Lancement du dernier satellite météorologique FY-2H

Une fusée cryogénique chinoise CZ-3A s’est décollé, ce mardi 5 Juin à 21h07 heure de Pékin, du centre spatial de Xichang (XSLC) pour mettre en orbite de transfert géostationnaire le satellite météorologique FY-2H, le dernier d’une famille de satellites chinoise vieille de 36 ans.

Appelé aussi le FY-2-09, la réussite de son lancement hier tourne définitivement la page de la première génération de satellites météorologiques géostationnaires chinois FY-2, dont trois sont toujours opérationnels en orbite aujourd’hui et font partie des satellites officiels de l’Organisation météorologique mondiale (WMO).

 

Le lancement

Conçu par China Academy of Launch Vehicle Technology (CALT), filiale du groupe d’aérospatiale chinois CASC, le CZ-3A est développé sur la base du CZ-3 de l’un et du vieux CZ-2C de l’autre.

Cette fusée cryogénique à trois étages, qui mesure plus de 52,52 mètres de haut et 241 tonnes au décollage, est capable de placer 2 600 kg de charges utiles en orbite de transfert géostationnaire (GTO), ou 7 200 kg en orbite basse (LEO).

Volé pour la première fois en Février 1994 pour mettre en orbite deux satellites expérimentaux, le lanceur CZ-3A n’a pas encore connu d’échec en 25 lancements et il est servi comme modèle de base pour le développement du CZ-3B et du CZ-3C pour des missions nécessitantes davantage de capacité d’emport.

Pour cette mission immatriculée 07-88, la fusée CZ-3A Y25 (qui signifie le 25e de série de production) a décollé précisément à 21:07:03.898 heure locale. Selon HE Zhao Wei (何兆伟), l’un des ingénieurs de conception générale du lanceur, l’équipe technique a profité de l’occasion de ce lancement pour mesurer le taux d’évaporation du carburant cryogénique en orbite, une grande première en Chine.

Les concepteurs ont également réduit la consommation électrique à bord de la fusée, renforcé la protection thermique des conduites de moteurs de contrôle et changé la position de certains capteurs, le tout dans l’objectif de préparer aux futures missions où les derniers étages de fusée seront restés beaucoup plus longtemps dans l’espace que maintenant.

Deux messages aux navigants aériennes (NOTAM) ont été publiés pour signaler la présence de deux zones de retombée des débris.

A1981/18
Q) ZPKM/QRTCA/IV/BO/W/000/999/2654N10714E012
A) ZPKM B) 1806051259 C) 1806051356
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N265636E1072734-N270302E1070427-N265240E1070054-N264616E1072358
BACK TO START.
VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) SFC G) UNL

A1982/18
Q) ZGZU/QRTCA/IV/BO/W/000/999/2437N11426E026
A) ZGZU B) 1806051301 C) 1806051402
E) A TEMPORARY RESTRICTED AREA ESTABLISHED BOUNDED BY:
N243642E1145423-N245353E1140424-N243839E1135811-N242130E1144804
BACK TO START.
VERTICAL LIMITS:GND-UNL.
F) SFC G) UNL

 

Satellite

En plus de plusieurs stations sol en Chine et à l’étranger, le pays a également déployé deux de ses navires de suivi et de contrôle spatial dans l’océan Pacifique pour ce lancement.

Les données de NORAD montrent que deux nouveaux objets en orbite ont été répertoriés, dont l’un d’eux correspond au satellite FY-2H qui a été injecté sur une GTO de 292 km × 36 371 km.

2018-050A
1 43491U 18050A 18156.78327409 -.00000179 00000-0 00000+0 0 9993
2 43491 24.5571 80.7852 7300606 180.8850 181.1682 2.27194401 17

2018-050B
1 43492U 18050B 18156.77716880 -.00000180 00000-0 00000+0 0 9990
2 43492 24.5576 80.7374 7300506 181.5503 173.2879 2.23514557 18

 

Le satellite FY-2H

C’est en 1982 après un comité qui s’est tenu à Wuxi que la Chine a lancé officiellement le développement de son premier programme de satellites météorologiques géostationnaires.

Le programme FY-2 a connu un début plutôt houleux, avec notamment le premier satellite qui a explosé en Avril 1994 dans sa salle de préparation à Xichang à cause d’une fuite de carburant. Le future ingénieur en chef de vaisseaux habités chinois Shenzhou, QI Fa Ren (戚发轫), a également été blessé durant cet accident.

Le premier satellite FY-2, appelé FY-2A ou FY-2-02 (01 étant détruit dans l’explosion), a été mis en orbite le 16 Juin 1997 et devient le premier satellite météorologique géostationnaire du pays. Depuis cette date, six autres FY-2 ont été lancés dont le FY-2H de ce mardi.

Les satellites FY-2 sont de type spinné et de forme cylindrique de 2,1 mètres de diamètre pour 1,6 mètre de haut. D’une masse au décollage de 1 380 kg environ, la charge utile principale du satellite – un radiomètre à balayage développé par l’Académie chinoise des Sciences – dispose de cinq canaux qui permettent de fournir des images complètes en lumière visible (1) et infrarouge (4).

La durée de vie du satellite FY-2H, qui fait partie du Batch 3 et sera le dernier de la série, est donnée pour quatre ans contre trois ans pour ses prédécesseurs.

Une fois les tests en orbite terminés, FY-2H sera déplacé de sa position initiale 86,5°E à 79°E, et sera mis en réseau avec FY-2E, 2F et 2G ainsi que quatre autres satellites météorologiques chinois actuellement en orbite.

Satellite

Le satellite FY-2H en essais au sol (Photo : CASC)

Le radiomètre à balayage du FY-2H, à l’Académie chinoise des Sciences :

A noter que le premier satellite expérimental du FY-4, successeur du programme FY-2, a été lancé avec succès en Décembre 2016 par une fusée CZ-3B à Xichang. Le deuxième de série est prévu pour 2019 et le troisième en 2021.

Satellite

 

Statistique historique

Statistiquement, ce lancement du satellite FY-2H est le 17ᵉ lancement spatial chinois en 2018, le 25ᵉ du lanceur CZ-3A, et le 277ᵉ pour la famille des lanceurs Longue Marche.

Pour l’heure, les fusées Longue Marche du groupe CASC totalisent 266 succès et 11 échecs, soit un taux de réussite de 96,03%.

Voici le nombre et le statut de lancements spatiaux chinois effectués depuis 1970, incluant aussi ceux qui ne sont pas réalisés par les lanceurs Longue Marche, et le nombre de lancements par centre spatial chinois –

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

No comments

LEAVE A COMMENT