Sans trompette ni tambour, la Chine a procédé à son 11e lancement spatial de l’année avant hier en plaçant en orbite une nouvelle constellation depuis le centre spatial de Jiuquan (JSLC). Les trois satellites connus sous le « pseudo » YG-31, ou Yao Gan 31 Groupe 01 (遥感卫星三十一号01组), seraient proches des constellations NOSS (Naval Ocean Surveillance System) américaines qui sont utilisés pour suivre le mouvement des navires grâce à la triangularisation des signaux électromagnétiques émis par les bâtiments de surface.

Un quatrième satellite, dont on ignore tout de ses détails à part qu’il s’agit d’un nano-satellite, a également profité de ce vol pour entrer dans l’espace.

Le tir a été effectué en toute discrétion, sans avoir ne serait-ce qu’un seul message aux navigants aériens pour indiquer les zones de danger en vol et au sol. Les communiqués officiels publiés par le groupe CASC, concepteur de la fusée CZ-4C et l’ensemble des quatre satellites, et aussi par l’armée chinoise sont restés volontairement flous quant à la nature réelle des charges utiles.

 

Le lancement

Spécialisée dans les lancements en orbite héliosynchrone (SSO) comme sa jumelle CZ-4B, la fusée CZ-4C est conçue et fabriquée à Shanghai par l’Institut SAST, une filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC. Mise en service depuis 2006, le CZ-4C a une capacité d’emport de 2 944kg au décollage pour une orbite à 700 km d’altitude, ou 2 791kg jusqu’à 800 km.

Le lanceur a connu un seul échec en 23 lancements, lors de son 20e vol en Septembre 2016 pour mettre en orbite un satellite militaire chinois. Après une série d’investigations, SAST a décidé d’apporter plusieurs modifications à la fusée portante le numéro de série Y21 et utilisée dans le lancement du satellite FY-3D en Novembre 2017, comme un nouveau moteur YF-40C re-allumable deux fois pour le 3e étage, une plus grande bande passante du système de contrôle, l’ajout de deux caméras de surveillance embarquées et un nouveau système de contrôle pour pouvoir continuer à surveiller le 3e étage une fois les satellites séparés.

Le triplet de satellites YG-30 Groupe 01, mis en « sandwich » les uns sur les autres sous la coiffe, plus un nano-satellite de nom et de fonction inconnue, ont décollé à bord du 25e CZ-4C de série le mardi 10 Avril à 12:25:03.443 précisément de Jiuquan, au pas de tir 9401. C’est la coiffe la plus grande, qui mesure 10,684 mètres, qui a été utilisée.

La mission, qui aurait dû être effectuée fin 2017 mais reportée de quatre mois pour des raisons non divulguées, porte la référence 01-90. 01 veut dire la base n°21, nom code du centre spatial de Jiuquan, et 90 le nombre de missions de lancement civiles effectuées dans cette base.

Il est noter que c’est le deuxième lancement de la fusée CZ-4C en dix jours. Le précédent remonte au 31 Mars où trois satellites optiques GF-1 ont été placés en orbite. Les équipes techniques de SAST ont aussi réduit la durée de préparation à 19 jours, contre 21 jours selon la procédure normale.

Aucun message aux navigants aériens (NOTAM) n’a été publié pour ce lancement, ce qui est rare, mais quelques photos d’amateur montrent que des débris du lanceur ont été retrouvés dans la province de Gansu, qui devraient correspondre à l’un des moteurs du premier étage.

Mis à part des stations sols, le navire de contrôle spatial Yuan Wang 3 a également participé au suivi de ce lancement.

 

Trois satellites chinois NOSS-like et un nano-satellite

On ignore absolument tout des quatre satellites se trouvant à bord du vol de ce lancement. Les communiqués institutionnels mentionnent simplement que les satellites, dont les trois YG-31 Groupe 01, seront servis dans « la recherche de l’environnement électromagnétique ».

Selon les TLEs publiés par NORAD, 7 objets ont été répertoriés en orbite. 4 entre eux correspondant aux satellites ont été mis sur une orbite initiale d’environ 1089 km × 1 100 km × 63,409°. Le reste devrait correspondre aux supports de fixation, coiffes de rétro-fusée et dernier étage.

2018-034A
1 43275U 18034A 18101.06734103 -.00000032 00000-0 10000-3 0 9992
2 43275 63.4088 210.2550 0008776 38.6211 31.9575 13.44384562 107

2018-034B
1 43276U 18034B 18101.06880627 -.00000090 00000-0 00000+0 0 9995
2 43276 63.4135 210.2525 0006757 36.9893 39.8151 13.44105505 102

2018-034C
1 43277U 18034C 18101.06797376 -.00000090 00000-0 00000+0 0 9994
2 43277 63.4101 210.2551 0008089 45.7038 27.3620 13.44200407 104

2018-034D
1 43278U 18034D 18101.18963335 .00046538 00000-0 59342-1 0 9999
2 43278 63.4503 209.9269 0101307 18.7866 341.6863 13.60685477 123

2018-034E
1 43279U 18034E 18101.06662288 -.00000031 00000-0 10000-3 0 9999
2 43279 63.4094 210.2562 0008712 38.3340 29.2736 13.44543081 103

2018-034F
1 43280U 18034F 18101.06953472 -.00000090 00000-0 00000+0 0 9999
2 43280 63.4108 210.2521 0006405 45.4442 33.9876 13.43820055 100

2018-034G
1 43281U 18034G 18101.06859943 -.00000090 00000-0 00000+0 0 9998
2 43281 63.4052 210.2558 0007693 39.1016 36.9459 13.44187432 113

NOSS

La seule image disponible publiquement pour savoir à quoi ressembler éventuellement un satellite YG-31 Groupe 01 (Image : CASC)

Etant donné les données orbites des satellites, nous sommes pratiquement certains que le YG-31 Groupe 01 est une constellation semblable à d’autres NOSS-like chinois, comme le YG-9, -16, -17, -20 et -25 lancés entre 2010 et 2014. Il pourrait donc s’agir des satellites remplaçants la génération précédente et se diffère, par exemple, de la constellation YG-30 qui a été lancé en trio aussi mais injectée sur une orbite bien plus basse vers 600 km.

Et le fait qu’il s’agit du Groupe 01 indique qu’il y aura d’autres groupes à venir. La Chine veut maintenir ainsi une capacité spatiale suffisante et en permanent pour localiser les flottes navales potentiellement menaçantes, notamment celles autour de porte-avions américains, et avoir suffisamment de temps de réaction pour intervenir si besoin.

Cette capacité est composée avant tout par des dispositifs conséquents dans l’espace, comme des satellites NOSS-like, ELINT, radars et optiques, le tout complété par des moyens aériens comme des drones de reconnaissance hypersonique ainsi que des armes offensives telles que les missiles balistiques anti-navires et les missiles Boost-Glide (planeur hypersonique) régionaux.

En ce qui concerne du planeur hypersonique, certaines sources locales affirment que le nano-satellite de ce vol est un satellite de retour pour expérimenter la rentrée sur terre en planage depuis l’espace, mais ce point n’est encore confirmée par aucune source institutionnelle.

 

Statistiques

Ce lancement des satellites YG-31 Groupe 01 est le 11ᵉ lancement spatial chinois en 2018, le 23ᵉ pour le lanceur CZ-4C, et le 271ᵉ de la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 260 succès et 11 échecs, soit un taux de réussite de 95,94%.

Voici le tableau de suivi de tous les lancements spatiaux chinois effectués depuis le premier en 1970, incluant ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • « Le tir a été effectué en toute discrétion, sans avoir ne serait-ce qu’un seul message aux navigants aériens pour indiquer les zones de danger en vol et au sol. »

    Non, il y a bien eu au moins un NOTAM:

    A1086/18 NOTAMN
    Q) ZLHW/QARLC/IV/NBO/E/000/999/3503N10410E138
    A) ZLHW B) 1804100415 C) 1804100500
    E) FLW SEGMENT OF ATS RTE CLSD:
    1.W198: JINGNING VOR’JIG’- JINGTAI VOR’JTA’.
    2.B330: JINGTAI VOR’JTA’-ELPAN.
    3.W565: LANZHOU VOR’DNC ‘-XIXAN.
    4.W111: XINING VOR’XNN’-XIXAN.

LEAVE A COMMENT