La société chinoise GuoRong dévoile un nouveau laser anti-drone

Selon un article paru sur le compte Weixin de l’armée de terre chinoise, un nouveau système anti-drone de la société chinoise GuoRong Technology (国蓉科技有限公司) a mené avec succès une série de tirs d’essai dans la banlieue Est du Pékin.

Les photos et la vidéo rendues publiques ont permis de voir que ce système, baptisé tout simplement « Système de défense des sites clés à courte portée » (要地近距净空防御系统), a tiré au moins deux fois avec son laser de puissance de classe kW, dont une fois sur une plaque en aluminium d’une épaisseur de quelques millimètres à une distance de 360 mètres, et une autre sur un drone qui semble être le modèle Phantom 3 du constructeur chinois DJI volant à près d’un kilomètre du système anti-drone.

En moins de dix secondes d’illumination, la plaque métallique a été transpercé avec un trou d’environ quatre centimètres de diamètre, et le drone, avec son unité de contrôle détruit par le tir de laser, finit par s’écraser au sol.

Mais le laser n’est pas la seule arme anti-drone du système, qui est également doté d’un dispositif de brouillage électro-optique pour pouvoir neutraliser non seulement les drones de « grande consommation » mais aussi des petits engins volants, contrôlés ou non contrôlés, qui survolent sous les 600 mètres d’altitude.

Par rapport aux deux autres systèmes de laser anti-drone chinois, le « Silent Hunter » de Poly Tech et le « Garde basse altitude II » (低空卫士 II) de l’Institut China Academy of Engineering Physics, celui de GuoRong Technology offre certes une solution « Hard-kill » moins puissante et avec une portée moindre, mais qui est accompagnée et complétée par d’autres possibilités « Soft-kill » pour faire face à des scénarios d’interception variés.

Le système anti-drone de GuoRong est composé aujourd’hui de deux camions, l’un avec un petit radar rotatif d’une portée de 55 km environ plus des antennes de brouillage électromagnétique, et l’autre avec une tourelle infrarouge, une tour de suivi optronique et l’émetteur de laser. L’ensemble du système est donc mobile et autonome, facilitant ainsi ses déploiements sur les sites avec peu d’infrastructure de soutien.

On apprend par ailleurs que le système avait déjà mené quatre essais d’interception de drones organisés par les organisations gouvernementales cette année, et les résultats seraient très satisfaisants.

YONG Dan (雍丹), chef de produit chez GuoRong, indique que la société a d’ores et déjà reçu deux commandes, et a aussi initié les négociations commerciales avec la Police chinoise de la province du Sichuan et l’aéroport international de Chengdu-Shuangliu.

A noter que GuoRong est une filiale créée en 2011 par le groupe chinois Baoding Swan (华讯方舟), spécialisé dans les technologies de réseaux mobiles à haut débit. La société propose aussi elle-même des drones, probablement à l’usage militaire, sans que les détails ne soient révélés. Les photos parues sur le site de GuoRong laissent penser qu’il s’agisse des drones-obus et des drones dotés des voilures gonflables.

Henri K.

Post Tags
Written by

<p>Et si la vision du monde est « biphasée » ? C’est ce que Henri a toujours cru, c’est également comme cela qu’il voit la Chine.</p> <p>Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l’Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.</p>

No comments

LEAVE A COMMENT