Lancement réussi du satellite multi-spectral GF-6

La Chine a lancé avec succès, ce midi à 12h13 heure de Pékin, le nouveau satellite GF-6 pour son programme d’observation terrestre China High-Resolution Earth Observation System (CHEOS).

Ce premier lancement spatial du mois de Juin et le 16e de l’année a eu lieu au centre spatial de Jiuquan (JSLC). C’est la fusée CZ-2D qui s’est chargée de livrer le satellite GF-6 et un autre petit satellite expérimental en orbite héliosynchrone de 645 km.

Au moins deux autres lancements chinois sont encore attendus ce mois-ci, avec le satellite météorologique FY-2-09 dans trois jours au centre spatial de Xichang (XSLC), et deux satellites de navigation Beidou-3 toujours à Xichang.

 

Le lancement

Conçu par l’Institut SAST (Shanghai Academy of Spaceflight Technology), filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC, le CZ-2D est une fusée de 2 étages à ergols liquides dont le design est dérivé directement d’un autre lanceur chinois CZ-4A.

Cette fusée d’ancienne génération est principalement utilisée dans les lancements en orbite basse (LEO) et en orbite héliosynchrone (SSO), avec une capacité de 3 500 kg en LEO circulaire de 200 km x 28°, ou 1 300 kg en SSO à 645 km d’altitude.

Son premier vol remonte au mois d’Août 1992 pour le lancement d’un satellite espion chinois avec capsule de retour. Depuis sa mise en service, le CZ-2D a connu une seule anomalie en 40 tirs, survenu lors du lancement des deux satellites Superview-1 en Décembre 2016.

La défaillance technique a été rapidement corrigée et la fusée est repartie de plus belle en réalisant sa mission de come-back en Octobre 2017. Les modifications correctives semblent apporter ses fruits puisque 7 lancements ont eu lieu depuis et sans aucun incident.

Ce lancement du satellite GF-6 et d’un autre petit satellite porte le code de mission 01-92. « 01 » est le nom code du JSLC, car ce centre est appelé autrefois « Base 01 », ou « Base Dong Feng », et le chiffre 92 désigne le nombre de lancements civils effectués sur place depuis 1979 (bien qu’il y avait eu 12 autres lancements à ce centre entre 1970 et 1978), ce sans prendre en compte les nombreux tirs d’essai balistiques menés à ce site, car le JSLC est avant tout une base administrée directement par l’armée chinoise.

A noter qu’il s’agit du 5e lancement de CZ-2D depuis le début de l’année. La fusée utilisée porte le numéro de série 20 (Y-20), ce qui signifie qu’elle a été fabriquée il y a au moins 5 ans si ce n’est pas encore plus tôt.

Selon le communiqué du groupe CASC, maison mère du constructeur de la fusée SAST, un nouveau mode de guidage mixe a été appliqué au deuxième étage du CZ-2D pour la première fois dans ce lancement. L’équipe de tests du lanceur a aussi inauguré un nouveau processus d’intégration au centre spatial qui ne dure que de 15 jours, réduisant significativement la durée de la préparation et le nombre de personnels impliqués.

Un seul message aux navigants aériens (NOTAM) a été publié pour indiquer la présence de trois segments aériens interdis d’accès qui se trouvent sur le chemin du vol de la fusée lors de la fenêtre de tirs, entre 04h03 et 04h35 UTC. En revanche aucune zone de retombée n’a été signalée cette fois-ci.

A2003/18
Q) ZLHW/QARLC/IV/NBO/E/000/999/3423N09819E113
A) ZLHW B) 1806020403 C) 1806020435
E) FLW SEGMENT OF ATS RTE CLSD:
1. Y1: MEPEP – N3507.6E10005.6.
2. Y2: MEPEP – N3356.9E09829.3.
3. L888: LUVAR – MUMAN.

GF-6

En jaune les 3 segments aériens fermés pour le lancement du satellite GF-6 (Image : East Pendulum)

Les données de NORAD ont répertoriés pour le moment un seul objet dans l’espace issu de ce lancement, sur une orbite de 635 km × 647 km × 98,054°, avec une périodicité de 97,53 minutes, qui fait un peu moins de 15 tours par jour autour de la Terre.

2018-048A
1 43484U 18048A 18153.29652824 -.00000052 00000-0 00000+0 0 9997
2 43484 98.0540 228.3290 0008392 269.8393 133.0353 14.76341331 11

 

Le satellite multi-spectral GF-6

D’une certaine manière, le satellite GF-6 peut être considéré comme une version complémentaire et mise à jour du GF-1, dont le premier a été lancé en Avril 2013 suivi par trois autres satellites portant la même référence en fin Mars cette année.

Mais contrairement aux quatre GF-1 déjà en opération, le GF-6 dispose de caméras de concept différent. Les caméras co-axiales de haute résolution de GF-1 par exemple ont été remplacés par une seule caméra à trois miroirs asphériques hors axe (TMA, Three Mirror Anastigmat), avec une précision de 2 mètres en panchromatique ou de 8 mètres en multi-spectral (13 canaux), le tout sur une fauchée de 95 km. D’ici s’ajoute une autre caméra de grand champ à quatre miroirs asphériques hors axe (FMA, Four Mirror Anastigmatic), d’une fauchée allant jusqu’à 860 km, pour une résolution de 16 mètres. Le quantificateur des images visé serait de l’ordre de 12 bits.

Le satellite, selon le communiqué de l’Académie des Sciences qui est responsable du développement des caméras embarquées, sera utilisé notamment par le Ministère chinois de l’agriculture dans le suivi agricoles, par exemple.

Développé sur la base de la plateforme satellite CAST2000 de l’Institut CAST, également filiale du groupe CASC, la durée de vie théorique de GF-6 est de 8 ans, la plus longue parmi les satellites utilisant la même plateforme. La masse au décollage du satellite est donnée pour 1 064 kg.

Quant à l’autre passager du vol, le petit « Luo Jia 1 » (珞珈一号), ce satellite d’environ 10 kg est conçu par l’Université de Wuhan et servira à expérimenter essentiellement une nouvelle caméra de nuit à haute sensibilité d’une résolution de 100 mètres.

Il est également équipé des charges utiles permettant de tester le renforcement des signaux de navigation, afin de mener des expériences de navigation des satellites en basse orbite par les systèmes comme Beidou placés en orbite plus haute.

GF-6

La maquette du petit satellite Luo Jia 1

 

Statistique historique

Statistiquement, ce lancement de GF-6 est le 16ᵉ lancement spatial chinois en 2018, le 40ᵉ pour le lanceur CZ-2D, et le 276ᵉ pour la famille de lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 265 succès et 11 échecs, soit un taux de réussite de 96,01%.

Voici le nombre et le statut de lancements spatiaux chinois effectués depuis 1970, incluant aussi ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche, et le nombre de lancements par centre spatial chinois –

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT