La flotte de l’Est révèle son régiment de drones

La flotte de l’Est de la marine a révélé, de manière très discrète mais pour la première fois tout de même, son régiment de drones de reconnaissance dans un article paru le 16 Janvier sur le réseau social chinois Weixin.

Le texte parle d’une cérémonie de remise des prix à 10 militaires basés sur l’île de Daishan, située près de la ville de Shanghai. On apprend au fur et à mesure de la lecture que l’un entre eux s’occupent de l’entretien des drones depuis 12 ans, et un autre la communication et le transfert des données pour ce régiment.

Le sous-officier maintenance appelle ses drones « petit 5 » et « petit 7 ». Et ce sont ces surnoms qui nous amènent directement à la vraie référence de deux types de drones, opérés par ce régiment de la flotte de l’Est – le drone HALE de reconnaissance stratégique BZK-005, et le drone MALE de reconnaissance tactique BZK-007.

Ce régiment est connu officieusement depuis longtemps, mais c’est la première fois qu’un texte institutionnel mentionne officiellement son existence. Les images satellites montrent une installation militaire sur l’île de Daishan avec une piste de 2,3 km de long, sur lesquelles on peut aussi trouver la trace des drones BZK-005.

Développé par l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Pékin (BUAA) et l’HAIG au début des années 2000′, le BZK-005 est apparu dans une vidéo du Salon aéronautique de Zhuhai en 2006. Mais si l’on croit à l’article de la flotte de l’Est, le sous-officier maintenant s’occupe des drones depuis maintenant 12 ans, cela pourrait signifier que ce drone HALE est opérationnel un an avant son apparition au public.

En Septembre 2013, les forces aériennes japonaises a publié un rapport qui dit avoir rencontré un drone de « nationalité inconnue » au dessus de la mer de Chine orientale. Il s’avère que le drone photographié par les Japonais est en réalité le BZK-005, qui a décollé justement de la base de Daishan.

Et on retrouve aussi ce drone de reconnaissance stratégique à au moins deux autres endroits en Chine – la base aérienne des drones de Shahe, près de Pékin, qui appartient à l’État-major de l’armée chinoise, et sur l’île de Yongxing en mer de Chine méridionale. Son autonomie de 40 heures en vol lui permet de patrouiller sur une très large zone.

Quant au BZK-007, il est aussi connu sous le nom d’Harrier I (voir notre dossier « Quand un Harrier cache un Dragon…« ) développé par GAIC. Il s’agit d’un petit drone de 700 kg qui mesure 7,7 mètres de long et d’une envergure de 14,6 mètres. Avec une autonomie de 16 heures en vol, il est entré en service dans l’armée de terre et la marine chinoise pour les missions de reconnaissance tactiques.

Le drone BZK-007, aussi connu sous le nom d’Harrier I de GAIC.

Connaissant l’habitude de communication institutionnelle en Chine, où une information dévoilée ainsi signale souvent le remplacement d’un ancien équipement par un nouveau, et si nous la regroupons maintenant avec une autre nouvelle venante directement du GAIC, où un nouveau type de drone HALE, l’EA-03 Soar Dragon, dédié à la marine chinoise, s’apprête à être livré, on pourrait supposer qu’après une douzaine d’année d’utilisation, le régiment des drones de la flotte de l’Est va peut-être recevoir un nouvel équipement pour étendre et améliorer la capacité de reconnaissance vers l’Est, où se trouve le Japon et l’armée américaine, et aussi la Corée du Sud.

D’une masse au décollage maximum de 7 500 kg et d’une vitesse de 750 km/h, l’EA-03 Soar Dragon est non seulement 6 fois plus lourd que le BZK-005, mais il vole aussi 6 fois plus vite. Avec une autonomie de 7 000 km et une suite de senseurs plus complète (SAR, FLIR, TV et ELINT), ce nouveau drone chinois offre une bien meilleure capacité en reconnaissance et en renseignement à la marine chinoise que l’ancien modèle.

Bien entendu il s’agit d’une supposition pour le moment et il convient donc d’attendre des éléments complémentaires pour relier ces deux nouvelles « indépendantes » ensemble.

Quoiqu’il en soit, nous connaissons désormais officiellement l’existence du régiment des drones de la flotte de l’Est à Daishan, et nous savons aussi que la livraison des nouveaux drones EA-03 à la marine chinoise aura lieu prochainement.

A suivre.

Henri K.

Post Tags
Written by

Et si la vision du monde est "biphasée" ? C'est ce que Henri a toujours cru, c'est également comme cela qu'il voit la Chine. Maladroit dans son écriture, souvent perdus dans ses pensées, pourtant ce responsable technique en aéronautique essaie chaque jour de partager avec vous les actualités sur l'Empire du Milieu, avec notamment les éléments à la source que vous ne verrez probablement jamais ailleurs en France.

Latest comments
  • bonjour Henri, et meilleurs voeux pour toi et ton site

    déjà le 23 mai 2013, un article du PLA Daily montrait une photo d’unUAV avec l’inscription HY-1 (probablement pour Hai Ying (Sea Eagle) sur l’empennage, version navale du BZK-005 et indiquait l’appareil faisait partie d’un ”certain” East Sea Fleet Aviation UAV regiment (东海舰队航空兵某无人机团)

      • oui effectivement,la référence la plus proche que j’ai de l’article en question est : 东海舰队航空兵无人机团的HY中远程无人侦察机首度曝光(3/3) – 作者:噱头2013-07-30 – http://club.china.com/data/thread/1013/2762/73/38/5_1.html?3 mais quasiment tous les articles qui y font référence reprennent le même texte (celui de l’original ? sans doute) par exemple : http://t.qq.com/p/t/290141038993487

  • Henri,

    GE montre que la piste d’atterrissage de Daishan a été réparée en mai 2016.
    Pensez-vous que cette reconstruction est terminée maintenant?

    N

LEAVE A COMMENT