Lancement du satellite météorologique FY-3D et de HEAD-1

Plus d’un an après la défaillance de son lanceur CZ-4C qui a causé par la perte totale du satellite militaire radar GF-10, Shanghai Academy of Spaceflight Technology (SAST) a réussi à placer, hier tôt dans la matinée, le nouveau satellite météorologique chinois FY-3D (风云三号04星) en orbite héliosynchrone avec le même lanceur.

Ce 12e lancement spatial chinois de l’année a eu lieu au centre spatial de Taiyuan (TSLC), il a aussi embarqué avec lui un nano satellite maritime HEAD-1 (和德一号) de la société China Head Aerospace Technology Co.

 

Le lancement

Spécialisée dans les lancements en orbite héliosynchrone (SSO) comme sa jumelle CZ-4B, la fusée CZ-4C est conçue à Shanghai par l’Institut SAST, une filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC. Mise en service en 2006, le CZ-4C a une capacité d’emport initiale de 2 944kg pour une orbite à 700 km d’altitude, ou 2 791kg jusqu’à 800 km.

Le lanceur a connu un seul échec en 21 lancements, lors de son 20e vol en Septembre l’an dernier pour mettre en orbite un satellite militaire chinois. Après une série d’investigations, SAST a décidé d’apporter plusieurs modifications à la fusée portante le numéro de série Y21 et utilisée pour le lancement du satellite FY-3D, comme un nouveau moteur YF-40C re-allumable deux fois pour le 3e étage, une plus grande bande passante du système de contrôle, l’ajout de deux caméras de surveillance embarquées et un nouveau système de contrôle pour pouvoir continuer à surveiller le 3e étage une fois les satellites séparés.

Pour des raisons qu’on ignore encore, ce tir a déjà été reporté d’au moins deux fois. Initialement il était question d’effectuer le lancement en 2015, puis repoussé au Novembre 2016. Le satellite FY-3D et la fusée ont finalement réussi leur certification de sortie d’usine à Shanghai le 21 Juin 2017, et sont partis tous les deux au site de lancement début Juillet.

C’est donc avec deux ans de retard que le CZ-4C Y21 s’est décollé enfin du centre spatial TSLC ce mercredi 15 Novembre très tôt dans la matinée, à précisément 02:35:54.570 heure de Pékin.

Satellite

Un seul message aux navigants aériens (NOTAM) a été publié pour signaler la présence d’une zone de retombée, qui devrait correspondre à celle pour la rentrée du 2e étage.

A3404/17
Q) ZXXX/QRTCA/IV/BO/W/000/999/3010N10920E032
A) ZHWH ZPKM B) 1711141828 C) 1711141853
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED
BY:N294034E1093231-N294717E1085606-N304016E1090853-N303329E1094536B
ACK TO START. VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

Satellite

Il est à noter que la Chine a également déployé l’un de ses navires de suivi et de contrôle spatial – Yuan Wang 6 (YW-6) – en océan Indien pour assurer le rôle du relais de contrôle durant la mission de mise en orbite.

 

Le satellite météorologique FY-3D et le satellite AIS HEAD-1

Satellite

Le satellite météorologique FY-3D

Tout comme le lanceur CZ-4C, le satellite météorologique FY-3D est aussi conçu à Shanghai chez SAST. Ce 4e satellite de la famille FY-3 vient remplacer son aîné FY-3B, mis en orbite en Novembre 2010 avec une durée de vie théorique de cinq ans.

Une fois les tests en orbite terminés, le FY-3D sera mis en réseau avec le FY-3C, lancé en Septembre 2013, et assurera le service dit « l’orbite de l’après-midi ». Par rapport à ce dernier, le FY-3D a embarqué quatre charges utiles supplémentaires et inédits sur un satellite météorologique chinois, à savoir un détecteur d’infrarouge hyper-spectral, un imageur grand angle pour l’observation des aurores boréales, un photomètre ionosphérique et un sondeur hyper-spectral de gaz à effet de serre.

SAST a également amélioré deux autres instruments à bord, le MERSI (Medium Resolution Spectral Imager) et le DCDS (Data Collection and Distribution System).

Satellite

Le satellite HEAD-1

Selon les dernières données diffusées par NORAD, le satellite de 2 250 kg est entré sur une orbite de 792 km × 812 km × 98,653° avec une périodicité de 100,90 minutes. Il rejoint donc une famille de huit satellites météorologiques chinois actuellement en orbite (mais seuls six sont actifs), qui sera agrandie entre 2018 et 2021 avec l’arrivée de quatre autres satellites FY-3, à savoir deux satellites pour la couverture du matin et de l’après-midi, un sur orbite crépusculaire et un pour la pluviométrie à basse inclinaison.

Cela permettra d’améliorer la précision des prévisions météorologiques chinoises de 3%, et fera passer la période de mise à jour de 6 heures à 4 heures.

Quant au deuxième passager profitant du même vol que le FY-3D, il s’agit d’un micro satellite maritime de 45 kg appelé HEAD-1 qui appartient à la société chinoise China Head Aerospace Technology Co. Après la séparation avec le lanceur CZ-4C il a été injecté sur une orbite de  790 km × 809 km × 98,657°.

Conçu par Shanghai Satellite Engineering Institute, une filiale de SAST, HEAD-1 est le premier satellite AIS (Automatic Identification System) maritime commercial en Chine et capable de recevoir deux millions de message en 24 heures et identifier près de 60 000 navires. La puissance à bord est de 82 W et sa durée de vie estimée à deux voir trois ans.

Le segment sol du satellite se localise à Shanghai mais les données sont envoyés à Pékin, au siège de China Head Aerospace Technology, pour l’analyse.

 

Statistiques

Ce lancement du satellite FY-3D et de HEAD-1 est le 12ᵉ lancement spatial chinois en 2017, le 21ᵉ pour le lanceur CZ-4C, et le 254ᵉ de la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 243 succès et 11 échecs, soit un taux de réussite de 95,67%.

Voici le tableau de suivi de tous les lancements spatiaux chinois effectués depuis le premier en 1970, incluant ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Satellite

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois – Date : 2017-11-15

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT