s’élève à un peu plus de 22 millions de dollar pour les 361 drones acquis par l’armée américaine entre 2002 et 2039, selon le Selected Acquisition Report (SAR) de la Pentagone en 2016.

Et justement par rapport à la quantité commandée, 300 drones dans la catégorie de Wing Loong II / Reaper pour l’armée saoudienne semblent être surdimensionnés par rapport à leurs besoins réels, bien que nous ne disposons pas de modèle précise pour quantifier ceux-ci.

L’hypothèse que nous retenons aujourd’hui est que le contrat signé entre l’Arabie Saoudite et la Chine comprend non pas un mais deux types de drones, en plus des installations au sol, les munitions et les services standards.

En partant toujours sur la quantité de 300 appareils et sur un prix flyaway de 3 millions USD pour un Wing Loong I, et 8 millions pour un Wing Loong II, nous obtenons les chiffres de 233 drones de la version I et 67 pour la version II.

Cette répartition de 1 : 3 pour les deux versions de Wing Loong nous paraît beaucoup plus probable dans le cas d’une montée en puissance progressive et maîtrisée de l’armée de l’air saoudienne, en matière de drone armé. Bien entendu, cette hypothèse ne tient pas compte d’une éventuelle production locale des drones, sachant que le Royaume a déjà contracté auprès d’un autre groupe chinois, le CASC, pour l’implémentation des chaînes d’assemblage et la vente de drones CaiHong au marché local.

Nous y reviendrons prochainement sur la capacité de production du groupe AVIC, en particulier Chengdu (CAC) et Guizhou (GAIC), pour honorer ce contrat de 300 drones sur la durée.

Mais en attendant, la « prolifération » des drones chinois en Moyen Orient ainsi que le rapprochement entre l’Arabie Saoudite et la Chine dans le domaine militaire sont déjà deux sujets très intéressants à suivre.

Henri K.

 

Annexe :

Le Wing Loong II mesure 11 mètres de long, 4,1 mètres de haut et 20,5 mètres d’envergure. Il est capable de voler jusqu’à 9 000 mètres d’altitude à une vitesse de 370 km/h.

Grâce à une taille plus conséquente et un nouveau turbopropulseur d’origine chinoise, le Wing Loong II peut transporter 480 kg d’armements sur ses 6 points d’emport, soit 12 munitions Air-Sol au total, pour des missions d’identification et de frappe. Pour les missions de type reconnaissance, il peut compter sur une suite optronique complète dotée de voie TV, IR et laser, ainsi qu’un radar à synthèse d’ouverture (SAR). L’autonomie de vol est de 20 heures environ selon son constructeur.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • Bon week-end. Je pense qu’il y a une erreur de date à la fin de la phrase suivante :

    ….. s’élève à un peu plus de 22 millions de dollar(s) pour les 361 drones acquis par l’armée américaine entre 2002 et « 2039 »,

LEAVE A COMMENT