Lancement du mystérieux satellite Yunhai-1-01

Le 12 Novembre 2016 à 07h14 heure locale, la fusée CZ-2D s’est décollé avec succès du centre de lancement spatial de Jiuquan (JSLC), transportant à son bord un très mystérieux satellite, Yunhai-1-01.

Les TLEs de NORAD confirment la mise en orbite SSO de deux objets à près de 800 kilomètres.

 

Le lancement

Conçu par la SAST (Shanghai Academy of Spaceflight Technology), filiale du groupe aérospatial chinois CASC, le CZ-2D est une fusée de 2 étages dont le design est dérivé directement d’un autre lanceur chinois CZ-4A qui est conçu par le même institut.

Cette fusée de l’ancienne génération est principalement utilisée dans les lancements en orbite basse (LEO) et en orbite héliosynchrones (SSO). La capacité est de 3 500 kg en LEO circulaire 200 km x 28°, ou 1 300 kg en SSO 645 km.

Son premier vol remonte au mois d’Août 1992, en plaçant en orbite un satellite espion avec capsule de retour. Depuis sa mise en service, le CZ-2D n’a jamais connu d’échec en 30 lancements.

La fusée lancée ce matin porte le numéro de série Y34, c’est à dire la 34ème CZ-2D produite par la SAST. Cela signifie que 4 autres lanceurs du même modèle ont été fabriqués mais pas encore utilisés.

L'écran central de la salle de contrôle au JSLC indique le succès du lancement avec le CZ-2D Y34

L’écran central de la salle de contrôle au JSLC indique le succès du lancement avec le CZ-2D Y34

3 messages aux navigants aériens (NOTAM) ont été publiés pour signaler deux zones de retombée, l’une pour le premier étage et le deuxième pour la coiffe. Les deux zones se trouvent à l’intérieur du territoire chinois.

A2941/16
Q) ZLHW/QRTCA/IV/BO/W/000/999/3511N09829E018
A) ZLHW B) 1611112306 C) 1611112329
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N345502E0983004-N345920E0981124-N352808E0982024-N352244E0984557
BACK TO START.VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

A2954/16
Q) ZLHW/QARLC/IV/NBO/E/000/999/
A) ZLHW B) 1611112304 C) 1611112330
E) THE FLW ATS RTE CLSD:
1. Y1:MEPEP-OMBON.
2. Y2:MEPEP-LUVAR.
3. L888:MUMAN-LUVAR.

A2954/16
Q) ZLHW/QARLC/IV/NBO/E/000/999/
A) ZLHW B) 1611112304 C) 1611112330
E) THE FLW ATS RTE CLSD:
1. Y1:MEPEP-OMBON.
2. Y2:MEPEP-LUVAR.
3. L888:MUMAN-LUVAR.

2 zones de retombée et 3 segments aériens sont interdits de survol

En jaune, les 2 zones de retombée et les 3 segments aériens sont interdits de survol.

A noter que c’est le 2ème lancement en moins de 48 heures dans ce centre de lancement spatial chinois. Le nouveau lanceur à ergol solide CZ-11 a effectué son deuxième vol ici en plaçant un satellite expérimental de pulsar et plusieurs nano-satellites chinois en orbite le 10 Novembre.

 

Le mystérieux satellite Yunhai-1-01

L’unique passager de ce vol de CZ-2D est le satellite Yunhai-1-01, qui est conçu par le même institut que la fusée.

Le communiqué officiel publié par la SAST ce matin n’a donné aucun détail technique sur le satellite et a mentionné brièvement ses fonctions – « la détection des facteurs environnementaux atmosphériques et océaniques », « l’exploration de l’environnement spatiale », « la prévention des catastrophes » et « les expériences scientifiques ».

A part la première fonction citée, les autres sont des refrains standards qu’on peut lire dans les communiqués pour les satellites militaires chinois, car « officiellement » la Chine n’a aucun satellite militaire…

Malgré cela on peut tout de même trouver quelques indications à partir des vidéos diffusées par CCTV.

On voit que le satellite est plutôt de petite taille, de part la capacité de CZ-2D et la dimension de son conteneur de transport aérien. Le Yunhai-1-01 semble n’avoir qu’un seul côté de panneaux solaires et devrait mesure dans les 1,7 mètres de haut.

Dans les autres communiqués associés à ce lancement de Yunhai-1-01, on apprend également qu’il s’agit du premier d’une constellation.

Son nom, Yunhai (云海), qui veut dire « Nuage et Océan » en chinois, suggère que le satellite serait dédié à la météorologique. Or la Chine dispose déjà une grande famille de satellites météorologiques civils appelé « Fengyun », dont l’un des petits derniers FY-4A sera lancé d’ici la fin d’année aussi.

On peut donc penser qu’il s’agirait d’un satellite météorologique militaire, comme ceux du programme DMSP (Defense Meteorological Satellite Program) du département de la Défense des États-Unis, pour répondre aux besoins spécifiques de l’armée chinoise.

L’arrivée du satellite Yunhai-1-01 à l’aide d’un avion de transport militaire IL-76MD de l’armée de l’air chinoise –

Pour l’heure, NORAD a publié deux TLEs qui devraient correspondre au satellite et au 2ème étage du lanceur.

2016-068A
1 41857U 16068A   16317.22379681 -.00000042  00000-0  00000+0 0  9998
2 41857  98.3653 314.2026 0034676 162.1869 198.1742 14.35712514    36

2016-068B 
1 41858U 16068B   16317.22366327 -.00000044  00000-0  00000+0 0  9994
2 41858  98.5134 314.3439 0020219 265.7334  94.1591 14.35383564    44

L’objet A évolue sur une orbite SSO de 747 km × 798 km × 98,355°, tandis que l’objet B est sur une orbite 760 km × 787 km × 98,477°. On ignore pour le moment lequel est le satellite.

 

Statistique historique

Statistiquement, ce lancement de Yunhai-1-01 est le 18ᵉ lancement spatial chinois en 2016, le 30ᵉ pour le lanceur CZ-2D, et le 240ᵉ pour la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 230 succès et 10 échecs, soit un taux de réussite de 95,83%.

A noter que, si tout se déroule comme prévu, la Chine va très certainement battre son record en nombre de lancements par an en 2016. Au moins 4 autres lancements chinois sont programmés d’ici fin d’année, et ce nombre peut aller même jusqu’à 8, soit un total entre 22 et 26 lancements en 2016.

Le précédent record chinois est de 19 lancements, réalisé en 2011, 2012 et 2015.

Voici le tableau de suivi de tous les lancements spatiaux chinois effectués depuis le premier qui date de 1970, incluant ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois - Date : 2016-11-12

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois – Date : 2016-11-12

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT