Lancement du satellite de détection du CO2 TanSat

Le 23 Décembre 2016 à 03h22 heure locale, la fusée CZ-2D a décollé du centre de lancement spatial de Jiquan (JSLC), en vue de lancer le premier satellite chinois de détection du CO2, le TanSat.

13 minutes après le décollage, le satellite TanSat et 3 autres nano-satellites ont été placés en orbite héliosynchrone à environ 700 km d’altitude.

Ce 21ème lancement chinois en 2016 a ouvert le bal pour une fin d’année particulièrement chargée en activité de lancements spatiaux, entre deux et trois tirs sont encore prévus d’ici le 31 Décembre.

 

Le lancement

Conçu par la SAST (Shanghai Academy of Spaceflight Technology), filiale du groupe aérospatial chinois CASC, le CZ-2D est une fusée de 2 étages dont le design est dérivé directement d’un autre lanceur chinois CZ-4A conçu par le même institut.

Cette fusée de l’ancienne génération est principalement utilisée dans les lancements en orbite basse (LEO) et en orbite héliosynchrones (SSO). La capacité est de 3 500 kg en LEO circulaire 200 km x 28°, ou 1 300 kg en SSO à 645 km.

Son premier vol remonte au mois d’Août 1992, en plaçant en orbite un satellite espion chinois avec capsule de retour. Depuis sa mise en service, le CZ-2D n’a jamais connu d’échec en 31 lancements, et préserve donc un taux de réussite à 100%.

Le reportage télévisé du lancement :

Un seul message aux navigants aériens (NOTAM) a été publiés pour ce lancement, l’un pour signaler la présence d’une zone de retombée, et le deuxième pour fermer plusieurs segments aériens sur la trajectoire du lanceur –

A3205/16
Q) ZLHW/QRTCA/IV/BO/W/000/999/3528N09840E018
A) ZLHW B) 1612211911 C) 1612211938
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED
BY:N351156E0984149-N351536E0982237-N354435E0983047-N353936E0985638,
BACK TO START.VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) GND G) UNL

A3229/16
Q) ZLHW/QARLC/IV/NBO/E/000/999/
A) ZLHW B) 1612211909 C) 1612211930
E) THE FLW SEGMENTS OF ATS RTE CLSD:
1. Y1:MEPEP-N3507.6E10005.6
2. Y2:MEPEP-N3356.9E09829.3
3. L888:LUVAR-N3322.6E09743.1

Trajectoire du lancement de satellite TanSat

 

Le satellite de détection du CO2 TanSat

C’est en 2010 que le ministère chinois de la science et de la technologie (MOST) a approuvé le projet « Satellite expérimental de détection et de surveillance mondiale du CO2 ». L’objectif est de cartographier la répartition de gaz à effet de serre de la Terre.

Le satellite TanSat

En plus des intérêts scientifiques, le projet présente également un intérêt stratégique pour la Chine à savoir disposer de ses propres données sur les émissions, qui pourraient servir, par exemple, pour mieux préparer aux négociations au marché du carbone.

Selon certains observateurs, les débats et les négociations autour du réchauffement de la planète ne sont qu’en réalité la lutte du « droit de développement économique » entre les pays développés et les pays en voie de développement. Ceux qui ont leurs propres données auraient donc un plus fort droit de parole et potentiellement des fruits de négociation plus avantageux.

Le satellite chinois TanSat a deux principales charges utilesle CarbonSpec, détecteur hyper-spectral de dioxyde de carbone, et le CAPI, détecteur multispectrale de nuage et d’aérosol. L’appel d’offre lancé par le MOST sur ces deux instruments a finalement été remporté par l’institut CIOMP (Changchun Institute of Optics, Fine Mechanics and Physics) de l’Académie chinoise des Sciences (CAS).

Les charges utiles du TanSat

La plateforme satellite, quant à elle, est conçue par Microsat (Shanghai Engineering Center for Microsatellites), toujours de la CAS. Le centre national des satellites météorologiques s’occupera de l’exploitation du satellite et le segment sol.

Il est à noter que le TanSat partagera le même segment sol que les satellites météorologiques chinois FY-3.

La mise en orbite du TanSat avait été prévu initialement en 2014, mais les problèmes de budget et la priorité accordée au programme auraient fait reculer la date du lancement, d’abord à 2015 puis au Juin 2016, alors que tous les développements techniques, notamment les modèles de calcul pour reconstituer l’évolution de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, avancent plutôt de bon train.

La conception détaillée a commencé en Juin 2013, suivi par l’intégration électromécanique 12 mois après. Le développement et les tests du spectromètre CarbonSpec ont terminé en Mai 2015 et le satellite de 620 kg est sorti d’usine le 8 Novembre 2016.

La durée de vie théorique du Tansat dans l’espace est de 3 ans. Le satellite revisite le même point de la Terre tous les 16 jours, très utile pour la mise à jour des données et donc leur « fraîcheur ».

Selon certaines rumeurs, la NASA aurait eu l’intention de placer le TanSat parmi les satellites A-TRAIN qui sont sous sa gestion. Mais l’idée aurait été abandonnée après la visite d’une délégation de la NASA à Pékin en Septembre 2015.

La comparaison du TanSat avec les autres satellites de la même catégorie (Source : ESA)

Il est à noter que 3 autres nano-satellites ont également profité du trajet pour aller dans l’espace. Il s’agit d’un nano-satellite en optique et de deux en hyper-spectral.

Les deux nano-satellites de l’imagerie hyperspectrale, SPARK-I 01 et SPARK-I 02, pèsent chacun 43 kg. La résolution des deux satellites est de 50 mètres, avec une largeur de fauchée maximale supérieure à 100 km.

L’un des deux satellites d’imagerie hyperspectrale SPARK-I

Les applications des nano-satellites SPARK-I :

Le test du déploiement de panneaux solaires sur l’un des deux nano-satellites SPARK-I :

Le dernier passager de ce vol est un nano-satellite d’imagerie optique avec une caméra de 20 kg. Sa résolution est de 1,4 m pour une largeur de fauchée de 20 km.

Pour le moment le TanSat (COSPAR ID : 2016-081A) a été injecté sur une orbite SSO de 690 ×719 km × 98,15°, l’orbite cible se situe à 700 km × 98,2°.

Quatre autres objets ont été répertoriés par NORAD, qui devrait correspondre aux 3 nano-satellites et le deuxième étage de la fusée.

2016-081A
1 41898U 16081A   16356.93948010 -.00000046  00000-0  00000+0 0  9991
2 41898  98.1498 295.7121 0020565 223.4536 232.4243 14.56392022    16

2016-081B
1 41899U 16081B   16356.93943321 -.00000045  00000-0  00000+0 0  9991
2 41899  98.1454 295.7098 0020808 223.0392 232.5368 14.56240789    19

2016-081C
1 41900U 16081C   16356.93929510 -.00000045  00000-0  00000+0 0  9998
2 41900  98.1462 295.6985 0024659 216.2772 238.1995 14.55351080    13

2016-081D
1 41901U 16081D   16356.93676542 -.00000045  00000-0  00000+0 0  9993
2 41901  98.1417 295.6986 0028129 209.3309 231.8014 14.55094865    17

2016-081E
1 41902U 16081E   16356.99500317 -.00000635  20056-5  00000+0 0  9999
2 41902  97.8600 295.6858 0323904  48.6166  16.4958 15.21035627    31

On peut remarquer que le 2ème étage de la fusée (2016-081E) a amorcé les manœuvres de neutralisation pour pouvoir accélérer sa désorbitation et diminuer ainsi le nombre de déchés spatiaux.

 

Statistique historique

Statistiquement, ce lancement de TanSat est le 21ᵉ lancement spatial chinois en 2016, le 31ᵉ pour le lanceur CZ-2D, et le 243ᵉ pour la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 233 succès et 10 échecs, soit un taux de réussite de 95,88%.

Voici le tableau de suivi de tous les lancements spatiaux chinois effectués depuis le premier qui date de 1970, incluant ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche –

Tableau de suivi des lancements spatiaux chinois – Date : 2016-12-22

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT