Lancement du satellite de communication TXJSSY-2

Après avoir réalisé le dernier lancement spatial du monde en 2016, la Chine continue le rallye et ouvre le bal en cette nouvelle année 2017, en mettant en orbite de transfert géostationnaire un mystérieux satellite de communication expérimental – le TXJSSY-2 – à l’aide d’une fusée CZ-3B, qui a décollé du centre de lancement spatial de Xichang (XSLC) le 5 Janvier vers 23h18 heure de Pékin.

Avec 22 tirs réalisés en 2016, la Chine a accédé, pour la première fois depuis 1970 et ensemble avec les Etats Unis, en haut du podium du nombre de lancements spatiaux, tout en battant son propre record national.

En 2017, les industriels chinois ont prévu près de 30 tirs, dont certains ont une importance capitale pour le pays. On peut citer par exemple le vol inaugural du lanceur à réaction rapide KZ-1A le 9 Janvier, le lancement du premier vaisseau-cargo chinois TZ-1 en Avril, ou encore la mission robotique avec retour d’échantillons de la sonde lunaire CE-5 d’ici fin d’année.

Mais en attendant de voir si les Chinois tiennent leur promesse, revenons au lancement du satellite TXJSSY-2.

 

Le lancement

Conçu par la CALT (China Academy of Launch Vehicle Technology), filiale du groupe aérospatial chinois CASC, le CZ-3B est la variante la plus puissante de la famille de lanceurs CZ-3A qui sont dédiés aux lancements géostationnaires.

Cette fusée qui mesure plus de 57 mètres de haut et 459 tonnes au décollage est capable de placer 5 500 kg de charges utiles en orbite GTO. Avant l’arrivée du lanceur lourd CZ-5, qui vient d’effectuer tant bien que mal son vol inaugural il y a un mois (voir notre dossier « Dans les coulisses du vol inaugural de lanceur CZ-5« ), le CZ-3B était la fusée la plus puissante pour les lancements géostationnaires.

Le CZ-3B qui a placé le satellite TXJSSY-2 en orbite porte le numéro de série 38, et il s’agit du 38ème vol du lanceur. A part le premier tir du CZ-3B en Février 1996 qui fut un échec sanglant – le GNC de la fusée a dévié sa trajectoire par erreur et cette dernière s’est explosé en heurtant la montagne avec tout son ergol, qui a causé la mort de 6 personnes et devient l’incident le plus meurtrier de l’histoire de l’aérospatiale chinoise – les autres lancements ont tous réussi, sauf le lancement de Palapa-D mais le satellite est finalement parvenu à atteindre son orbite cible.

Le reportage télévisé du lancement :

Il est à noter que ce lancement avait été reporté au moins deux fois – la première date était prévue au 30 Décembre 2016, mais la défaillance de la fusée CZ-2D lors du lancement des satellites Superview-1, qui partage le même moteur YF-21C avec le CZ-3B, aurait obligé les ingénieurs à procéder à des nouvelles vérifications sur le lanceur. Les mauvaises conditions météo ont de nouveau fait reculer la date du lancement du 4 au 5 Janvier.

Deux messages aux navigants aériennes (NOTAM) ont été publié pour ce lancement qui signalent deux zones de retombée.

A0044/17
Q) ZPKM/QRTCA/IV/BO/W/000/999/2719N10808E026
A) ZPKM B) 1701051508 C) 1701051545
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED
BY:N272159E1083650-N273125E1074313-N271528E1073946-N270603E1083315
BACK TO START.VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

A0046/17
Q) ZXXX/QRTCA/IV/BO/W/000/999/2604N11413E016
A) ZGZU ZSHA B) 1701051510 C) 1701051556
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N260808E1142921-N261444E1140013-N255857E1135553-N255223E1142456
BACK TO START.VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

Satellite TXJSSY-2

Trajectoire du lancement de CZ-3B

 

Le mystérieux satellite de communication TXJSSY-2

Tout comme son grand frère TXJSSY-1 lancé en Septembre 2015, le satellite TXJSSY-2 est présenté comme un « satellite de communication expérimental« . Mais contrairement au premier qui est en « bande Ka« , lui est de « grande capacité« .

D’après un article publié peu après le lancement sur le site de l’armée chinoise, ce satellite sera utilisé dans la communication satellitaire et le transfert des données, et également pour expérimenter le transfert des données multi-bandes et en haut débit.

On sait également que le TXJSSY-2 est conçu par la filiale SAST du groupe aérospatial chinois CASC. La seule image du satellite que nous avons pour le moment vient d’une photo prise dans la salle de contrôle du centre XSLC, sur laquelle on aperçoit la silouette d’un satellite de forme hexagonale.

Ces deux informations laissent penser que la plateforme satellitaire utilisée par le TXJSSY-2 serait dérivé du SAST5000, qui pèse entre 4 000 et 6 500 kg selon les charges utiles embarquées. Mais ce point reste à confirmer, tout comme le vrai rôle du satellite.

Car si l’image est représentative, le satellite en question est dépourvu des paraboles qu’on peut trouver abondemment sur les satellites de communication habituels, et à la place on trouve la présence de deux long « tubes » blancs dont l’utilité demeure inconnue.

Il est à noter que le satellite aurait un autre nom appelé « Œil de feu 1 » (火眼一号), ce qui concorde avec l’hypothèse de certains observateurs qui pensent qu’il s’agirait d’un satellite d’alerte avancée pour détecter le départ des missiles balistiques.

Pour le moment deux objets ont été répertoriés par NORAD. L’objet 41911 qui devrait être le satellite a été mis sur une orbite de transfert à 222 km × 35 823 km × 27,49°. Un deuxième objet – l’étage supérieur du lanceur – se trouve quant à lui sur l’orbite 164 × 34 340 km × 27,46°.

2017-001A
1 41911U 17001A 17005.84512993 .00000055 00000-0 00000+0 0 9998
2 41911 27.4653 332.1274 7301187 179.8399 157.2155 2.28065954 07

2017-001B
1 41912U 17001B 17005.86777518 .00000378 -49084-6 00000+0 0 9997
2 41912 27.4553 332.1079 7231545 179.0257 184.4015 2.39020407 08

 

Statistique historique

Statistiquement, ce lancement du satellite de communication TXJSSY-2 est le 1er lancement spatial chinois en 2017, le 38ᵉ du lanceur CZ-3B, et le 245ᵉ pour la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 235 succès et 10 échecs, soit un taux de réussite de 95,92%.

Voici le nombre et le statut de lancements spatiaux chinois effectués depuis 1970, incluant aussi ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois – Date : 2017-01-06

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

Latest comments
  • Il me semble que l’autre nom du satellite 火眼 peut aussi se traduire en anglais par « fire cam », ce qui serait encore plus explicite…

LEAVE A COMMENT